Navigation – Plan du site
Lectures
Notes critiques

AGULHON Catherine, Les formations du supérieur et l’emploi

Note bibliographique
Catherine Agulhon
p. 165-169

Texte intégral

1La professionnalisation de l’enseignement supérieur n’est pas une nouveauté comme le rappellent les chercheurs dans le dossier thématique de ce numéro. Mais la création des licences professionnelles et le renversement de l’équilibre des effectifs entre les DEA et les DESS ou leurs quasi équivalents d’aujourd’hui, les Masters 2 « Recherche et Professionnel », interrogent sur les finalités de l’enseignement supé­rieur et les bienfaits ou les réussites de la professionnalisation des cursus. Tous les universitaires ne souscrivent pas à ces changements en profondeur des finalités de l’université. Ils estiment que leur fonction est la production et la transmission de savoirs et non la préparation à l’entrée dans la vie active. Mais, peut-on à la fois favoriser l’ouverture de l’institution au plus grand nombre (50 % d’une classe d’âge) et ignorer la principale raison de la poursuite de leurs études en université : trouver un emploi à la fois plus facilement et de meilleur niveau. Ils estiment que l’université doit leur donner les clés de cet accès ; elle doit favoriser un retour sur investissement. Le diplôme auquel ils accordent de la valeur doit être monnayable sur le marché du travail. Contrôler les modes d’insertion à l’issue des formations n’est pas sans incidences non plus. Pour une partie des acteurs, c’est un verdict de la pertinence des cursus. Il devrait participer au rééquilibrage de l’offre, à la rénovation des contenus, à leur adaptation aux emplois. On est là dans une problématique qui pourrait rapidement devenir adéquationniste et autoritaire. Qui doit réguler cette offre ? À ce jour, les enseignants et les départements des universités ont une grande liberté d’action. Les enjeux des inflexions n’ont pas toujours partie liée avec la demande sociale ou économique de formation. Mais, celle-ci est-elle saisissable ? Ce débat est difficile à clore.

2Toujours est-il que la mesure de l’insertion est pratiquée en France quasi systémati­quement, depuis le milieu des années soixante-dix et la montée du chômage des jeunes, ce qui bien sûr n’est pas sans lien. La DEP, le CEREQ et l’INSEE mènent ces enquêtes qui donnent aujourd’hui une vision diachronique. Les observatoires de la vie étudiante, créés dans chaque uni­versité depuis 1985, complètent ces informations. Toutes ces enquêtes le confirment, plus les jeunes sont diplômés, plus ils échappent au chômage et à son corollaire la déqualification ou le déclassement. Ces résultats ont depuis vingt ans favorisé la prolongation de la scolarisation, provoquant une course-poursuite aux diplômes. Dès 1975, P. Bourdieu et J.-C. Passeron analysaient ces phénomènes et introduisaient une analyse en termes de déclassement et d’infla­tion des diplômes qui est encore valable aujourd’hui. M. Duru-Bellat parle de sur-éducation (2006). On le voit, les polémiques autour de l’éducation ne sont pas faciles à réduire tant la « lutte des places » fait rage dans un contexte de pénurie d’emplois.

3La professionnalisation des études permet-elle une « bonne insertion » ? Y a-t-il des différences significatives selon les niveaux (bac+2, +3, +5), selon les disciplines, selon les diplômes ou selon les institutions ? D’autres caractéristiques des jeunes viennent se greffer sur ces premiers indicateurs comme l’ont attesté de nombreuses recherches récentes. L’âge, le sexe, l’origine sociale ou ethnique sont des variables discriminantes à tous les niveaux. On embauche de préférence un jeune homme français de souche, inscrit dans un réseau social valorisant et utile (Agulhon, 1997). De plus, tous les secteurs d’activité n’ont pas les mêmes pratiques de recrutement. Tertiaires ou industriels, publics ou privés, à finalité sociale ou productive, les mar­chés du travail se segmentent et fonctionnent sur des critères différenciés (Rose, 1998). Il n’existe pas un marché du travail des jeunes, au contraire, ils sont en concurrence avec d’autres catégories sur ces marchés singuliers et segmentés.

  • 1 J’ai effectué une recension de cet ouvrage in Économie et Sociétés, n° 4, 2006.

