Navigation – Plan du site
Notes critiques & lectures

Tardif Bourgoin, F. (2014). Vers une professionnalisation du bénévolat? Un exemple dans le champ de l’éducation populaire

Paris : L’Harmattan, 168 p. ISBN : 978-2-343-04718-8
Michel Bois
p. 123-125
Référence(s) :

Tardif Bourgoin, F. (2014). Vers une professionnalisation du bénévolat? Un exemple dans le champ de l’éducation populaire. Paris : L’Harmattan, 168 p. ISBN : 978-2-343-04718-8

Texte intégral

1F. Tardif Bourgoin traite un sujet auquel la recherche s’est assez peu intéressée si l’on met en regard l’effectif des personnes concernées – 11 millions de bénévoles associatifs – et le nombre des publications qui y ont été consacrées : celui du bénévolat. Elle l’aborde sous l’angle de la professionnalisation et le choc des deux termes retient l’attention. Au terme de son analyse, elle pose au reste des questions qui excèdent largement l’intitulé de son ouvrage : comment la recherche en sciences sociales peut-elle s’ajuster à la pratique ? Quels retours les pratiques peuvent-elles en attendre ? Formulé plus grossièrement : mon travail de chercheuse peut-il servir à quelque chose ?

2L’ouvrage procède très méthodiquement, interrogeant d’abord le bénévolat et son rapport au travail, puis la notion de « professionnalisation » appliquée aux bénévoles, avant de se centrer sur le terrain qu’elle a choisi d’explorer : celui de trois centres sociaux qui ont recours à des bénévoles, particulièrement pour assurer l’accueil du public. Le choix du front office est judicieux : la personne qui accueille et celle qui est accueillie habitent la plupart du temps le même quartier et, dans ce jeu de miroirs, l’échange, pour être satisfaisant, doit permettre de vérifier que chacun occupe la place adéquate : ce qui pose la question du professionnalisme de celui qui accueille.

3Suit un développement sur « l’éducation populaire » et sur les « valeurs » dont elle est porteuse, avec les nuances que comporte leur traduction dans chacun des centres sociaux étudiés et donc une esquisse de typologie : on n’est pas surpris que la place faite aux bénévoles et la façon dont on les intègre au fonctionnement de chacun des centres soit en rapport direct avec la lecture qui est faite de la charte de la FCSF (Fédération des centres sociaux et socio-culturels de France). La même diversité d’approche prévaut lorsqu’on considère la place donnée à l’accueil dans le fonctionnement des centres et la place réservée aux bénévoles dans cette activité. La bonne volonté affichée par les candidats au bénévolat ne garantit pas leur sélection lorsqu’elle se heurte, par exemple, aux exigences de la direction en matière de compétences bureautiques, comme la capacité à tenir un tableau Excel destiné à alimenter les statistiques du centre pour aider à l’évaluation de ses activités et à son pilotage.

4Quant à l’accompagnement proposé pour permettre l’intégration du bénévole au fonctionnement du centre, il peut prendre toutes les formes connues, du stage de formation proprement dit à la supervision prolongée par un tuteur, avec dans tous les cas un effort de formalisation voire de contractualisation, qui répond notamment aux exigences institutionnelles des financeurs. Sur les modalités de formation, rien ne distingue fondamentalement les propositions faites aux bénévoles de celles que connaissent les salariés. Dans certains cas, du reste, ils participent aux mêmes sessions de formation.

5Il n’en va pas de même si l’on s’intéresse aux motivations des acteurs, à une exception près, plutôt marginale : celle des personnes en cours ou en fin de formation initiale qui consacrent du temps au bénévolat afin d’enrichir leur CV et d’augmenter leurs chances d’obtenir un emploi salarié. Pour ces dernières se pose éventuellement la question d’une certification des compétences acquises. Pour les autres, les raisons de l’engagement dans les activités d’un centre social sont multiples et diverses, ne serait-ce que parce que certains y voient un prolongement de leur travail antérieur alors que, dans d’autres cas, c’est la nouveauté qui est recherchée. De façon assez homogène, l’engagement répond à un désir de conserver ou d’enrichir les liens sociaux résultant d’une activité partagée. Pour aller plus loin, l’auteur propose une typologie présentée sur un tableau à deux entrées qui croise verticalement « bénévole amateur » et « bénévole professionnel » et horizontalement « projet collectif » et « projet personnel », ce qui lui permet de distinguer, côté « bénévole amateur », le « bénévole citoyen » et le « bénévole en quête de lien social », et, côté « bénévole professionnel », le « bénévole opérationnel » et le « bénévole en quête d’utilité socio-professionnelle ». L’intérêt principal de cette typologie est de faire apparaître que les positions occupées par chacun ne sont pas exclusives les unes des autres et aussi qu’elles permettent de dessiner des évolutions.

