Navigation – Plan du site
Lectures
Autres lectures

RIOPEL Marie-Claude (2006). Apprendre à enseigner : une identité professionnelle à développer

Ste Foy : Les presses de l’université de Laval, 206 p.
Valérie Huard
p. 166-168
Référence(s) :

RIOPEL Marie-Claude (2006). Apprendre à enseigner : une identité professionnelle à développer, Ste Foy : Les presses de l’université de Laval, 206 p.

Texte intégral

1Comment les enseignants au primaire construisent-ils progressivement, lors de leur formation initiale, une identité professionnelle ? Quels sont les dispositifs de formation initiale susceptibles de favoriser le développement identitaire ? De cette recherche doctorale, M.-C. Riopel formatrice et chercheure québécoise, a tiré un livre court et clair. L’ouvrage reprend les différentes étapes de l’étude doctorale et tout d’abord le contexte et l’enjeu (chapitres 1 et 2), autour des questionnements et des débats suscités par les réformes de la formation initiale, qui font de la construction d’une « identité professionnelle » un axe important de formation et de professionnalisation. En effet, nombre de recherches en sociologie et en psychologie sociale ont relevé bien des obstacles à cette construction.

2À partir de ce cadre de recherches, l’auteure souligne que l’identité professionnelle se construit entre deux rapports, le rapport à la formation et le rapport à la profession. Du fait du contexte de la recherche (des étudiants en formation initiale à l’enseignement au primaire engagés sur le cursus « baccalauréat en éducation préscolaire et enseignement primaire » à l’université de Montréal), qui est une filière universitaire en trois ans, l’auteur introduit un troisième indicateur, le rapport aux contenus enseignés en primaire. Il permet de voir le passage de la posture d’étudiant à la posture d’enseignant vis-à-vis des connaissances (passage des savoirs savants aux savoirs enseignables).

3Ainsi, on peut décrire comment un étudiant en formation initiale devient un enseignant en enquêtant sur ces trois rapports qui permettent de situer et de caractériser son investissement dans l’identité professionnelle. La recherche permet ainsi de revisiter les conceptions de l’identité professionnelle qui, par rapport à d’autres recherches en sociologie des professions (Dubar, 1997) s’appuient sur des enseignants en exercice qui développent des conceptions de l’identité liées aux relations entre individu et travail dans une construction déjà affirmée. Ici, l’identité professionnelle ne se résume pas au rôle professionnel, elle est à saisir à partir d’une fine analyse de l’expérience de formation, dans une approche « compréhensive ».

4Cette approche croise deux séries de données, une analyse interprétative de 14 dossiers d’étudiants (« dossier professionnel et culturel » qui permet de situer les trois rapports dans la construction identitaire) et une deuxième interprétation consistant à dresser des « portraits » en synthétisant les données issues du dossier, d’un questionnaire et d’un entretien. Les 11 « portraits » d’étudiants, enrichis des données sur l’origine sociale, les expériences scolaires et/ou professionnelles, le cursus antérieur, retracent le parcours scolaire, le contexte familial et professionnel. Les formateurs peuvent ainsi comprendre pourquoi une même formation institutionnelle peut être reçue de façon aussi diverse.

5L’auteur se différencie ainsi d’autres recherches sur deux points en soulignant d’abord l’impact de cette expérience inaugurale pour l’avenir, impact qui n’apparaît pas dans les autres recherches. Elle montre également que le rapport à un « idéal professionnel », peu mis en valeur dans les études empiriques et théoriques voire même interprété comme un indice d’éloignement de la réalité, révèle « un désir d’appartenance et d’accomplissement chez l’étudiant. Cet idéalisme est susceptible de l’arrimer à sa propre réalité. L’ancrage de la réalité professionnelle qui s’ensuit en dépend ».

6Ces indices d’investissement permettent de montrer que le rapport à la profession repose principalement sur l’élaboration du discours professionnel de l’étudiant et la découverte d’un aspect idéal du rapport à la profession. Il se concrétise dans la façon dont l’étudiant se représente sa propre trajectoire de formation et relie ses acquis antérieurs aux acquis plus récents, identifie les apports de la formation et les situe les uns par rapport aux autres, chacune de ces dynamiques étant singulière. Pour conclure, Marie-Claude Riopel propose de s’interroger sur le lien entre construction de l’identité professionnelle et insertion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Huard, « RIOPEL Marie-Claude (2006). Apprendre à enseigner : une identité professionnelle à développer », Recherche et formation, 55 | 2007, 166-168.

Référence électronique

Valérie Huard, « RIOPEL Marie-Claude (2006). Apprendre à enseigner : une identité professionnelle à développer », Recherche et formation [En ligne], 55 | 2007, mis en ligne le 07 octobre 2011, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://rechercheformation.revues.org/970

Haut de page

Auteur

Valérie Huard

IUFM de Bordeaux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page