Navigation – Plan du site
Notes critiques & lectures

Parent F. et Jouquan J. (dir.) (2013). Penser la formation des professionnels de la santé. Une perspective intégrative

Bruxelles : De Boeck, coll. « Pédagogies en développement », 440 p., ISBN : 978-2-8041-7623-5
Thierry Piot
p. 148-150
Référence(s) :

Parent F. et Jouquan J. (dir.) (2013). Penser la formation des professionnels de la santé. Une perspective intégrative. Bruxelles : De Boeck, coll. « Pédagogies en développement », 440 p., ISBN : 978-2-8041-7623-5

Texte intégral

1Cet ouvrage s’appuie sur une épistémologie humaniste et moderne, adossée à des contributions pluridisciplinaires. Il met en évidence les conditions et les ressources d’une formation professionnalisante des acteurs de santé, à partir de l’idée que la santé et l’éducation ont pour visée commune la personne humaine, ainsi qu’en atteste, dans la postface, la notion du patient-partenaire. Comme nous y invite Jean-Marie De Ketele dans la préface, il convient de se défier d’une approche trop technologique, gestionnaire et décontextualisée qui, d’une certaine manière, oublierait le malade derrière la maladie. À partir d’une expérience belge à l’ULB en 2011 ont été formalisés un ensemble de savoirs spécialisés qui constituent un corpus original à visée intégrative. Ce terme, qui sert de fil conducteur à l’ouvrage, doit être compris comme permettant la mise en liens et en cohérence de ressources et de problématiques habituellement distinguées, au service de la qualité et la sécurité des soins.

2Plusieurs lectures sont proposées dans l’ouvrage pour dépasser l’impression de juxtaposition thématique qui pourrait désorienter, sachant que chaque chapitre peut être lu indépendamment : (1) une lecture dans une perspective intégrative et programmatique, qui s’appuie sur une approche systémique de la problématique de la formation des professionnels de santé ; (2) une lecture dans une perspective intégrative de nature opérationnelle et stratégique, qui privilégie notamment la dimension curriculaire de la formation, en tension entre l’organisation de santé et les formés ; (3) une lecture dans une perspective conceptuelle des contenus de chaque chapitre qui revient à suivre le plan de l’ouvrage, organisé en cinq sections.

3La première section a pour objectif, en adoptant une approche au niveau « macro », de pointer les évolutions stratégiques des systèmes de santé et de là, les évolutions des formations des professionnels de santé. Les États définissent les politiques de santé en fonction des besoins des populations, des connaissances biomédicales et technologiques et des ressources économiques. Dans ce contexte, il est demandé aux professionnels de santé d’être des acteurs efficaces, autonomes, capables de résoudre des problèmes liés aux situations de soin tout en continuant à se former dans un environnement en transformation continue : cette injonction d’adaptabilité à la fonction, gage d’une employabilité qui évolue au fil de la carrière, n’est pas évidente à mettre en œuvre et son caractère non linéaire est un atout – pour plus d’ouverture vers de nouveaux savoirs – comme un frein potentiel : tout le monde n’est pas nécessairement en mesure d’adopter une posture réflexive au long de sa carrière. Les institutions de formation des professionnels de santé ont, à cet égard, une forme de responsabilité sociale : organiser la mise en synergie des moyens variés pour mettre en œuvre une formation initiale et continue (longlife learning) qui permette d’anticiper l’évolution des compétences et plus largement le développement professionnel des acteurs de santé.

4La seconde section se centre sur la nécessité de prendre réellement au sérieux les problématiques d’interculturalité et de genre en formation des professionnels de santé. La dimension interculturelle, qui renvoie aux univers symboliques des acteurs (soignants et soignés), devrait être ancrée solidement dès la formation initiale. Cela permettrait d’inscrire la notion de care dans une perspective anthropologique susceptible d’anticiper et de réduire de nombreux malentendus dans les situations de soins, source d’une moindre qualité dans le service rendu aux patients. La question du genre envisagé ici comme la dimension socioanthropologique du sexe) est abordée par un constat : les fondements de la médecine sont historiquement construits par des hommes et véhiculent, souvent implicitement, des allants de soi et des représentations qui mériteraient, dès la formation, d’être rendus visibles et mis en mots par les futur(e)s professionnel(le)s de santé pour qu’ils/elles élaborent un travail réflexif et collectif à ce sujet.