4Alors qu’en est-il de l’insertion à l’issue de l’enseignement supérieur ? Nous nous appuierons sur les enquêtes du CEREQ pour éclairer cette question, et en particulier sur les enquêtes « Génération » 1998 et 2001 qui rendent compte des modalités d’insertion et des trajectoires des jeunes trois et cinq ans après leur sortie de l’institution scolaire. Taux du chômage, durée du chômage, nombre et qualité des emplois sont passés au crible pour affiner les résultats. Un ouvrage récent, Quelles formations, pour quels emplois ? de Giret, Lopez, Rose (2005)1 donne encore des indications complémentaires par catégorie de jeunes. Globalement les niveaux de formation restent discriminants en 1998 comme en 2001 (Rose, 2005), mais obtenir un diplôme l’est aussi. Aux niveaux V, IV et III, les spécialités industrielles sont performantes, quand paradoxalement les emplois ter­tiaires croissent plus vite. Il est question ici de l’équilibre entre offre et demande. Dans l’enseignement supérieur, les formations professionnelles (bac+3, bac+5) débouchent plus souvent sur un emploi stable qui satisfait les jeunes. Mais, il faut tout de suite nuancer ce propos du fait que ces formations sont plus souvent sélec­tives. Comme le rappelle J.-F. Giret (2005), les licences professionnelles et les masters professionnels ont des politiques de régulation des flux et de sélection de leurs candidats. Les licences professionnelles rassemblent moins de 10 % des jeunes for­més en licence, les masters professionnels 60 000 jeunes. La rareté étant un facteur d’insertion, la satisfaction des jeunes s’explique aisément. De plus, cette sélection renvoie automatiquement à des stratégies individuelles qui comprennent informa­tion, projet et mobilisation. La professionnalisation n’est cependant pas banalisée dans l’enseignement supé­rieur, même si elle l’est dans les IUT et les STS qui favorisent une bonne insertion. Et la question du devenir des jeunes sortant après un DEUG (surtout sans diplôme) mobilise les acteurs politiques. Selon l’enquête « Génération 98 » (Bref-Cereq, 2003), un jeune titulaire d’un DEUG est plus souvent au chômage ou obtient une moindre rémunération qu’un jeune titulaire d’un DUT ou d’un BTS, mais aussi d’un bac professionnel. De plus, un jeune titulaire d’un bac pro ou technologique qui sort sans diplôme d’un DEUG a entre 12 et 14 % de chance d’être au chômage (quel rapport avec ce qui précède ? La proportion de chômage est-elle plus forte chez les DEUG sans diplôme venant d’un bac général ?).

5Deux autres Bref-Cereq confirment les hiérarchies des diplômes face à l’insertion, les diplômés des écoles d’ingénieurs gagnent sur tous les facteurs face aux jeunes sortant de l’université, qu’ils soient thésards ou diplômés d’un DESS. Le chômage, le type de contrat (CDI) et le salaire de ces derniers les placent dans une position subordonnée.

Situation trois ans après la sortie de formation en 2001

Diplômes

Taux de chômage %

Emploi CDD %

Salaire net mensuel 

Thésards

7

24

1980

Ingénieurs

2

8

2100

DESS

5

23

1730

Source : Bref-Cereq, n° 220, juin 2005

6Mais si l’on compare les sortants de troisième cycle à ceux de second cycle, les pre­miers sont gagnants.

Situation trois ans après la sortie de formation en 2001

Diplômes

Taux de chômage %

Emploi CDD %

Salaire net mensuel 

Bac+2

7

66

1300

2e cycle

9

76

1470

3e cycle

10

85

1950

  • 2 Ces moyennes cachent des disparités qui relèvent des caractéristiques des formations et des individ (...)

Source : Bref-Cereq, n° 222, septembre 20052

7Que sait-on de plus sur l’impact de la professionnalisation ? Selon J.-F. Giret et S. Moullet (2005), les jeunes sortant de formations professionnelles universitaires connaissent moins souvent le chômage de première insertion (la moitié des jeunes de DESS pour un tiers de ceux de DEA n’y sont pas confrontés), moins souvent encore dans les formations industrielles que tertiaires (décidément efficaces à tous les niveaux). Un jeune de BTS industriel trouvera plus rapidement un emploi que celui qui sort d’un DEA de sciences exactes ou plus encore d’un DEUG. Mais sortir avec un DESS augmente de 86 % les chances d’obtenir un emploi stable (CDI) sur un BTS. Sur un troisième indicateur d’importance, le type d’emploi occupé, les dis­parités sont encore importantes. La probabilité d’occuper un emploi en rapport avec sa formation croit selon le niveau du bac+2 au bac+5 et selon la spécialité. Plus fréquente dans les spécialités industrielles et scientifiques, elle sera moindre dans le tertiaire et les sciences humaines. Mais, elle sera plus faible après une for­mation de DESS de sciences humaines qu’elle ne l’est avec un BTS tertiaire.

