Navigation – Plan du site
Lectures
Notes critiques

VIRY Laurence (2006). Le monde vécu des universitaires, ou la République des Egos

Rennes : PUR, 359 p.
Marie-Françoise Fave-Bonnet
p. 174-176
Référence(s) :

VIRY Laurence (2006). Le monde vécu des universitaires, ou la République des Egos, Rennes : PUR, 359 p.

Texte intégral

1Ce livre est issu d’une thèse de sociologie soutenue en 2004 à Paris VII sous la direction de Vincent de Gaulejac : Le monde vécu des enseignants-chercheurs. Au premier abord, on peut être rebuté par son épaisseur. Mais allons plus avant et examinons l’approche proposée et son apport au regard des travaux existant sur le métier d’enseignant-chercheur.

2En partant de 43 entretiens cliniques, l’auteure nous fait entrer dans ce monde com­plexe, dans ces parcours divers, dans ces identités multiples. La première partie explicite comment ce « monde vécu » a été abordé. La sociologie de Pierre Bourdieu permet d’étudier le système universitaire comme un champ et de repérer les différentes sortes de pouvoir qui animent les enseignants-chercheurs. Mais c’est aussi le cadre de la sociologie clinique de Vincent de Gaulejac qui permet de comprendre comment des individus d’origine sociale diverse, ayant des trajectoires sociales et professionnelles et des habitus de classe différents, s’adaptent au sys­tème universitaire qui a ses propres règles et normes. La première partie présente également le recueil de données et la méthode d’analyse choisie, ainsi qu’une réflexion sur l’implication et l’auto-analyse. En dehors de cette approche clinique, la deuxième originalité de cette recherche est la question de départ. Comme le note Vincent de Gaulejac dans sa préface : « Elle apporte des réponses à la question qui traverse l’ensemble de l’ouvrage : pourquoi le métier d’enseignant-chercheur, résultat d’un choix personnel dans la majorité des cas, métier peu contraignant et plutôt valorisé socialement, semble apporter si peu de satisfactions à ceux qui l’exercent ? »

3Le cadre ayant été rigoureusement posé, comme cela est nécessaire dans une approche clinique, la deuxième partie aborde « les épreuves instituées », c’est-à­dire les épreuves formelles nécessaires à la carrière (la thèse, la qualification, le recrutement, etc.). Les entretiens cliniques permettent un regard rétrospectif sur chaque trajectoire, mais aussi d’analyser les stratégies utilisées pour « passer » chacune de ces épreuves.

4La troisième partie, qui porte sur la vie à l’Université, aborde le vécu quotidien à travers les discours sur l’articulation entre l’enseignement, la recherche et le travail administratif, sur le salaire et sur les conditions matérielles. Ce qui est intéressant ici, c’est qu’au-delà des revendications légitimes, les entretiens cliniques font appa­raître que ce sont les relations humaines qui font l’essentiel du « mal-être » des uni­versitaires et qui sont à l’origine des frustrations qu’ils expriment.

5Pour comprendre pourquoi les enseignants-chercheurs s’investissent et évoluent dif­féremment, la quatrième partie va proposer d’analyser quelques thèmes transver­saux : l’origine sociale (en particulier ascendante), mais aussi des « phénomènes sociopsychiques transversaux » : le besoin de reconnaissance et l’envie. Ces deux dernières notions ouvrent une réflexion sur la nature même des différences entre les trajectoires.

6En effet, les échecs sont surmontés avec plus de difficultés par les personnes qui sont en ascension sociale, sauf si elles ont reçu des signes de reconnaissance. La confiance en soi développée pendant l’enfance est ici essentielle. « C’est pourquoi, pour rendre compte de la complexité des parcours, la prise en compte des projets parentaux, de la confiance reçue ou ressentie sont des éléments qui doivent être corrélés à l’origine sociale. »

7Le besoin de reconnaissance et l’envie révèlent les conséquences de la rencontre entre des désirs individuels et des exigences institutionnelles. Certes, ces deux sentiments ne touchent pas seulement les enseignants-chercheurs, mais le système organisationnel les exacerbe. Ils résultent de l’enchevêtrement entre un besoin individuel de notoriété, de prestige, etc., et un système qui, en l’absence de rémunéra­tions financières ou symboliques, n’offre pas, ou plus, de réponses à ce besoin de reconnaissance. De plus, « Le recrutement et l’évaluation permanente par les pairs, la valorisation de la recherche au détriment de l’enseignement, les diverses sollicitations pour participer à des colloques, à des jurys de thèse, à des séminaires, etc. sont des élé­ments qui participent à la naissance ou au renforcement de l’envie. » Cette analyse remet en question l’image de l’universitaire privilégié, et met en lumière les mécanismes de défense mis en œuvre pour pallier, ou tout au moins atténuer, un mal-être.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Françoise Fave-Bonnet, « VIRY Laurence (2006). Le monde vécu des universitaires, ou la République des Egos », Recherche et formation, 54 | 2007, 174-176.

Référence électronique

Marie-Françoise Fave-Bonnet, « VIRY Laurence (2006). Le monde vécu des universitaires, ou la République des Egos », Recherche et formation [En ligne], 54 | 2007, mis en ligne le 07 octobre 2011, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://rechercheformation.revues.org/962

Haut de page

Auteur

Marie-Françoise Fave-Bonnet

Paris X Nanterre (CREFe)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page