Navigation – Plan du site
Note critiques & lectures

Étienne, R. et Fumat, Y. (2014). Comment analyser les pratiques éducatives pour se former et agir?

Bruxelles : De Boeck, coll. « Perspectives en éducation et formation », 2014, 282 p. ISBN : 978-2-8041-8499-5
Sylvie Dozolme
p. 122-124
Référence(s) :

Étienne, R. et Fumat, Y. (2014). Comment analyser les pratiques éducatives pour se former et agir? Bruxelles : De Boeck, coll. « Perspectives en éducation et formation », 2014, 282 p. ISBN : 978-2-8041-8499-5

Texte intégral

1Deux professeurs émérites de l’université Paul-Valéry-Montpellier 3 ont mis à profit leur expérience et conjugué leurs compétences sur les analyses de pratiques pour proposer cet ouvrage. Il constitue à la fois un livre scientifique, richement documenté, et un guide d’initiation au GEASE (Groupe d’entraînement à l’analyse des situations éducatives). L’objectif des auteurs est clairement indiqué : « nous nous préoccuperons […] de la meilleure manière de faire face à des imprévus qui viennent de nous, des autres ou du monde extérieur, de résoudre le problème que pose cet imprévu, ou, plus exactement, de construire la compétence de comprendre ce qui a troublé la situation éducative » (p. 13). Le public visé est multiple. L’ouvrage s’adresse aussi bien aux étudiants qu’aux enseignants, mais également aux formateurs et responsables de formation. Chacun peut trouver, dans les différentes parties qui le composent, des informations précieuses pour son développement professionnel.

2Après une introduction rappelant l’utilité de réaliser une analyse des pratiques éducatives, la première partie, riche de quatre-vingts pages et de quatre chapitres, propose d’abord la construction d’une arène pédagogique. Partant du triangle de base d’Houssaye (1988/2000) « Adulte – Savoir – Élève », ces auteurs l’enrichissent de plusieurs gradins, en y incluant progressivement le groupe et l’institution, l’ensemble constituant l’arène pédagogique. Par la suite, face à des situations de classe problématiques, ils procèdent à l’analyse des faits à la lumière des différents niveaux évoqués. Le troisième chapitre de cette partie se présente comme un approfondissement des points précédents. Dans ce cadre, les auteurs proposent notamment leur présentation de notions telles que l’identité personnelle, l’identité professionnelle, l’identification, la socialisation. La plupart de ces termes sont accompagnés de textes de référence et/ou de récits illustrant les propos. En intitulant le quatrième chapitre : « Questions philosophiques et épistémologiques posées par l’analyse de situations », Yveline Fumat souhaite revenir sur le modèle proposé dans le premier chapitre, l’arène pédagogique, en délimitant certains termes et en précisant ce qui est attendu d’une telle démarche.

3La seconde partie invite le lecteur à s’immerger dans les GEASE. Elle présente tout d’abord la constitution, le fonctionnement et même « la recette d’une séance de GEASE » (p. 122) de manière très pédagogique, étape après étape. Des mémentos réguliers rappellent les points importants évoqués. Le chapitre suivant détaille l’analyse d’un cas pratique de GEASE où les verbatim du narrateur et des différents protagonistes sont repris et accompagnés de remarques. Ces remarques permettent de comprendre le cheminement du groupe, mais également les travers des animateurs et des intervenants. L’analyse réalisée à la suite du récit reste relativement légère par rapport à celles faites dans le chapitre sept. Dans ce chapitre, sept séances de GEASE suivies de leur méta-GEASE montrent tout l’intérêt que présente ce type d’analyse groupale. À partir de situations variées, provenant des dix années d’expérience des auteurs, ils nous proposent des analyses à la fois denses et richement documentées : qu’il s’agisse d’un enfant de primaire qui « pète les plombs » (p. 156) suite au départ de sa mère, renversant et mettant à terre l’enseignante qui s’interpose ; d’une jeune enseignante de SEGPA (Section d’enseignement général professionnel adapté) qui subit la violence physique et verbale d’une enfant-bolide ; des relations compliquées entre une enseignante et sa directrice qui éprouve des difficultés de positionnement professionnel… Tous ces récits, aussi intéressants les uns que les autres, sont accompagnés d’analyses à différents niveaux : tout d’abord, de précisions liées au récit, proposées par l’animateur du groupe, puis d’une analyse nommée « méta-GEASE » qui est « un retour sur la situation elle-même, pour réfléchir à partir de sa singularité, afin d’aller vers plus de généralité » (p. 154). Enfin, des fiches thématiques, permettant de comprendre, de réfléchir et d’agir face à une telle situation, étoffent ce travail. Elles apportent des informations théoriques et des références bibliographiques sur les thèmes évoqués.

