Navigation – Plan du site
Care et professions de santé

Don et care : une perspective anthropologique

Gift and care: an anthropological approach
Philippe Chanial
p. 51-60

Résumés

Cet article se propose de systématiser les airs de famille entre théorie du don et théorie du care. Défendant en quoi la relation de care constitue, à l’instar du don, une relation sociale totale, une matrice originaire des relations interhumaines, il montre que si don et care sont également relégués et marginalisés dans l’imaginaire utilitariste et individualiste moderne, cette relégation est plus renforcée encore pour les activités de care. Il suggère l’hypothèse selon laquelle cette dévalorisation repose tout à la fois sur le fait qu’il s’agit avant tout de dons féminins mais aussi que ces dons de soins nous renvoient à notre fragilité et à notre dépendance originelles.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

1. Les armées de l’ombre des care givers
2. La société vue du care, la société vue du don
3. Don et care chez les Kanaks ou comment bâtir la « maison commune » ?
4. Le care, le don ou l’ambivalence de l’exposition des corps
5. Dons visibles et dons discrets
Conclusion (morale et politique)

Aperçu du début du texte

Prenant le contre-pied d’une conception du sujet valorisant son autonomie, sa rationalité et son autosuffisance, de nombreuses théories, telles celles de la reconnaissance (Honneth, 2000) ou du care (Garrau, Le Goff, 2010), suggèrent aujourd’hui de mettre l’accent sur sa dépendance et sa vulnérabilité constitutives. À ce titre, celles-ci invitent à dégager un universel anthropologique et ainsi à engager un débat théorique avec l’anthropologie elle-même, du moins avec l’anthropologie du don. Tel est l’objet de ce texte.

Si les liens entre don et reconnaissance ont été récemment noués et discutés (Caillé, 2007, Chanial, 2011), ceux qui unissent don et care n’ont guère été analysés jusqu’ici (Revue du MAUSS, 2008). Or, comme l’a récemment suggéré Fabienne Brugère, citant Marcel Mauss et les travaux du Mouvement anti-utilitariste dans les sciences sociales (MAUSS), « l’intérêt pour le “prendre soin” de toutes les formes de vulnérabilité appartient à cette mouvance des sciences humaines q...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Chanial, « Don et care : une perspective anthropologique », Recherche et formation, 76 | 2014, 51-60.

Référence électronique

Philippe Chanial, « Don et care : une perspective anthropologique », Recherche et formation [En ligne], 76 | 2014, mis en ligne le 19 novembre 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://rechercheformation.revues.org/2232 ; DOI : 10.4000/rechercheformation.2232

Haut de page

Auteur

Philippe Chanial

Université de Caen Basse-Normandie, Centre d’étude et de recherche sur les risques et les vulnérabilités (CERReV)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page