Navigation – Plan du site
Notes critiques & lectures

Baillat Gilles, Niclot Daniel & Ulma Dominique. La formation des enseignants en Europe. Approche comparative

Nicole Tutiaux-Guillon
p. 167-168
Référence(s) :

Baillat Gilles, Niclot Daniel & Ulma Dominique (dir.). La formation des enseignants en Europe. Approche comparative (2010). Bruxelles : De Boeck, 301 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage rassemble dix-huit contributions, sélectionnées et réécrites à partir des communications au colloque du même nom qui s’est déroulé à l’initiative de la Conférence des directeurs d’IUFM à la fin de l’année 2008. Comme l’indique Gilles Baillat, les systèmes de formation se sont construits avec des histoires profondément différentes et gèrent diversement des dimensions disciplinaires, didactiques, pédagogiques, professionnelles. Mais partout s’affirme le souci d’améliorer l’efficacité enseignante qui a contribué à généraliser le paradigme de la professionnalisation. Le contexte est toutefois paradoxal : c’est celui d’un faible investissement européen dans la formation tout au long de la carrière des enseignants, d’une formation initiale bouleversée dans de nombreux États mais qui manque cependant, au-delà de l’exigence du niveau mastère, d’une orientation claire et d’un contrôle social, sinon institutionnel, renforcé. À ce titre, la préface de P. Baranger rappelle que de nombreuses questions, scientifiques et éthiques, se posent sur l’enseignement mais aussi sur la construction de la professionnalité entre projet personnel, demandes des familles et des élèves, et cadres institutionnels en mutations. Si les articles ne fournissent pas de réponses, ils incitent à cette réflexion.

  • 1 Voir par exemple : Lenoir, Y. (2002), « Les réformes actuelles de la formation à l’enseignement en (...)
  • 2 Cadre européen commun de référence.

2Si l’approche comparative des systèmes éducatifs européens est bien développée, c’est encore peu le cas pour ce qui concerne la formation des enseignants. L’ouvrage constitue en quelque sorte une première approche. On retiendra ici tout particulièrement l’article d’Y. Lenoir. Il y reprend l’analyse, développée dans d’autres publications1, des différences de conception de l’état, de la nation, de la citoyenneté, de la société et partant de l’enseignement, entre la logique française et la logique étasunienne afin de mettre en évidence les risques liés à l’importation de l’approche par compétences, devenue l’orientation de tous les curriculums d’enseignement et de formation des enseignants, mais structurée par la logique étasunienne. Hormis cet article et, partiellement, celui de S. Lawes le comparatisme est plutôt une perspective pour le lecteur, en particulier à partir des sept articles qui font état des systèmes de formation hors de France. Les cadres théoriques mobilisés sont hétérogènes et il est dommage qu’aucune des présentations des directeurs de l’ouvrage n’en rende explicitement compte. Cependant tous les auteurs cherchent à favoriser la dénaturalisation des dispositifs de formation et des pratiques, voire des conceptions du métier et de ce que serait une « bonne formation ». Les quatre parties (les contextes de l’exercice professionnel, la professionnalisation de la formation, les outils et les dispositifs, les pratiques de formation) réunissent des articles faisant état de recherches, des articles analysant des dispositifs de formation, ou des articles proposant des réflexions plus générales sur la formation. Certains présentent la situation dans le contexte européen (Daniel Niclot fait ainsi état des politiques de l’UE en matière de formation des enseignants), d’autres visent à une réflexion générale (M. Kelly et E. Piccardo, en particulier sur la complexité du métier), ou font état de questions transversales (F.-M. Gérard, à propos de l’évaluation des compétences). La didactique des langues est particulièrement bien représentée avec cinq articles, y compris à travers le FLE, en grande partie en raison des spécificités résultant du CECR2 qui a imposé des renouvellements importants des contenus de formation. Trois contributions portent sur la place des TIC dans la formation, à travers les outils d’e-formation, la création de communautés virtuelles, l’évaluation des compétences (e-portfolios).

3Il faut évidemment lire cet ouvrage en tenant compte des changements liés à la mastérisation – un mouvement européen – et en particulier à la mise à mal, au moins en France, de la formation par l’alternance. Les contributions, même réécrites en 2010, reposent en effet sur l’analyse des dispositifs antérieurs à 2008. Il faut donc tirer profit de ce qui est argumenté pour questionner une autre organisation de la formation des enseignants, qui a éventuellement vu disparaître certains outils et certaines pratiques. Le lecteur français a parfois le sentiment que les pratiques efficaces de professionnalisation présentées dans certains articles, en particulier lorsqu’elles relèvent sous une forme ou une autre de l’analyse des expériences vécues en stage, sont bien difficiles à mettre en œuvre dans le cadre des mastères universitaires ; il en résulte un sentiment de gâchis et une réelle amertume. C’est le cas à la lecture des articles d’Y. Soulé, S. Baconnet et D. Bucheton (l’atelier dirigé comme dispositif intégrateur), T. Perez-Roux (l’approche clinique centrée sur le sujet-enseignant en devenir), de P.-Y. Connan et J. Vincent ou de C. Michaud et C. Alin (le portfolio comme lieu de construction de la professionnalité), de S. Leblanc et L. Ria (les jeux entre soi et les autres dans les dispositifs vidéo comme support d’une réflexion sur l’agir en contexte difficile). Tous insistent sur la nécessité d’un travail dans la durée, dans des groupes stables où peut se construire une parole suffisamment libre et une coopération formatrice, et mettent implicitement en évidence l’implication forte, personnelle, des formateurs. Est-ce encore possible actuellement ?

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple : Lenoir, Y. (2002), « Les réformes actuelles de la formation à l’enseignement en France et aux États-Unis : éléments de mise en perspective sociohistorique à partir du concept d’éducation », Revue suisse des sciences de l’éducation, vol. XXIV, n° 1, p. 91-126.

2 Cadre européen commun de référence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicole Tutiaux-Guillon, « Baillat Gilles, Niclot Daniel & Ulma Dominique. La formation des enseignants en Europe. Approche comparative », Recherche et formation, 67 | 2011, 167-168.

Référence électronique

Nicole Tutiaux-Guillon, « Baillat Gilles, Niclot Daniel & Ulma Dominique. La formation des enseignants en Europe. Approche comparative », Recherche et formation [En ligne], 67 | 2011, mis en ligne le 01 mai 2011, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://rechercheformation.revues.org/1452

Haut de page

Auteur

Nicole Tutiaux-Guillon

université d’Artois, IUFM Nord-Pas de Calais
laboratoire Théodile–CIREL EA 4354 (Centre Interuniversitaire de Recherche en Éducation de Lille)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page