Navigation – Plan du site
Articles

Le vécu subjectif dans la recherche en psychologie

Subjective experience in psychological and educational research
Antonio Iannaccone et Elisa Cattaruzza
p. 77-90

Résumés

À la lumière des perspectives ouvertes par le courant psycho-phénoménologique, les auteurs, tout en se focalisant sur la description du vécu des participants à deux types de dispositifs empiriques, se demandent quels sont les apports réels de la prise en compte des données subjectives pour la recherche en psychologie et à quelles conditions méthodologiques ces données peuvent être considérées comme « fiables ». Conscients des importants enjeux empiriques et épistémologiques de ces deux questions, les auteurs défendent la thèse selon laquelle les présupposés de l’approche psycho-phénoménologique ouvrent de remarquables pistes d’action par rapport à la validité des données récoltées en première personne. Même si l’article se positionne principalement au niveau d’une réflexion théorique à propos de la prise en compte de la subjectivité en psychologie de l’apprentissage, les auteurs considèrent que cette question concerne plus largement les domaines de l’éducation et de la formation dans leur ensemble.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1. Introduction
2. La prise en compte de la subjectivité dans la recherche en psychologie
3. Les dimensions subjectives et objectives des interactions sociales
4. Quelques exemples d’analyse de données subjectives dans le champ de la formation
5. En guise de conclusion

Aperçu du début du texte

1. Introduction

Dans cette contribution, nous allons aborder, sous l’angle de la psycho-phénoménologie (Vermersch, 2012), une question « classique » mais partiellement irrésolue dans la recherche en psychologie : dans quelle mesure et de quelle manière les verbalisations des dimensions subjectives et implicites de l’activité intellectuelle humaine peuvent-elles être prises en compte aussi bien dans l’étude des processus cognitifs que pour analyser de manière plus spécifique des situations d’apprentissage et de formation ? Cette démarche peut-elle contribuer à remettre en question le fossé, parfois très marqué, entre démarches « objectives » et « subjectives » de la récolte des données ?

Conscients de l’ampleur de la question, nous focaliserons notre contribution autour de quelques présupposés largement assimilables à la perspective psycho-phénoménologique de Pierre Vermersch (2012) : dans un premier temps, nous mettrons l’accent sur l’importance d’un accès « raisonné » aux dimensions ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antonio Iannaccone et Elisa Cattaruzza, « Le vécu subjectif dans la recherche en psychologie », Recherche et formation, 80 | 2015, 77-90.

Référence électronique

Antonio Iannaccone et Elisa Cattaruzza, « Le vécu subjectif dans la recherche en psychologie », Recherche et formation [En ligne], 80 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://rechercheformation.revues.org/2506 ; DOI : 10.4000/rechercheformation.2506

Haut de page

Auteurs

Antonio Iannaccone

Université de Neuchâtel (Suisse), Faculté des lettres et sciences humaines, Institut de psychologie et éducation

Elisa Cattaruzza

Université de Neuchâtel (Suisse), Faculté des lettres et sciences humaines, Institut de psychologie et éducation

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page