5La section 3 interroge l’ingénierie d’une formation effectivement professionnalisante, à partir des notions classiques de référentiels et de compétences. Un focus est réalisé sur la didactique professionnelle dont l’originalité est de partir de l’analyse des situations de travail réelles et de l’activité des acteurs de santé dans ses différentes dimensions, notamment la dimension d’interaction asymétrique avec les patients. Cette approche pourrait réduire fortement les problèmes induits par des référentiels de formation qui apparaissent parfois décontextualisés ou trop analytiques et qui peuvent oublier la question du sens dans l’activité de soin et la relation entre soignant et soigné. Ici est rappelée l’exigence d’une pédagogie dont le fil conducteur est de maintenir vivant à chaque instant le lien entre les finalités d’une part, les savoir, savoir-faire et attitudes professionnels d’autre part. Les enjeux de l’évaluation des connaissances et des pratiques des professionnels de santé sont soulignés, particulièrement pour les aspects épistémologiques et méthodologiques.

6La section suivante poursuit l’examen des pratiques effectives d’une ingénierie de la formation des professionnels de santé qui soit intégratrice. Elle met en lien l’objectif de la construction d’une posture réflexive chez ces professionnels, en s’appuyant sur les principes des pédagogies actives plutôt que sur des pédagogies magistrales : il s’agit de favoriser, dans une logique d’alternance, la construction de compétences effectivement mobilisables en situation de soin. Cette logique de formation ne peut être mise en place sans s’adosser à des pratiques d’évaluation de la formation qui articulent une dimension analytique et une dimension située, laquelle met au premier plan l’analyse de situations-problèmes emblématiques.

7La cinquième section souligne le rôle structurant du développement, de la mise en œuvre et de l’évaluation des curricula dans la logique d’une formation intégrative des professionnels de santé : le curriculum n’est pas un simple programme mais un dispositif qui rend lisible et cohérente pour les acteurs concernés la mise en synergie des ressources plurielles d’une formation professionnelle mobilisant des dispositifs, des processus et des instruments pédagogiques variés. Ici, les professionnels de santé ne sont pas considérés comme des techniciens mais comme des ingénieurs des situations relatives à la santé et aux soins, au sein d’une organisation de santé complexe où le leadership des responsables est un vecteur important de la participation de chacun.

8Sur la forme, chaque section propose un résumé clair indiquant les intentions des auteurs, les messages clés proposés. L’ouvrage se clôt sur des éléments biographiques des 25 contributeurs, une bibliographie très complète de plus de 550 références et d’un index thématique très pratique suivi d’un index des auteurs cités. Au total, cet ouvrage original et inventif dans sa construction se révèle être une sorte d’encyclopédie actuelle pour qui s’intéresse à la formation des professionnels de santé. Les entrées multiples qu’il propose apportent des éclairages pertinents et documentés des différents aspects de l’ingénierie de ces formations, en pleine mutation. Il souffre cependant du défaut de ses qualités : il peut paraître trop ambitieux, trop orienté (même si les auteurs assument d’emblée leur posture épistémologique), déroutant dans sa construction et forcément incomplet car les systèmes de santé et de formation des professionnels de santé ne sont pas homogènes dans l’espace francophone. Cependant, il apporte des exemples concrets et – ce n’est pas la moindre de ses qualités –, questionne avec pertinence et de manière argumentée la formation des professionnels de santé. C’est un ouvrage dont la lecture fera, on peut en tout cas l’espérer, « bouger les lignes » dans une période où d’une part l’articulation care-cure dans la prise en compte du patient dans sa globalité et d’autre part la coordination de l’ensemble des professionnels de santé sont mis en discussion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Piot, « Parent F. et Jouquan J. (dir.) (2013). Penser la formation des professionnels de la santé. Une perspective intégrative », Recherche et formation, 76 | 2014, 148-150.

Référence électronique

Thierry Piot, « Parent F. et Jouquan J. (dir.) (2013). Penser la formation des professionnels de la santé. Une perspective intégrative », Recherche et formation [En ligne], 76 | 2014, mis en ligne le 19 novembre 2014, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://rechercheformation.revues.org/2276

Haut de page

Auteur

Thierry Piot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page