Navigation – Plan du site
Notes critiques & lectures

Barry Valérie. Dialectiser la recherche et l’action. Pour une école de la diversité

Joël Zaffran
p. 168-169
Référence(s) :

Barry Valérie (2010). Dialectiser la recherche et l’action. Pour une école de la diversité. Paris : L’Harmattan, 150 p.

Texte intégral

1Composé de trois chapitres seulement, le livre se donne comme premier objectif de faire tenir ensemble plusieurs approches (systémique et clinique notamment), puis de mettre le tout au service d’une modélisation qui substitue la « recherchexaction » à la recherche-action. Cette substitution est étayée par l’hypothèse suivante : « alors que dans la recherche-action intégrale ce sont les acteurs qui organisent, planifient et réalisent leur propre changement dans une transformation réciproque de l’action et du discours, l’hypothèse est que dans une « recherchexaction », la lisibilité de ce qui relève de la recherche et de l’action contribue au développement scientifique et pratique et s’oppose à un partage holistique des enjeux et modalités de recherche et l’action ». Ce faisant, l’objet du livre est de problématiser la confrontation du chercheur aux éducateurs déstabilisés dans leurs pratiques par l’accueil d’un public aux besoins spécifiques.

2Cet objet ne souffre aucune contestation au regard de la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées qui établit le droit à la scolarisation de tout enfant ou adolescent ayant été reconnu handicapé par la commission ad hoc. Plus avant, la loi stipule que les parents d’un enfant handicapé ont désormais le droit d’inscrire leur enfant dans l’école dont dépend leur domicile. C’est dire si, au regard des enjeux politiques et sociétaux portés par cette loi, toutes les analyses sociologiques, psychologiques ou didactiques auront une utilité pour les acteurs concernés par l’accueil et la scolarisation d’une personne en situation de handicap.

3Or, au terme du premier chapitre le lecteur aura le sentiment d’une difficulté à suivre l’argumentation de l’auteure à cause sans doute des références dont la luxuriance confine à l’égarement. À cela s’ajoutent des conclusions qui viennent après des passages puisant à des sources hétéroclites, mais dont le contenu est parfaitement acceptable en soi. Et c’est là, me semble-t-il, le défaut de ce livre : des références multiples qui déconcertent le lecteur. Ce dernier aura tôt fait de se demander si, au-delà des tournures apprêtées, la démonstration ne tombe pas sous le sens. Car dans ce livre la forme répond au fond, celui-ci pouvant se résumer de la manière suivante : la réussite d’un projet scolaire suppose une capacité conjointe du chercheur et du praticien à faire valoir leur point de vue sur la situation et à trouver des ajustements réciproques qui profitent à la personne visée par le projet. Armé de ce principe, le lecteur pourra néanmoins amorcer plus sereinement la lecture des deux derniers chapitres qui présentent chacun une recherche-action. Par la grâce des détours épistémologiques, méthodologiques voire étymologiques, chacune se transforme en « recherchexaction ». Somme toute, ces deux chapitres s’appuient sur des exemples concrets et parviennent de la sorte à mettre en lumière les efforts de redéfinition de la posture du chercheur, le travail du chercheur et du praticien de co-construction de l’objet et du dispositif de recherche, le cheminement réflexif du praticien.

4Lecture faite de ces trois chapitres, la question se pose en dernière instance de l’usage que le chercheur et le praticien peuvent tirer de ce livre car le sous-titre, Pour une école de la diversité, est un appel utile à la construction collective des formes d’intelligibilité des difficultés et des réussites éducatives des élèves à besoins spécifiques. Le premier y trouvera une description des ajustements méthodologiques opérés par l’auteure lors de ses enquêtes tandis que le second saura que la production collective des critères d’appréciation d’une situation éducative doit primer sur une évaluation singulière par l’éducateur (l’enseignant ou l’éducateur spécialisé). Mais ni l’un ni l’autre ne sauront répondre à la question, centrale dans cette affaire, de savoir d’une part, si l’école inclusive se limite aux apprentissages scolaires de l’élève à besoins spécifiques (alors qu’en matière d’inclusion les savoirs et la socialisation à l’école ne peuvent être disjoints), si le chercheur et l’enseignant sont les seuls démiurges du projet personnalisé de l’élève, d’autre part.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joël Zaffran, « Barry Valérie. Dialectiser la recherche et l’action. Pour une école de la diversité », Recherche et formation, 67 | 2011, 168-169.

Référence électronique

Joël Zaffran, « Barry Valérie. Dialectiser la recherche et l’action. Pour une école de la diversité », Recherche et formation [En ligne], 67 | 2011, mis en ligne le 01 mai 2011, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://rechercheformation.revues.org/1457

Haut de page

Auteur

Joël Zaffran

université Bordeaux Segalen
UMR 5116 (Centre Émile Durkheim)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page