Navigation – Plan du site
Notes critiques et lectures

BENAÏOUN-RAMIREZ Nicole (2009), Faire avec les imprévus en classe. Représentations professionnelles et construction de la professionnalité

Chronique sociale, Lyon, 208 p.
Jean-Michel Zakhartchouk
p. 164-165
Référence(s) :

BENAÏOUN-RAMIREZ Nicole (2009), Faire avec les imprévus en classe. Représentations professionnelles et construction de la professionnalité. Chronique sociale, Lyon, 208 p.

Texte intégral

1On connaît le fantasme de nombre de professeurs : surtout ne pas laisser le moindre vide dans la classe, avoir tout prévu, y compris bien entendu… l’imprévisible. En même temps, on prône l’enseignement comme un art de l’improvisation, qui ne s’apprendrait pas vraiment, puisqu’il n’est pas possible de tout prévoir.

2Entre ces deux extrêmes qui peuvent curieusement coexister chez les mêmes personnes, il y a le professionnalisme qui intègre la notion d’imprévu comme inhérente à l’acte même d’enseigner et du coup permet de faire face aux perturbations d’un très relatif « ordre normal des choses ». C’est de cela dont traite l’ouvrage de Nicole Bénaïoun-Ramirez, qui a pour sous-titre « Représentations professionnelles et construction de la professionnalité » et qui est préfacé, de façon stimulante et savoureuse - ce qui n’étonnera personne-par Philippe Perrenoud.

3L’ouvrage comprend deux grandes parties, une dont l’objectif est de nous aider à mieux comprendre le collège comme contexte d’hétérogénéité, une seconde qui nous fait entrer dans le monde complexe des imprévus. Il n’est pas sûr cependant que les deux premiers chapitres, assez généraux et censés contextualiser la démarche soient vraiment indispensables (développements, finalement ou trop longs, ou trop courts, sur l’évolution historique de la professionnalité), il faut attendre le troisième chapitre pour entrer vraiment dans le cœur du sujet. De façon très pédagogique, que d’aucuns pourraient trouver un peu lourde, l’auteure balise son développement à l’aide d’encadrés et de « points » réguliers (« à ce stade de nos réflexions »). On perd peut-être en fluidité ce qu’on peut gagner en clarté née de la redondance. Et on peut s’agacer de la présence d’un guidage trop fort du lecteur, entre caractères gras, italiques, rappels de définition et nombreuses citations.

4Mais venons-en au fond. Comment est définie la notion d’imprévu ? Il s’agit d’« incidents perturbateurs » qui comprennent trois dimensions : contextuelle (imprévus liés au cadre des activités), pédagogiques et relationnels (digressions, dysfonctionnements…) et enfin didactiques (dans l’appropriation des notions). Face à eux, les enseignants réagissent de diverses manières, en puisant dans leur « savoir d’expérience », et ce sont ces réactions souvent contrastées qui sont analysées dans la seconde partie centrée sur le « faire avec ».

5Le chapitre IV qui l’ouvre, est bâti à partir d’une enquête auprès de 145 enseignants ayant répondu à un questionnaire d’où il ressort que les imprévus sont perçus différemment selon leurs contextes et selon l’implication personnelle de chacun. On se perd parfois dans des digressions théoriques sur l’identité professionnelle qui nous éloignent de la problématique centrale et rendent la lecture parfois difficile, quand on aurait aimé davantage de récits par exemple. Mais ce qui s’avère plus intéressant, c’est la distinction qui est faite pages128-129 entre deux grands profils types : l’adaptation ou au contraire la « persistance » (l’obstination ?). Les pédagogues engagés par exemple cherchent à s’adapter à la situation, avec souplesse, dans un esprit d’ouverture, la qualité du « bon » enseignant étant alors la disponibilité. Les magisters modérément engagés attribuent les dysfonctionnements de la classe à la turbulence des élèves et veulent à tout prix « maintenir le cap ». Et ils se reconnaissent comme point fort « de ne pas chercher à être aimés des élèves ». Ce sont, d’après l’enquête du moins, plutôt des jeunes.

6Plus loin, l’auteure oppose des enseignants qui savent prendre de la distance et intègrent davantage les imprévus dans la normalité. L’imprévu est prévu en quelque sorte. Et gérer les conflits dans la classe, les différences de rythmes, les problèmes relationnels, tout cela est dans les missions de l’enseignant donc. On trouve là des enseignants « engagés sur un plan psychosocial », qui se sentent davantage responsables des élèves qui leur sont confiés. À l’inverse, des « libertaires » (ne pourrait-on pas plutôt dire des enseignants considérant le métier davantage en profession libérale ?) sont touchés quand tout ne se déroule pas comme prévu. Un « bon » enseignant, au fond, gère la classe « comme il le sent » et se centre sur les savoirs à transmettre, mais du coup les imprévus peuvent être très perturbants. Ceux-là sont plutôt des anciens d’ailleurs, ce qui ne va pas tout à fait dans le même sens que l’opposition d’âge signalée plus haut entre magisters et pédagogues engagés. Sans doute les typologies seraient à affiner…

7En fait, ce ne sont peut-être pas les résultats de l’enquête qui nous intéressent le plus, mais les grilles d’analyse, les croisements possibles entre engagement, ancienneté, contexte scolaire, représentations du métier et de l’idéal professionnel. Autant de points qu’il convient de travailler en formation. D’ailleurs, l’ouvrage propose au lecteur de se situer lui-même et de lire ensuite les analyses faites des réponses à l’enquête à l’aune de leurs propres réponses.

8Dans ce livre dense et qui a du mal à rester sur son sujet, on aurait aimé voir apparaître des récits d’incidents, des fragments d’analyse de pratiques : comment tel incident est jugé par les uns inadmissible, par les autres banal et au fond « normal », comment tel ou tel réagit face à des réactions d’élèves qui vont du « je comprends rien à votre truc » au « j’en ai rien à f… » ou plus sagement qui interprètent de travers la consigne. Livre utile cependant car il fournit des outils d’analyse, au formateur notamment.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Zakhartchouk, « BENAÏOUN-RAMIREZ Nicole (2009), Faire avec les imprévus en classe. Représentations professionnelles et construction de la professionnalité », Recherche et formation, 63 | 2010, 164-165.

Référence électronique

Jean-Michel Zakhartchouk, « BENAÏOUN-RAMIREZ Nicole (2009), Faire avec les imprévus en classe. Représentations professionnelles et construction de la professionnalité », Recherche et formation [En ligne], 63 | 2010, mis en ligne le 22 septembre 2011, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://rechercheformation.revues.org/352

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Zakhartchouk

professeur de collège,
formateur de l’académie d’Amiens

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page