Navigation – Plan du site

Les pratiques pédagogiques à l’université en France : quels effets sur la réussite en première année ? Le cas du cours magistral

Teaching practices in universities in France: What is their impact on the success of first year students? A case study of lecture-type classes
Amélie Duguet
p. 9-26

Résumés

L’université française est confrontée depuis plusieurs décennies au problème de l’échec en première année universitaire, conduisant ainsi les chercheurs à s’intéresser aux déterminants de la réussite. Dans ce cadre, ce travail se propose d’étudier l’effet des pratiques enseignantes sur la réussite, facteur jusqu’alors peu envisagé dans les recherches. En nous appuyant sur l’observation de 49 enseignants et la réussite aux examens de 734 étudiants dans plusieurs disciplines d’une université française, nous montrons que certaines dimensions des pratiques, telles que les interactions avec les étudiants, l’attitude de l’enseignant ou encore sa façon d’organiser le cours, tiennent un rôle significatif dans l’explication de la réussite.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Introduction
1. L’effet des pratiques pédagogiques sur la réussite : une question en suspens
2. L’enquête de terrain
3. Méthode d’analyse
4. Effet des pratiques observées sur la note moyenne au premier et second semestre
5. Effet des pratiques observées sur la probabilité de valider l’année
6. Discussion
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

En France, le système d’enseignement supérieur présente la particularité d’être constitué d’un grand nombre de structures et diplômes. Parmi ceux-ci, l’université représente à l’heure actuelle l’institution qui accueille le plus grand nombre de jeunes bacheliers. En raison notamment de la démocratisation et de la massification de l’accès aux études universitaires au cours du vingtième siècle, elle rassemble aujourd’hui à elle seule plus de la moitié des individus inscrits dans le supérieur. L’arrivée de ce public de plus en plus hétérogène a eu entre autres conséquences une hausse croissante des taux d’échec : parmi les individus entrés en première année à la rentrée 2011, seuls 43,8 % sont passés en deuxième année tandis que 29 % ont redoublé et 27,2 % ont quitté le système universitaire (MESR, 2013). Certes, ces taux sont à relativiser. Cette situation a néanmoins conduit les chercheurs depuis plusieurs décennies à tenter d’expliquer ce phénomène en examinant le poids ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amélie Duguet, « Les pratiques pédagogiques à l’université en France : quels effets sur la réussite en première année ? Le cas du cours magistral », Recherche et formation, 79 | 2015, 9-26.

Référence électronique

Amélie Duguet, « Les pratiques pédagogiques à l’université en France : quels effets sur la réussite en première année ? Le cas du cours magistral », Recherche et formation [En ligne], 79 | 2015, mis en ligne le 30 septembre 2018, consulté le 29 juin 2017. URL : http://rechercheformation.revues.org/2431 ; DOI : 10.4000/rechercheformation.2431

Haut de page

Auteur

Amélie Duguet

Université de Bourgogne, IREDU (Institut de recherche sur l’éducation)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page