Navigation – Plan du site
Lectures
Autour des compétences

RODRIGUES-LOPES António (2004). La formation des enseignants, un problème de notre temps. Contribution à la clarification des compétences professionnelles des enseignants

Viseu : Instituto Superior Politécnico de Viseu, 421 p. (+ annexes).
Bernard Rey
p. 167-169
Référence(s) :

RODRIGUES-LOPES António (2004). La formation des enseignants, un problème de notre temps. Contribution à la clarification des compétences professionnelles des enseignants, Viseu : Instituto Superior Politécnico de Viseu, 421 p. (+ annexes).

Texte intégral

1Il s’agit du texte d’une thèse de doctorat. Sa lecture présente les inévitables lourdeurs propres à ce genre littéraire, renforcées par quelques incertitudes sémantiques dues au fait que l’auteur n’écrit pas dans sa langue d’origine. Mais le lecteur surmonte facilement ces difficultés, emporté par l’intérêt du sujet. Le titre et le sous-titre de l’ouvrage font attendre en effet un travail qui se situe au croisement de trois domaines essentiels de la recherche actuelle en éducation : la question de la professionnalisa-tion des enseignants, les problèmes propres à leur formation et, enfin, la problématique liée à l’usage de la notion de compétence.

2L’auteur part du constat qu’aucune recherche n’a été faite sur les compétences professionnelles dont les enseignants ressentent l’exigence dans leur pratique de terrain. D’où l’insuffisance à ses yeux des profils de formation existants. Son travail va consister, dès lors, à soumettre un échantillon représentatif d’enseignants portugais du secondaire à une triple interrogation : quelles sont les compétences professionnelles qu’ils estiment avoir reçues au cours de leur formation initiale ? Quelles sont celles qui, sur la base de leur expérience, leur paraissent nécessaires à la pratique du métier ? Quelles sont, enfin, celles qui leur paraîtraient souhaitables ?

3Une série de 184 énoncés de compétences propres à la profession d’enseignant a été établie par le chercheur. On a demandé d’abord aux répondants d’apprécier, au moyen d’une échelle de Likert à cinq pas, s’ils avaient reçu ces compétences au cours de leur formation ; puis, par le même moyen, d’apprécier si, d’après leur expérience, ces compétences étaient nécessaires à la pratique du métier ; et enfin si elles étaient souhaitables pour un exercice idéal du métier.

4Les compétences présentées étaient réparties en quatre catégories : les compétences scientifiques, didactico-pédagogiques, clinico-relationnelles et institutionnelles.

5L’approche par compétence est liée à la perspective même de cette recherche qui accorde de l’importance et de l’intérêt à ce que pensent et estiment les praticiens de terrain. Même si l’approche par compétence est présentée d’une manière dispersée et pas toujours explicite, elle semble impliquer, aux yeux de l’auteur, un type de formation très peu didactisée dans laquelle il ne s’agit pas tant de faire acquérir des techniques stéréotypées que de construire une personnalité globale capable de répondre d’une manière responsable et critique à des situations toujours nouvelles.

6L’approche par compétences est ainsi avancée pour répondre à deux exigences :
— la première tient au fait que la réussite d’un enseignement n’est pas aisément planifiable, mais tient plutôt aux interactions entre des personnes ;
— la deuxième est qu’il convient d’envisager la formation des enseignants dans une dimension prospective : il s’agit de former des enseignants capables d’œuvrer dans la durée et dans le cadre d’un développement historique ouvert.

7Les 287 questionnaires recueillis font apparaître un écart important entre les compétences que les répondants estiment avoir reçues et celles qu’ils jugent nécessaires et souhaitables. C’est donc un sentiment d’insuffisance de la formation initiale qui transparaît ici. Toutefois, il faut noter une forte dispersion des résultats concernant les compétences reçues : les enseignants interrogés ne manifestent pas d’accord entre eux sur les compétences qui ont été reçues et celles qui ne l’ont pas été. En outre, il semble que les enseignants les plus jeunes aient une meilleure perception de la formation reçue. Il est intéressant de relever également que les enseignants les plus anciens ressentent plus la nécessité de posséder des compétences institutionnelles que ne le font les plus jeunes.

8Ce travail fournit de nombreuses indications sur la perception que les enseignants de terrain peuvent avoir de leur formation et des compétences exigées par le métier. Cependant, certains aspects font hésiter sur la validité des résultats. Car la liste des compétences sur laquelle les répondants ont eu à se prononcer leur était imposée. Même si cette liste a été établie à partir d’entretiens et d’enquêtes exploratoires menées auprès d’enseignants de terrain et en respectant des procédures méthodologiques rigoureuses, il reste que les répondants de l’échantillon ont dû se prononcer sur des énoncés de compétences prédéterminés. Peut-on dire que ces réponses indiquent vraiment les compétences dont ils ressentent spontanément le besoin ?

9En outre, ces énoncés sont loin d’être univoques. Face à un énoncé tel que « Aider les élèves en difficulté », il n’est pas certain que tous les répondants aient pensé au même type d’actions concrètes. Il en va tout autant d’énoncés tels que « Apprécier la pertinence de l’information », « Corriger l’apprentissage des élèves », « S’adapter à des situations imprévisibles », « Différencier les contenus scientifiques » et bien d’autres encore.

10On peut difficilement éviter de se poser la question de la consistance de compétences définies avec un tel niveau de généralités. Sous des formulations trop générales peuvent se glisser des actions qui n’ont rien à voir entre elles. Cette question de la généralité ou de la spécificité des compétences, qui est pourtant au cœur des débats actuels sur cette notion, ne semble pas avoir retenu l’attention du chercheur. Ce travail permet-il d’améliorer la formation des enseignants ? Peut-on espérer que les acteurs de l’école s’entendent sur la manière de faire acquérir et d’évaluer des compétences ainsi formulées ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Rey, « RODRIGUES-LOPES António (2004). La formation des enseignants, un problème de notre temps. Contribution à la clarification des compétences professionnelles des enseignants », Recherche et formation, 51 | 2006, 167-169.

Référence électronique

Bernard Rey, « RODRIGUES-LOPES António (2004). La formation des enseignants, un problème de notre temps. Contribution à la clarification des compétences professionnelles des enseignants », Recherche et formation [En ligne], 51 | 2006, mis en ligne le 29 septembre 2011, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://rechercheformation.revues.org/556

Haut de page

Auteur

Bernard Rey

université libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page