4S’appuyant sur les éléments développés précédemment, la troisième partie souhaite offrir une présentation de ce qu’est l’animation d’un groupe d’entraînement à l’analyse de situations éducatives. Le chapitre huit définit le rôle que doit jouer l’animateur de tels groupes ainsi que les personnes qui sont prises en charge. Il revient sur les attentes de chacun et sur les dérives possibles si l’animateur manque de vigilance. Enfin, il décompose la séance de GEASE en quatre phases : l’exposition, l’exploration, l’interprétation ou émission d’hypothèses et la rédaction. Ces différentes phases visent à enrichir l’analyse afin de parvenir au stade du méta-GEASE. Le chapitre suivant insiste sur les limites de ce métier d’animateur de groupes d’analyse. Sont ainsi décomposées à la fois les conduites à tenir, les finalités, mais aussi les mises en œuvre des personnes tenant le rôle d’animateurs ou de superviseurs de groupes. Bien que, régulièrement, des mémentos s’égrainent tout au long de ce chapitre pour rappeler les points importants de chaque thème, un récapitulatif est présenté à la deux cent trente-quatrième page, qui reprend l’ensemble des éléments évoqués : ce qu’est la supervision, les quatre métaphores de l’animation, les objectifs de supervision ainsi que les limites et les perspectives.

5Vient la conclusion, rédigée par les deux auteurs, comme l’introduction. Elle définit trois axes : comprendre, se former et agir. Le premier axe, le plus fourni, rappelle l’importance des GEASE pour réaliser, avant tout, un travail sur soi, mais également un travail de groupe. Se trouvent associées les fonctions d’accompagnement à celles d’entraînement. L’objectif des GEASE consiste non seulement à « résoudre l’énigme d’une situation singulière » (p. 241), mais également « construire une compétence à analyser qui permettra de faire face à des situations futures » (p. 241). Avec l’axe se former, trois niveaux de formation sont envisagés. Un premier niveau concerne la formation individuelle des personnes. Un second niveau rappelle l’aspect collectif de la formation. Au troisième niveau est souligné l’impact de ces groupes sur la formation-transformation des organisations. Même si ce dernier niveau est plus rarement atteint, il n’en demeure pas moins un des axes de progrès détectés. Enfin, avec l’axe agir, les auteurs souhaitent à nouveau lier ce verbe aux différents gradins évoqués dans leur arène pédagogique. Ils situent donc l’action tout d’abord au niveau du métier, puis de l’équipe et enfin de la société. Mais ces actions doivent être développées, les auteurs y insistent, selon une approche démocratique.

6Il n’est pas aisé de réaliser un livre qui est en même temps un ouvrage scientifique et un guide pour s’approprier une méthodologie, à savoir l’analyse de situations éducatives. Le défi est largement relevé : le début de l’ouvrage permet de bien comprendre la construction de l’arène pédagogique. Cette arène fonde les bases de l’appropriation du modèle présenté par les auteurs. Elle permet également de situer l’analyse des différents récits selon les trois gradins constitués. Ainsi sont donc conciliés les aspects théoriques nécessaires à la compréhension des analyses réalisées dans la partie pratique du livre. Recommandations, conseils et limites d’un tel travail d’analyse sont présentés avec lucidité, donnant ainsi la possibilité au lecteur désireux de mettre en application ces concepts d’envisager sereinement sa démarche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Dozolme, « Étienne, R. et Fumat, Y. (2014). Comment analyser les pratiques éducatives pour se former et agir? », Recherche et formation, 77 | 2014, 122-124.

Référence électronique

Sylvie Dozolme, « Étienne, R. et Fumat, Y. (2014). Comment analyser les pratiques éducatives pour se former et agir? », Recherche et formation [En ligne], 77 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 30 mai 2017. URL : http://rechercheformation.revues.org/2347

Haut de page

Auteur

Sylvie Dozolme

Université Blaise-Pascal-Clermont-Ferrand 2, ESPE Clermont-Auvergne, laboratoire ACTé

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page