Navigation – Plan du site
Articles

Une « culture commune » à défaut de « grand corps » ?

Fondements et limites du rapprochement entre chefs d’établissement et inspecteurs pédagogiques régionaux dans l’Éducation nationale
A “common culture” in the absence of a “single body”? The foundations and limits of reconciling local school management with regional school inspectors in the national education system
Hélène Buisson-Fenet
p. 19-34

Résumés

Répondant à l’injonction de simplifier la multiplicité des statuts de la fonction publique d’État, le projet de « modernisation des métiers de l’Éducation nationale » passe par l’idée de créer un corps unique de l’encadrement intermédiaire éducatif. Deux avantages majeurs en sont attendus : d’une part une meilleure articulation entre la ligne hiérarchique pédagogique et la ligne hiérarchique administrative ; d’autre part la concrétisation juridique d’une « culture commune d’encadrement » promue par le Ministère et diffusée dans le système depuis les années quatre-vingt-dix. Le projet se heurte cependant au dualisme tenace des identités professionnelles entre chefs d’établissement et IA-IPR dont la formation statutaire, désormais largement commune, permet de temporiser les différences sans pour autant suffire à les gommer.

Haut de page

Entrées d’index

Keywords :

headteacher
Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1. La fabrique de l’encadrement intermédiaire : deux voies parallèles dans l’Éducation nationale
1.1. La voie de la direction d’EPLE : se détacher des enseignants, avoir prise sur le pédagogique
1.2. La voie de l’inspection pédagogique : préciser la formation et la gestion des ressources humaines enseignantes, élargir l’expertise pédagogique
1.3. Une formation longtemps distincte et longuement tâtonnante
2. Une culture commune suffit-elle à unifier deux corps distincts ?
2.1. Accompagner la mise en œuvre des réformes, renforcer la cohérence de l’organisation éducative : un horizon partagé
2.2. Le travail d’évaluation à l’échelon de l’EPLE, une transversalité croissante
2.3. Des logiques d’action encore trop distinctes pour fusionner les corps
Conclusion

Aperçu du début du texte

L’encadrement intermédiaire est longtemps demeuré une catégorie impensée du management public. Éclipsé par une haute fonction publique dont nombre de travaux analysent depuis longtemps la subordination au politique, il est renvoyé pour l’essentiel à une myriade de segmentations statutaires et fonctionnelles dont l’hétérogénéité masque une série de traits pourtant communs aux « métiers d’organisation ». On oublierait ainsi que derrière la diversité des corps et des grades, les cadres intermédiaires partagent un même rôle professionnel consistant à coordonner des processus transversaux, fixer et suivre une série d’objectifs, piloter des équipes.

Dans l’Éducation nationale, où la catégorie A regroupant les 380 000 enseignants du secondaire public est pourtant la plus nombreuse, cette occultation a été particulièrement puissante. Cependant depuis la fin des années quatre-vingt, un groupe statutaire de cadres et de managers de l’éducation émerge dans les préoccupations comme dans les prat...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Buisson-Fenet, « Une « culture commune » à défaut de « grand corps » ? », Recherche et formation, 78 | 2015, 19-34.

Référence électronique

Hélène Buisson-Fenet, « Une « culture commune » à défaut de « grand corps » ? », Recherche et formation [En ligne], 78 | 2015, mis en ligne le 30 mars 2018, consulté le 29 juin 2017. URL : http://rechercheformation.revues.org/2386 ; DOI : 10.4000/rechercheformation.2386

Haut de page

Auteur

Hélène Buisson-Fenet

ENS de Lyon, laboratoire Triangle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page