Navigation – Plan du site
Notes critiques et lectures

André Terrisse, Marie-France Carnus (dir.), Didactique clinique de l’éducation physique et sportive (EPS). Quels enjeux de savoirs ?

Paris : De Boeck, 182 p., 2009
André Zeitler
p. 178-180
Référence(s) :

André Terrisse, Marie-France Carnus (dir.). Didactique clinique de l’éducation physique et sportive (EPS). Quels enjeux de savoirs ?, Paris : De Boeck, 182 p., 2009.

Texte intégral

1L’ouvrage présente huit études portant sur la transmission-appropriation de savoirs en Éducation Physique et Sportive (EPS), introduite par une présentation de la dimension générique de « l’orientation de recherche ».

2La particularité de cette approche en « didactique clinique » en l’EPS tient à un parti pris, celui de redonner aux sujets une place centrale dans la relation didactique entre les enseignants et les apprenants. Les travaux de l’équipe de recherche « Analyse des Pratiques Enseignantes et de leurs Effets sur les Élèves » (AP3E), ont pour ambition de mieux comprendre l’activité des sujets engagés dans le système didactique en acte (même si les auteurs reconnaissent la dimension en partie inexplicable, ni même compréhensible, de la relation didactique en action).

3L’approche clinique est présentée par André Terrisse comme une voie alternative aux approches biomécaniques et bio-informationnelles, par le recours aux perspectives psychanalytiques pour comprendre et agir pleinement sur les actions motrices qui engagent, par définition, le corps des élèves. La thématique des motifs d’engagement du sujet, le professeur ou l’élève, dans une activité physique devient alors centrale pour comprendre les processus de transmission-appropriation, sans nier pour autant la contingence de ces processus.

  • 1 Activités physique, sportive et artistique

4La première étude, est présentée par Isabelle Jourdan. Elle a pour objet la construction de la professionnalité saisie au travers de l’évolution du rapport au savoir chez les étudiants en formation initiale en EPS, qui deviennent professeurs stagiaires, puis obtiennent leur premier poste. Le rapport au savoir est lui-même appréhendé à travers le rapport aux APSA1 et au corps. Pour les enseignants débutants, il est essentiel d’avoir pratiqué l’APSA, pour comprendre les sensations et le vécu en tant que débutant. Pour certains, cette expérience première est un point d’ancrage à l’appropriation de savoirs généraux qui permettent une certaine prise de distance dans des contenus d’enseignement où « le corps est didactisé ». Cette expérience de la pratique est aussi un moyen de sécurisation du jeune professionnel à de multiples égards. Cet ensemble participe donc d’une dynamique identitaire consistant à prendre et à assumer sa place d’enseignant.

5La deuxième étude présentée par Éric Margnes, prend pour objet la relation entre la conception de l’APSA et l’enseignement chez deux formateurs de judo en STAPS. Deux modèles culturels du judo sont distingués a priori à partir d’une analyse sociohistorique de l’APSA. Les deux modèles culturels sont modélisés par une distinction entre la conception de l’activité (valeur de l’activité, sens du combat, valeur des actes) et la conception de l’enseignement (relation à la technique, modalités de transmission). Une dimension éthique permet d’opérer une ligne de partage entre les deux orientations. En l’espèce, la première orientation éthique est faite d’un épanouissement personnel par l’entraide, tandis que la seconde vise la valorisation de soi par la hiérarchisation avec autrui. La recherche montre que ces deux conceptions que l’on retrouve en terme de tendances chez les deux formateurs, ne sont pas aussi contrastées qu’elles le sont au plan théorique, mais sont, au contraire, structurées par des rapports singuliers et, parfois, contradictoires selon le secteur spécifique de l’activité enseignée.

6La troisième étude est présentée par Marie-France Carnus. Elle pointe la problématique de la décision en enseignement sous l’angle de la transformation contextuelle des contenus d’enseignement. Le contenu d’enseignement est assujetti, notamment institutionnellement, et il est divisé à travers une sphère publique et privée, tendu entre des motifs à la fois raisons et désirs, entre le conscient et l’inconscient. La thèse centrale est que la part de l’inconscient est source de nombreuses divisions chez le sujet-enseignant qui permettent de comprendre les contradictions inhérentes aux processus décisionnels en enseignement. Les résultats exposés montrent trois formes de divisions : compromission, compromis et nécessité de trancher. Ce travail est présenté par André Terrisse, comme un tournant essentiel du groupe de recherche dans la mesure où il fut l’un des premiers à aborder cette question.