6De façon plus ambitieuse, et en lien direct avec l’intitulé de son ouvrage, F. Tardif Bourgoin propose ensuite une typologie des « cultures de formation » qui emprunte ses repères aux voies de professionnalisation classiques. Dans cette analyse, elle se réfère essentiellement à deux auteurs : R. Sainsaulieu et R. Wittorski. Deux axes sont distingués : l’axe « Activité/valeurs » éclairant la façon dont le projet d’un centre social s’inscrit dans son environnement politique, culturel et administratif ; l’axe « Individuel/collectif » permettant d’analyser les modes d’accompagnement et de formation des bénévoles. L’axe « Activité/valeurs » reprend le modèle de R. Sainsaulieu qui met en regard la « règle » et la « culture » dans les modes de management, la « culture » intervenant pour mobiliser les acteurs autour d’un projet commun et la « règle » pointant plutôt les compétences nécessaires à l’efficacité des pratiques. L’axe « Individuel/collectif » emprunte à R. Wittorski sa typologie des « voies de professionnalisation » : du côté des pratiques informelles F. Tardieu Bourgoin identifie « la participation au projet » (voie de professionnalisation n° 1 selon R. Wittorski) et « l’accompagnement-tutorat » (voie de professionnalisation n° 5). Du côté des pratiques formelles, « la formation au projet-valeurs » (voies de professionnalisation 3 et 4) et « la formation-qualification » (voie de professionnalisation 2). Dans ce contexte, la notion de « collectif » ne renvoie pas à la participation au projet (valeurs) mais fait référence à l’espace collectif des compétences mises en œuvre (référentiel métier). Le croisement des deux axes – « Activité/valeurs » et « Individuel/collectif » – permet effectivement à l’auteur de distinguer trois cultures de formation correspondant aux trois centres étudiés et de présenter sur un schéma leur positionnement relatif. En conclusion de ce chapitre, il nous est proposé de mesurer les enjeux de cette étude : la professionnalisation des bénévoles pose la question de leur association aux décisions et donc du partage de pouvoir en interne ; la pression institutionnelle exercée pour une rationalisation des moyens ne remet-elle pas en cause à terme le modèle coopératif des centres sociaux ?

7Reste à revisiter la question posée et rapportée en début de compte rendu : mes investigations et mes analyses peuvent-elles aider les personnes concernées à agir ? La réponse est incontestablement positive. D’abord parce qu’elles s’efforcent avec une grande rigueur de nommer ce qui peut être observé et qu’elles permettent donc de le voir, partant d’y réfléchir. La remarque vaut aussi bien pour les acteurs directs que pour les décideurs. Ensuite parce que les typologies proposées sont prises pour ce qu’elles sont : des supports pour la réflexion permettant d’ordonner les faits et de les mettre en perspective. Enfin parce que les interrogations qui constituent le socle de tout ce travail sont fondamentalement politiques et débordent le cadre du bénévolat et de sa professionnalisation : comment s’y prend-on dans une organisation qui souhaite se conformer aux règles de la démocratie participative ? N’advient-il pas un moment où le catéchisme gestionnaire et le projet comme point de passage obligé entrent en contradiction avec les orientations qui sont la raison d’être de certaines activités collectives ? Cela vaut pour les centres sociaux comme pour l’aide au développement. Il convient donc de remercier F. Tardif Bourgoin de nous faire toucher du doigt ces questions en raisonnant sur un secteur qu’elle connaît bien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Bois, « Tardif Bourgoin, F. (2014). Vers une professionnalisation du bénévolat? Un exemple dans le champ de l’éducation populaire », Recherche et formation, 78 | 2015, 123-125.

Référence électronique

Michel Bois, « Tardif Bourgoin, F. (2014). Vers une professionnalisation du bénévolat? Un exemple dans le champ de l’éducation populaire », Recherche et formation [En ligne], 78 | 2015, mis en ligne le 30 mars 2015, consulté le 29 juin 2017. URL : http://rechercheformation.revues.org/2420

Haut de page

Auteur

Michel Bois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page