Navigation – Plan du site
Notes critiques & lectures

Mebarki, M., Starck, S. et Zaid A. (coord.) (2016). Expérience et professionnalisation dans les champs de la formation, de l’éducation et du travail. État des lieux et nouveaux enjeux

Toulouse : Octarès coll. « Le travail en débats », 172 p. ISBN : 978-2-36630-051-2
Cédric Frétigné
p. 111-112
Référence(s) :

Mebarki, M., Starck, S. et Zaid A. (coord.) (2016). Expérience et professionnalisation dans les champs de la formation, de l’éducation et du travail. État des lieux et nouveaux enjeux. Toulouse : Octarès coll. « Le travail en débats », 172 p. ISBN : 978-2-36630-051-2

Texte intégral

1Actes du colloque éponyme – les conférences plénières et une sélection des communications présentées en atelier ont été retenues – qui s’est tenu du 26 au 28 septembre 2012 aux universités Lille 1 et Lille 3, l’ouvrage entend mettre en débat les articulations existantes entre expérience et professionnalisation dans les champs intéressant les sciences de l’éducation et les sciences du travail. Le projet a, en apparence, tout de la gageure, tant les syntagmes « expérience » et « professionnalisation » sont polysémiques et largement fuyants. Comment donc penser l’articulation entre deux ensembles aux sémantiques si manifestement labiles ?

2Pour mettre de l’ordre dans la réflexion et organiser le propos, les coordinateurs de l’ouvrage proposent de reprendre le fil conducteur de l’appel à communication du colloque : « en quoi l’expérience peut-elle être considérée aujourd’hui, pour les acteurs de l’éducation et de la formation, comme incontournable dans les processus de professionnalisation » ? (p. 3) Plus précisément, c’est autour de quatre tensions que la discussion est organisée et le livre structuré : tension entre l’expérience vécue de manière irréductible et les démarches visant à la rationaliser pour mieux la formaliser ; tension entre l’expérience que chaque sujet fait au quotidien et l’expérience que l’on peut trouver consignée dans une biographie personnelle, éducative ou professionnelle ; tension entre expérience et savoir(s) ; tension enfin entre compétences professionnelles et expérience.

3À la lecture de l’ouvrage, il semble y avoir un point d’accord parmi les auteurs pour convenir, avec Dewey, que l’expérience naît conjointement de l’action, du vécu de l’action et de la réflexion sur l’action vécue. C’est ainsi qu’il devient possible d’écrire d’un sujet qu’il a « fait » et « vécu » une expérience. Quant à la professionnalisation, elle fait l’objet d’usages plus variés : en lien avec la dimension éducative, il peut être question de cursus ou de contenus de formation professionnalisés et des modalités de formation des futurs professionnels ; au regard d’une dimension plus juridique, la professionnalisation s’entend classiquement comme la détention d’un monopole d’exercice et par le contrôle de la formation et des modalités d’accès au groupe professionnel ; d’un point de vue socioéconomique, elle peut s’entendre comme un mode d’exercice professionnel donnant des gages en termes de qualité et/ou d’efficacité.

4La mise en relation de l’expérience et de la professionnalisation prend donc des formes singulièrement distinctes selon les contributeurs. Ce qui semble néanmoins les réunir est le refus de toute perspective mécanique. L’expérience est certes un ingrédient ordinairement associé à l’idée de professionnalisation, mais elle n’en est pas une condition nécessaire et encore moins suffisante. Des « débutants » sur le marché du travail peuvent parfaitement avoir suivi une formation très fortement professionnalisée. La professionnalisation de l’activité productive ne s’accompagne pas automatiquement d’un surcroît d’expérience (et d’expertise). Le caractère empirique de l’activité et l’absence de formalisation des processus de production ne nuisent pas nécessairement au développement de l’expérience. Ce qui compte, rappelle Jean-Marie Barbier, « est ce que je fais de ce qui m’advient » (p. 63). L’intentionnalité est donc discriminante pour caractériser le fait qu’il y a ou non processus d’acquisition de l’expérience.

5C’est assurément là que se situe le nœud des différentes contributions. Les approches sommatives (avoir ou non de l’expérience) sont révoquées en doute. Des orientations plus processuelles sont mises en exergue afin de souligner la nécessité de passer d’une logique attributive à une logique relationnelle. En effet l’expérience est moins un attribut du sujet qui aurait à sa disposition un « stock » d’expériences, qui accumulerait des « quantités » d’expériences ou qui pourrait perdre son « capital » d’expériences, qu’une propriété de la relation de soi à soi et de soi à autrui. Quel(s) sens donnent les sujets à ce qui leur arrive, que ce quelque chose soit une pensée fugace des plus intimes, le rapport à un objet matériel, une situation d’interaction, un problème d’ordre moral, cognitif ou pratique ? Et c’est au regard du type de réponse apporté par le sujet lui-même que les auteurs infèrent une dynamique qui, dans les champs de l’éducation, de la formation ou du travail, sera dite de professionnalisation.

6Le sujet travaillé dans l’ouvrage est complexe. La juxtaposition – comme souvent dans des actes de colloque – l’emporte parfois sur la coordination des contributions. Un panorama assez étendu des approches existantes est ainsi présent. Manque toutefois un propos liminaire ou conclusif donnant à voir la « valeur ajoutée » de cette publication. Car, en matière d’expérience et de professionnalisation, les publications sont légion, avec des entrées disciplinaires et thématiques multiples. C’est le seul véritable regret que l’on puisse avoir après avoir refermé le volume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cédric Frétigné, « Mebarki, M., Starck, S. et Zaid A. (coord.) (2016). Expérience et professionnalisation dans les champs de la formation, de l’éducation et du travail. État des lieux et nouveaux enjeux », Recherche et formation, 79 | 2015, 111-112.

Référence électronique

Cédric Frétigné, « Mebarki, M., Starck, S. et Zaid A. (coord.) (2016). Expérience et professionnalisation dans les champs de la formation, de l’éducation et du travail. État des lieux et nouveaux enjeux », Recherche et formation [En ligne], 79 | 2015, mis en ligne le 30 septembre 2015, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://rechercheformation.revues.org/2471

Haut de page

Auteur

Cédric Frétigné

Université Paris-Est-Créteil-Val-de-Marne, laboratoire LIRTES

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page