7La quatrième étude, celle de Denis Loizon, prend pour objet les filtres personnels dans l’action didactique. Quatre types de filtres sont distingués : le « déjà-là » intentionnel spécifique, le « déjà-là » intentionnel général, le « déjà-là » conceptuel et le « déjà-là » expérientiel. Ces quatre filtres se superposent et influencent les intentions didactiques. Mais la strate expérientielle construite par la pratique personnelle revêt une importance toute particulière.

8La cinquième étude est présentée par Pablo Buznic-Bourgeacq. L’auteur s’est attaché à comprendre comment chez un même enseignant débutant, deux APSA, l’une dont il est spécialiste et l’autre pas, étaient enseignées sur le plan de la gestion du contrat didactique. Dans celle-ci, la part de la dévolution et de la régulation est contrastée en fonction de l’expérience. La part de l’expérience dans l’APSA joue un rôle essentiel, notamment et paradoxalement, dans les ruptures de contrat didactique.

9La sixième étude présentée par Emmanuelle Brossais et André Terrisse montre comment le poids de l’institution sportive pèse sur l’enseignement d’un enseignant débutant, mais expert dans sa discipline. Il reproduit les modèles d’enseignement qu’il a lui même vécu en tant que pratiquant, dans un milieu (ZEP) où les auteurs s’attendaient à une autre approche de l’APSA.

10Frédéric Heuser propose une étude où il décrypte les différents écarts entre le « savoir à enseigner » (SAE) et le « savoir réellement enseigné » (SRE), afin de déterminer le « savoir de référence » (SR) réellement mobilisé. Les résultats montrent que la référence déclarée, différente de la référence réellement mobilisée, semble différente de celle de l’enseignant en tant que pratiquant, tout en étant conforme aux attentes de l’institution.

11Enfin, Jean-Paul Sauvegrain expose une étude du savoir enseigné et le savoir réellement mobilisé par les élèves en situation de combat, en lutte. Dans l’étude de cas présenté, il constate que l’élève ne peut accéder à l’utilisation de techniques qu’il a pourtant longuement apprises et répétées. L’utilisation de nouvelles techniques semble bloquée par le recours à une seule technique efficace. La voie de sortie de cette impasse est le recours à une position stratégique de l’élève dont l’accessibilité est pourtant déniée par l’enseignant.

12Au-delà la spécificité de la discipline (EPS), cet ouvrage présente une approche originale susceptible d’intéresser les personnes se souciant d’une approche didactique qui ne soit pas désincarnée. C’est d’ailleurs un des aspects le plus passionnant de cette approche. Elle montre clairement que les actes d’enseignement et d’apprentissage ne peuvent se concevoir uniquement du point de vue d’une rationalité externe, qui exclurait les sujets, leurs histoires de vie, leurs rapports personnels à l’activité physique. Elle montre, au contraire, toute l’importance des éléments de construction identitaires provenant de la biographie de l’individu et entrant dans une dynamique complexe et contingente dans la situation d’enseignement. Même si les voies de la formation ne sont pas tracées explicitement, ces recherches pointent des connaissances utiles pour comprendre les dynamiques identitaires des enseignants en tant que sujets agissants. Les méthodologies cliniques sont bien décrites et les études de cas sont convaincantes. Des questions subsistent toutefois. On pourra se demander, par exemple, comment les entretiens portant sur les différents savoirs mobilisés et les écarts entre intentions et actions, ne sont pas soumis à des effets de présentation de soi et d’adressage se confondant avec une justification vis-à-vis d’un cadre institutionnel par nature normatif. Mais les auteurs en prenant soin d’assister aux leçons se prémunissent en grande partie de ce biais en mettant en rapport les déclarations et les actes dans une dialectique féconde.

Haut de page

Notes

1 Activités physique, sportive et artistique

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Zeitler, « André Terrisse, Marie-France Carnus (dir.), Didactique clinique de l’éducation physique et sportive (EPS). Quels enjeux de savoirs ? », Recherche et formation, 64 | 2010, 178-180.

Référence électronique

André Zeitler, « André Terrisse, Marie-France Carnus (dir.), Didactique clinique de l’éducation physique et sportive (EPS). Quels enjeux de savoirs ? », Recherche et formation [En ligne], 64 | 2010, mis en ligne le 05 octobre 2011, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://rechercheformation.revues.org/269

Haut de page

Auteur

André Zeitler

Université de Bretagne occidentale, UFR Sport et Éducation Physique

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page