Navigation – Plan du site
Notes critiques et lectures

LAMEUL Geneviève, JEZEGOU Annie, TROLLAT Anne-Françoise (2009), Articuler dispositifs de formation et dispositions des apprenants

Éd. Chronique Sociale, 207 p.
Rachel Gasparini
p. 168-170
Référence(s) :

LAMEUL Geneviève, JEZEGOU Annie, TROLLAT Anne-Françoise (2009), Articuler dispositifs de formation et dispositions des apprenants, Éd. Chronique Sociale, 207 p.

Texte intégral

1Voici un ouvrage qui peut intéresser plusieurs publics  : d’abord, les formateurs et les enseignants confrontés à la question de l’efficacité des dispositifs pédagogiques qu’ils mettent en place ; ensuite, les chercheurs travaillant sur les questions d’apprentissage, d’éducation, de transmission des savoirs ; enfin, plus généralement, les lecteurs soucieux de questionner des pratiques présentées comme évidemment incontournables dans la formation actuelle, sans qu’on s’interroge toujours sur les conditions pratiques de leur efficacité sur les apprenants (par exemple, l’utilisation des TICE dans l’enseignement ou la formation en prise directe avec la «  réalité  » de l’entreprise). Ce livre collectif présente les travaux et réflexions de chercheurs du CREF (Centre de recherches éducation et formation) de l’université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense. Au départ trois chercheurs, A. Jézégou, G. Lameul, A.-F. Trollat, constatent la convergence des résultats de leurs travaux concernant trois dimensions  : les dispositifs de formation dotés de technologies de l’information et de la communication et faisant appel à l’auto-formation connaissent des limites ; l’innovation technico-pédagogique ne conduit pas à une transformation significative des comportements d’apprentissage ; l’efficacité des dispositifs repose principalement sur la dynamique de l’apprenant (motivation, autorégulation), l’environnement pédagogique pouvant exercer un effet positif ou négatif sur cette dynamique. Cinq autres chercheurs de la même équipe, O. Bataille, B. Blandin, S. Brewer, F. Fenouillet, C. Frétigné, sont venus compléter ce collectif autour de la question principale de l’articulation entre les dispositifs de formation et les dispositions des personnes en formation, convaincus des bénéfices de cette réflexion en termes d’ingénierie de la formation continue et initiale.

2Les auteurs de l’ouvrage partagent deux postulats de départ  :
– «  L’apprenant est un être social en interactions continues et réciproques avec le dispositif de formation  » (p. 10), d’où l’importance de tenir compte de ses dispositions ;
– «  Un dispositif de formation est une organisation de ressources (humaines, pédagogiques, matérielles, etc.) au service d’une action finalisée. C’est une construction sociale qui, en jouant des contraintes et de la variété des ressources, agence des situations susceptibles d’entrer en résonance avec les dispositions des personnes en formation  » (p. 10).

  • 1  Carré P., L’apprenance : vers un nouveau rapport au savoir, Dunod, 2005

3Partant de ce cadre commun de réflexion, les auteurs développent des perspectives théoriques différentes pour analyser l’articulation des dispositifs pédagogiques et des dispositions des apprenants dans des contextes de formation différents. La notion même de «  dispositions  » est appréhendée différemment, chacun convoquant des chercheurs aux sensibilités fort différentes, tels que Lahire, Bandura, Kaufmann, Martucelli, Moore, pour ne citer qu’eux. Les auteurs se réfèrent plus ou moins à la notion d’«  apprenance  »1 définie comme «  un ensemble durable de dispositions favorables à l’action d’apprendre dans toutes les situations formelles ou informelles, de façon expérientielle ou didactique, autodirigée ou non, intentionnelle ou fortuite  ». Plusieurs terrains d’études sont présentés, à propos d’apprenants différents (lycéens, enseignants en formation, demandeurs d’emploi, étudiants) ainsi que des lieux et des types de formations variés  : enseignement à distance, e-learning, lycée agricole, formation professionnelle continue, stage en entreprise d’entraînement (formation où l’architecture et le fonctionnement de l’entreprise dans ses activités tertiaires sont imités pour placer les stagiaires en situation «  comme si  » ils étaient dans le vrai monde professionnel). Enfin, chaque contribution aboutit à des perspectives pour l’ingénierie de formation, propositions en lien avec le développement conceptuel et l’analyse des auteurs, ce qui permet d’alimenter la réflexion des professionnels de la formation pour la mise en place des dispositifs. Les conclusions sont plus ou moins optimistes quant à l’efficacité des dispositifs pédagogique analysés et de son articulation avec les dispositions de l’apprenant. Ce bilan contrasté est à mettre sur le compte des terrains, des publics et des types d’enseignement diversifiés mais également peut s’interpréter au regard de la perspective théorique engagée et des convictions propres à chaque auteur.

4Au final, la juxtaposition de plusieurs univers théoriques aussi hétéroclites, voire en partie contradictoires, peut surprendre et faire redouter des propos confus autour d’une question qui certes est commune, mais dont les auteurs s’emparent de manière diverse et à propos de terrains d’apprenants si différents. Les auteurs semblent avoir conscience de cette difficulté et on appréciera les positions fermes mais modestes d’une pensée qui s’affiche comme étant en construction  : l’avant-propos souligne que le travail d’explicitation continue à se faire dans le collectif d’auteurs autour de la notion de «  dispositions  » et de la réflexion sur son articulation avec celle de «  dispositif  ». Par ailleurs, on peut saluer l’honnêteté d’avoir choisi d’assumer ses choix théoriques et interprétatifs dans un ouvrage collectif, au lieu d’afficher un apparent consensus total  : le fait que chaque contribution prenne la peine de préciser son cadre d’analyse permet au lecteur de se situer clairement. Enfin, l’avant-propos de l’ouvrage et surtout la synthèse très rigoureuse et stimulante de P. Carré resituent les différents travaux dans une réflexion plus globale sur les conditions d’une «  apprenance  » efficace dans des dispositifs prenant en compte les dispositions des apprenants.

Haut de page

Notes

1  Carré P., L’apprenance : vers un nouveau rapport au savoir, Dunod, 2005

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rachel Gasparini, « LAMEUL Geneviève, JEZEGOU Annie, TROLLAT Anne-Françoise (2009), Articuler dispositifs de formation et dispositions des apprenants », Recherche et formation, 63 | 2010, 168-170.

Référence électronique

Rachel Gasparini, « LAMEUL Geneviève, JEZEGOU Annie, TROLLAT Anne-Françoise (2009), Articuler dispositifs de formation et dispositions des apprenants », Recherche et formation [En ligne], 63 | 2010, mis en ligne le 27 septembre 2011, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://rechercheformation.revues.org/361

Haut de page

Auteur

Rachel Gasparini

université Lyon 1, IUFM et GRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page