Navigation – Plan du site
Articles

Les modèles contemporains de légitimité des chefs d’établissement français

Contemporary models of legitimacy of French school principals
Yves Dutercq
p. 35-50

Résumés

En France, les mesures de décentralisation et l’instauration d’un statut d’autonomie partielle des établissements du second degré au milieu des années quatre-vingt ont transformé les missions des chefs d’établissement. La légitimité dont ils bénéficient aujourd’hui, consacrée par un nouveau statut en 2001, en fait des leaders mais aussi des porte-parole de leur établissement. Leur formation a évolué, laissant une grande place à la dimension managériale de leur activité, tout en continuant à les installer comme relais de la chaine hiérarchique. Pour répondre à leurs nouvelles responsabilités et en écho aux tensions de leur référentiel de formation, ils se sont construit une culture spécifique, qui s’appuie sur différents modèles de légitimité mais les éloigne de celle du corps enseignant dont la plupart sont encore issus. Or le pilotage des ressources humaines exige que soit effectivement reconnu un rôle de leader éducatif qui va à l’encontre de l’esprit d’autonomie pédagogique et de professionnalité revendiqué par les enseignants.

Haut de page

Notes de l’auteur

Nous utilisons l’appellation de chef d’établissement et de directeur pour l’ensemble du texte afin de ne pas l’alourdir. Ce masculin inclut bien évidemment la chef d’établissement et la directrice et n’a aucune intention discriminatoire.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1. Une légitimité qui reste d’abord de nature institutionnelle
1.1. Une influence longtemps limitée
1.2. La longue marche vers un statut plus adapté
2. L’affirmation d’une double légitimité, interne et externe
2.1. Un travail d’équipe à l’interne
2.2. Un travail en partenariat à l’externe
3. Une légitimité fondée sur la responsabilisation
3.1. Une démarche de quasi-accountability
3.2. Des conflits de leadership
Vers un au-delà du régime postbureaucratique ?

Aperçu du début du texte

Les lois françaises de décentralisation des années quatre-vingt et les mesures qui les ont accompagnées, avec en particulier l’instauration d’une autonomie partielle pour les établissements secondaires, ont profondément transformé les fonctions liées à la direction des établissements scolaires. En effet, les politiques de délégation au local impulsées depuis lors – statut d’établissement public local (EPLE), projet d’établissement, contractualisation, responsabilisation – ont conféré un rôle central aux chefs d’établissement pour assurer la mobilisation des personnels, produire des résultats, susciter l’innovation, tout en garantissant le respect du cadre national (Dutercq, 2005a ; Lebond et Moracchini, 2010). L’accroissement de leurs responsabilités et de l’empan de leur mission s’est accompagné d’une forte reconnaissance de la part de leur hiérarchie qu’a consacrée en 2001 un nouveau statut de personnel de direction qui leur a été accordé en même temps qu’à leurs adjoints.

Mais ce ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Dutercq, « Les modèles contemporains de légitimité des chefs d’établissement français », Recherche et formation, 78 | 2015, 35-50.

Référence électronique

Yves Dutercq, « Les modèles contemporains de légitimité des chefs d’établissement français », Recherche et formation [En ligne], 78 | 2015, mis en ligne le 30 mars 2018, consulté le 29 avril 2017. URL : http://rechercheformation.revues.org/2387 ; DOI : 10.4000/rechercheformation.2387

Haut de page

Auteur

Yves Dutercq

Université de Nantes, équipe CREN (Centre de recherche en éducation de Nantes)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page