Navigation – Plan du site
Lectures
Notes critiques

CRINDAL Alain, OUVRIEZ-BONNAZ Régis (2006). La découverte professionnelle

Paris : Delagrave, 160 p.
Francis Danvers
p. 170-172
Référence(s) :

CRINDAL Alain, OUVRIEZ-BONNAZ Régis (2006). La découverte professionnelle, Paris : Delagrave, 160 p.

Texte intégral

1Ce guide pour les enseignants, les conseillers d’orientation-psychologues et les for­mateurs se propose de rendre compte de la mise en place de la « Découverte pro­fessionnelle » dans les établissements scolaires : option 3h (DP3 en collège) et du module 6h (DP6 en lycée professionnel), dispositif conçu pour initier à la réalité du monde du travail.

2Peut-on orienter l’aventure de « la découverte professionnelle » ? C’est le pari de cet ouvrage pédagogique présenté en sept parties d’importance inégale. L’introduction formule les « questions vives » essentielles pour les finalités culturelle et professionnelle en lien avec l’orientation : « Papa est au chômage alors ça sert à quoi de travailler à l’école ? ».

3La première partie traite d’une histoire ancienne : la connaissance des métiers dans l’univers scolaire depuis les débuts de l’École de J. Ferry. L’acquisition de la lecture et de l’écriture, le travail manuel, les « leçons de choses » sont des moyens de décou­verte de la réalité professionnelle. Dans une autre tradition, sociologique et culturelle, l’enseignement secondaire français s’est posé la question d’une sensibilisation et d’une préparation à la vie professionnelle. Mais il faut attendre les années soixante pour que des textes officiels organisent l’information scolaire des collégiens.

4La deuxième partie présente les nouveaux dispositifs en complémentarité avec les disciplines. Trois visées sont précisées : l’implication singulière de l’élève ; des activi­tés inscrites dans une « bi-inter-pluri-disciplinarité » ; une pédagogie du projet. Bien que les normes des dispositifs soient instables, les distinctions entre DP3 et DP6 et les missions pour l’option 3h et le module 6h sont présentées clairement (p. 25-28).

5La troisième partie envisage les connaissances nécessaires pour construire des activi­tés avec les élèves. Comment passer d’une « illusion professionnelle » à une connais­sance avertie des métiers, de l’entreprise et des voies de formation qui y conduisent ? Connaître son environnement physique et humain est un véritable défi pour l’élabo­ration d’une pédagogie des choix professionnels. Quelques pistes sont suggérées : travailler sur les représentations sociales et sexuées, comprendre que l’expérience première est un « obstacle épistémologique », clarifier des notions telles que : métier, emploi, profession, travail, etc. On le voit, la constitution des métiers en France relève d’une longue histoire qui mobilise différents champs disciplinaires dont l’économie pour l’emploi, la sociologie pour les professions, la psychologie et la sociologie pour les métiers. Les relations entre diplômes et référentiels de forma­tion et d’emploi sont complexes, au sens d’être à la fois instables, incertains, diffé­renciées et difficilement mesurables.

6La quatrième partie vise à comprendre le travail : quels savoirs mobiliser ? L’analyse du travail peut faire l’objet du regard de l’ergonomie, de la psychologie et de la sociologie du travail, des didactiques professionnelles ou encore de l’histoire des techniques. La différence entre tâche et activité permet d’explorer « le quoi et le comment », plus précisément, le passage de la tâche prescrite pour l’agent à la tâche redéfinie par le processus d’appropriation par le sujet. Des études de cas sont ébauchées pour indiquer la possibilité d’une traduction didactique de l’activité de travail. Ce chapitre se conclut par un éclairage sémantique entre information, connaissance et savoir.

7La cinquième partie présente une construction didactique pour la découverte profes­sionnelle. On ne peut guère « tout » capturer en se perdant dans la complexité du réel du travail. Dès lors, il faut concevoir une grille d’analyse qui limite l’observa­tion tout en la rendant opératoire. L’information, la compréhension, la construction sont les trois registres d’appropriation des connaissances choisies par les co-auteurs de cet ouvrage. L’activité professionnelle est au cœur de la méthode d’investigation que l’on résume en trois interrogations : comment je travaille ? Sur quoi je travaille ? Pourquoi je travaille comme çà ? Les intervenants pour la DP constituent une équipe hétérogène qui compose divers rôles et postures et adaptent ressources, outils, connaissances, compétences, supports et informations selon des logiques d’usage différenciées.

8La sixième partie envisage des activités pour la classe. Quelles activités, à quels moments, pour apprendre quoi ? Comment articuler les intervenants avec les approches et les objets du travail en DP ? Les rencontres avec les professionnels doi­vent permettre de préparer l’élève à la découverte du monde des métiers en travaillant simultanément les métiers, les organisations et les parcours. Que peut-on évaluer de ce que nous avons appris ? L’activité professionnelle est divisée formellement en quatre dimensions : les pratiques ; les organisations ; les milieux ; les connaissances. En (re)problématisant une situation d’enseignement, il est toujours possible de conduire une activité avec les élèves qui donne à voir « des hommes au travail ».

9La septième partie concerne les contenus et modalités des évaluations. On rappelle les compétences visées en DP3 et DP6 inscrites dans le texte officiel (p. 140-141). Un schéma s’appuie sur les principes de la clinique de l’activité d’Y. Clot. L’activité, c’est à la fois ce que l’on fait, ce que l’on prévoit de faire et ce que l’on est empê­ché de faire. Les moments du bilan (initial/intermédiaire/en fin de parcours) don­nent lieu à des consignes et à des modalités pratiques.

10Des ressources électroniques (abondantes), documentaires et bibliographiques (bien organisées) sont mises à la disposition du lecteur pour approfondir la réflexion selon les entrées théorique ou pratique. Pierre Naville, l’un des fondateurs de la sociologie du travail et grand théoricien de l’orientation professionnelle est justement et souvent cité dans cette publication. Il aurait sans doute aimé que l’activité de découverte du monde des métiers, des emplois, des professions et du travail ne fasse pas l’impasse sur les conditions réelles de vie au travail des salariés en diffusant notamment des « informations objectives » sur les inégalités en termes de statut, de rémunérations, d’acci­dents du travail… et les moyens d’accéder à une citoyenneté économique et sociale, responsable et solidaire.

11À cette réserve près, qui n’engage que nous-mêmes, l’ouvrage d’A. Crindal et R. Ouvrier-Bonnaz constitue à n’en pas douter, une publication de référence pour les acteurs du monde de l’éducation et de la formation désireux de consulter une synthèse des savoirs utiles et réflexifs sur la problématique actuelle de la Découverte professionnelle en collège et lycée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Danvers, « CRINDAL Alain, OUVRIEZ-BONNAZ Régis (2006). La découverte professionnelle », Recherche et formation, 54 | 2007, 170-172.

Référence électronique

Francis Danvers, « CRINDAL Alain, OUVRIEZ-BONNAZ Régis (2006). La découverte professionnelle », Recherche et formation [En ligne], 54 | 2007, mis en ligne le 07 octobre 2011, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://rechercheformation.revues.org/955

Haut de page

Auteur

Francis Danvers

Lille III (Proféor)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page