Navigation – Plan du site
Notes critiques & lectures

Muller, A. et Plazaole Giger, I. (2014). Dispositions à agir, travail et formation

Toulouse : Octarès, 195 p. ISBN : 978-2-366-30033-8
Valérie Lussi Borer
p. 122-123
Référence(s) :

Muller, A. et Plazaole Giger, I. (2014). Dispositions à agir, travail et formation. Toulouse : Octarès, 195 p. ISBN : 978-2-366-30033-8

Texte intégral

1S’inscrivant dans le champ de l’analyse de l’activité, les auteurs de cet ouvrage collectif traitent des dispositions à agir et du rôle qu’elles jouent en formation et au travail. Si les auteurs approchent et définissent de manière différente la « disposition à agir », ils convergent vers la définition générale suivante : une disposition à agir est une tendance à agir d’une certaine manière, qui se manifeste avec une certaine régularité dans certaines circonstances. Les auteurs recourent à cette notion pour rendre compte du double aspect de l’activité humaine qui manifeste toujours à la fois de la permanence et du changement, à la fois de la régularité et des ruptures. Pour eux, une disposition à agir est la face stable de l’action, mais cette face stable n’opère pas comme une force qui détermine ou contraint l’action de l’extérieur. Elle opère comme un potentiel intérieur à l’action qui peut se réaliser ou pas, ce qui laisse la voie ouverte à l’invention dans l’action, mais tout autant à la transformation des dispositions elles-mêmes. Dans cette optique, ils considèrent que les savoirs, capacités, connaissances, etc., ne sont pas des « choses » séparées de l’action, mais des modalités de réalisation de celle-ci.

2De la lecture des contributions ressort l’idée qu’il semble impossible de penser formation sans penser disposition. Premièrement, les coordinateurs de l’ouvrage constatent qu’au quotidien les gens ne cessent d’attribuer des dispositions aux autres : tel collègue est dit « réactif », ou « anticipateur », ou « confus », ou « motivé », etc. À un autre niveau, des concepts dispositionnels comme compétence, capacité, attitude, faculté, savoir, savoir-faire, etc., sont omniprésents au sein des discours sur le travail et la formation. Et ce, notamment, au sein des « référentiels de compétences » qui sont devenus aujourd’hui des instruments incontournables pour évaluer, tant la qualité des cursus de formation que les acquis des formés qui les suivent. Cet usage permanent d’un « vocabulaire dispositionnel » montre qu’il est très difficile de s’en passer, et ceci parce qu’il a une double fonction descriptive et prédictive dont l’être humain a besoin pour articuler son action à celle des autres. En ceci, cet ouvrage met à jour des enjeux cruciaux pour penser les curriculums de formation.

3Deuxièmement, selon les coordinateurs, toute formation vise à faire « acquérir » de nouveaux savoirs, de nouvelles connaissances, de nouvelles capacités, de nouveaux savoir-faire, etc., toutes « entités » qui, bien que différentes, sont des dispositions. Elles le sont au sens où on postule que ce qui a été « acquis » dans le cours d’une formation pourra s’actualiser, ultérieurement et dans d’autres situations. Former équivaut donc à former des tendances à agir, ainsi qu’à transformer (voire inhiber) des dispositions acquises et/ou à en produire de nouvelles.

4Les apports principaux de l’ouvrage en matière de recherche sur la formation résident dans le fait de mettre en regard la notion de disposition à agir avec celle de compétence et de questionner l’usage et la pertinence de ces deux concepts pour penser la formation aujourd’hui.

5Dans leur introduction, les coordinateurs soulignent que la notion de « disposition à agir » est beaucoup plus large que celle de « compétence » et que ce qui est appelé « compétence » n’est qu’un type de disposition parmi d’autres comme ce qu’on appelle savoir, savoir-faire, capacité, attitude, etc. Ils relèvent ensuite que la notion de « compétence », du moins telle qu’elle a été théorisée jusqu’à ce jour, soulève un certain nombre de problèmes, dont le plus important est qu’elle tend à séparer les ressources pour agir de l’action elle-même : la compétence est composée d’une sorte de stock de ressources diverses déposées dans les individus et censées être mobilisées dans l’action : des savoirs, des représentations, des procédures, des règles d’actions, des stratégies, etc. La liste de ces ressources est quasi infinie et diffère d’ailleurs beaucoup selon les référentiels. Le problème est qu’il est impossible de comprendre comment ces ressources stockées dans l’individu peuvent se transformer en action. Par conséquent, la compétence, est en quelque sorte vidée de sa composante « actionnelle » et réduite aux « qualités psychologiques » d’un individu.

6Ainsi c’est une notion qui est incapable de rendre compte de ce qui ordonne l’action d’un individu (ce que les coordinateurs nomment « pôle de la permanence ») et de ce qui transforme l’action d’un individu (« pôle du changement ») dans son déroulement même, par là incapable aussi de rendre compte des processus de transformation des dispositions à agir. À leur sens, la notion de disposition à agir, telle qu’elle est conçue dans leur ouvrage, est bien plus pertinente pour rendre compte de ces processus de transformation ; c’est du moins leur pari.

7Pour le concrétiser, les contributeurs de l’ouvrage visitent la manière dont ces questions se posent dans la formation à des champs professionnels très divers : du travail en maison d’édition à la mise en scène d’opéra, en passant par la formation des enseignants, l’enseignement en milieu scolaire et en milieu musical. Toutes les contributions sont basées sur de l’empirie qui est traitée avec des outils issus de l’analyse de l’activité. Quelques-uns sont complexes et difficiles à appréhender pour un lecteur qui n’est pas familier du champ, ce qui peut entraver la lecture de certaines contributions. Les analyses des données recueillies dans ces différents champs donnent à voir soit la genèse de dispositions à agir en milieu de travail : soit l’usage que les acteurs font des concepts dispositionnels, c’est-à-dire les effets que les dispositions attribuées aux personnes ont sur leur action professionnelle et sur la formation. Figurent ainsi dans cet ouvrage les contributions de Marc Durand et Nicolas Perrin, Fabrice Roublot et Myriam Meuwly, Serge Leblanc, Luc Ria, Itziar Plazaola Giger et Marie-Estelle Rouve-Llorca, Alain Muller, Suzanne Perrin-Goy.

8Cet ouvrage apportera des pistes à tous les formateurs et chercheurs qui achoppent sur la notion de compétence et qui cherchent à renouveler leur regard sur l’apprentissage pour concevoir d’autres approches en formation. Les enjeux et la critique développés par les auteurs autour des limites de la notion de compétence sont convaincants et étayés empiriquement. Il est toutefois plus difficile d’identifier, au sein des contributions, des outils suffisamment développés et étayés empiriquement pour permettre d’offrir de réelles alternatives en termes de conception de formation aux lecteurs convaincus des apories de la notion de compétence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Lussi Borer, « Muller, A. et Plazaole Giger, I. (2014). Dispositions à agir, travail et formation », Recherche et formation, 78 | 2015, 122-123.

Référence électronique

Valérie Lussi Borer, « Muller, A. et Plazaole Giger, I. (2014). Dispositions à agir, travail et formation », Recherche et formation [En ligne], 78 | 2015, mis en ligne le 30 mars 2015, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://rechercheformation.revues.org/2417

Haut de page

Auteur

Valérie Lussi Borer

Université de Genève, laboratoire CRAFT

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page