Navigation – Plan du site
Varia

Commenter la peinture et la littérature : quels apports de la recherche pour la formation des enseignants ?

Marie-Sylvie Claude
p. 103-115

Résumés

Les programmes de français intègrent, en lien avec la lecture des textes, celle des images, que nous étudions par l’exemple de la peinture. Les deux objets ne faisant pas sens de la même façon, la démarche pour les commenter ne peut pas être la même. La formation continue des enseignants sur cette question nous semble pouvoir se nourrir des apports de la recherche dans différents domaines des sciences de l’art et des sciences de l’éducation. Mais pour que ces savoirs issus de la recherche puissent faire l’objet d’une appropriation, il est nécessaire qu’ils entrent en dialogue avec les savoirs que les enseignants mobilisent habituellement dans cette situation de travail.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

1. Cadre théorique
2. Méthodologie
3. Les savoirs professionnels des enseignants.
4. L’apport en formation des savoirs issus de la recherche.
4.1. Des apports empiriques issus de notre recherche
4.2. Des apports théoriques issus des sciences de l’art
4.3. Des apports théoriques issus des sciences de l’éducation.
Conclusion

Aperçu du début du texte

Dans le projet des nouveaux programmes de français au collège, en œuvre à partir de la rentrée 2016, une place croissante est donnée, en lien avec la littérature, à des « domaines artistiques diversifiés » (p. 229), élargissement qui concerne principalement deux des compétences chapeautant le programme : « Acquérir des éléments de culture littéraire et artistique » (il faut savoir « interpréter les textes et les productions artistiques et littéraires » et établir « des liens » entre elles, p. 224) ; la compétence « Lire » concerne les images comme les textes : en fin de cycle 4, les élèves doivent « Lire et comprendre en autonomie des textes variés, des images et des documents composites », ce qui suppose la capacité à « adapter sa lecture aux supports et aux modes d’expression » (p. 229). L’approche didactique de cette adaptation, que nous étudierons ici au travers de l’exemple de la peinture, ne peut pas aller de soi et nous semble devoir faire l’objet d’une formation des enseigna...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Sylvie Claude, « Commenter la peinture et la littérature : quels apports de la recherche pour la formation des enseignants ? », Recherche et formation, 77 | 2014, 103-115.

Référence électronique

Marie-Sylvie Claude, « Commenter la peinture et la littérature : quels apports de la recherche pour la formation des enseignants ? », Recherche et formation [En ligne], 77 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 30 mai 2017. URL : http://rechercheformation.revues.org/2330 ; DOI : 10.4000/rechercheformation.2330

Haut de page

Auteur

Marie-Sylvie Claude

ESPE Créteil-UPEC, université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis, laboratoire Centre interuniversitaire de recherche, culture, formation et travail (CIRCEFT), équipe Éducation et scolarisation (ESCOL)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page