8Si l’insertion offre des disparités, qu’en est-il trois après quand la transition profes­sionnelle s’achève et que les jeunes se stabilisent dans l’emploi. Quelle concordance formation-emploi à cette échéance ? L’analyse des données de l’enquête « Génération 98 » nous donne encore quelques éléments de réponse. Les résultats corroborent ceux des premières insertions. Globalement comme aux autres niveaux de formation, 50 % des jeunes ont un emploi correspondant à leur formation. Ce rapport s’élève pour les BTS et les DUT (60 %), se réduit légèrement pour les DEA et les DESS, et plus encore pour les maîtrises et les licences. Quant aux sortants au niveau DEUG, 15 % ont un emploi en lien avec leur formation. La spécialité joue aussi pour distinguer les jeunes, toutes les spécialités tertiaires n’ont pas la même efficacité, tous les DESS non plus.

9Mais la concordance n’est pas forcément le meilleur critère pour garantir la qualité de l’emploi, car le spectre des emplois auxquels les jeunes sortant de formations généralistes peuvent prétendre est plus large. L’inadéquation n’est donc pas inévita­blement un signe de dégradation de l’insertion. En revanche, le déclassement peut se combiner avec la concordance et inversement. Pourtant, les diplômes profession­nels (BTS, DUT ou DESS), mais aussi le DEA protègent mieux du déclassement que les licences ou les maîtrises, et, une fois encore, les formations industrielles plus que les formations tertiaires.

10J.-F. Giret et S. Moullet nous proposent une conclusion nuancée que nous repren­drons ici. Les variables qui interviennent dans l’insertion et la stabilisation dans l’emploi sont multiples, elles brouillent la perception d’une hiérarchie nette entre niveaux, entre spécialités et entre les jeunes. Les repères et références d’apprécia­tions de l’insertion et de l’emploi ne peuvent être suffisamment normés pour entéri­ner une hiérarchie des formations. Globalement, l’insertion à l’issue de l’enseigne­ment supérieur est meilleure que celle intervenant à l’issue du secondaire, on s’en doute, mais l’opposition entre formations professionnelles et formations généralistes se combine avec d’autres partitions qui l’atténuent.

Haut de page

Bibliographie

AGULHON C. (2005). « Les relations formaton-emploi. Un serpent de mer », Questions vives, n° 6, Université de Provence, CADET J.-P. et al. (2006). « Les multiples incidences de la formation initiale en début de car­rière », Bref-Cereq, n° 231.

GIRET J.-F. (2005). « De la thèse à l’emploi », Bref-Cereq, n° 220.

GIRET J.-F., LOPEZ A., ROSE J. (2005). Des formations pour quels emplois ? Paris : Éditions La Découverte. GIRET J.-F., MOULLET S. (2005). « L’adéquation formation-emploi après les filières professionnelles de l’enseignement supérieur », in Quelles formations pour quels emplois ? Paris : Éditions La Découverte.

ROSE J. (2005). « Les “effets de la formation initiale” sur l’insertion », Bref-Cereq, n° 222. THOMAS G. (2003). « Les jeunes qui sortent sans diplôme de l’enseignement supérieur », Bref-Cereq, n° 200.

Haut de page

Notes

1 J’ai effectué une recension de cet ouvrage in Économie et Sociétés, n° 4, 2006.

2 Ces moyennes cachent des disparités qui relèvent des caractéristiques des formations et des individus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Agulhon, « AGULHON Catherine, Les formations du supérieur et l’emploi », Recherche et formation, 54 | 2007, 165-169.

Référence électronique

Catherine Agulhon, « AGULHON Catherine, Les formations du supérieur et l’emploi », Recherche et formation [En ligne], 54 | 2007, mis en ligne le 11 octobre 2011, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://rechercheformation.revues.org/954

Haut de page

Auteur

Catherine Agulhon

Paris V (Cerlis)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page