Navigation – Plan du site
Notes critiques & lectures

Meskel-Cresta M. (2014). École et mutation. Reconfigurations, résistances, émergences

Bruxelles : De Boeck, coll. « Perspectives en éducation et formation », 416 p., ISBN : 978-2-8041-8474-2
Arianne Robichaud
p. 144-146
Référence(s) :

Meskel-Cresta M. (2014). École et mutation. Reconfigurations, résistances, émergences. Bruxelles : De Boeck, coll. « Perspectives en éducation et formation », 416 p., ISBN : 978-2-8041-8474-2

Texte intégral

1L’ouvrage rassemble vingt-neuf courts écrits nés de différents exposés présentés lors du séminaire de recherche pluriannuel du laboratoire « École, Mutations, Apprentissage » de l’université de Cergy-Pontoise et des échanges auxquels ils ont donné lieu. Il se donne principalement pour tâche d’éclairer, à l’aide de contributions issues de disciplines multiples (sciences de l’éducation, sociologie, histoire, science politique, sciences du langage, didactique, sciences de l’information et de la communication, philosophie, arts), différentes façons de concevoir ce que les auteurs nomment « l’École en mutations(s) », soit l’École française comme lieu de transformations et de bouleversements depuis les années quatre-vingt, ceci pour la majorité des textes présentés.

2Suivant une organisation classique passant du macro (analyse sociétale, politique et institutionnelle) au micro (acteurs sociaux, disciplines scolaires et pratiques didactiques), l’ouvrage tourne essentiellement autour d’une conception élargie de la notion de mutation qui relève, suivant l’interprétation de chaque auteur(e), d’un concept global fragmenté, diffracté et complexe permettant tout de même de réfléchir aux grands traits de cette « crise de l’école ». La majorité des textes retenus s’inscrivent dans l’optique d’une étude de l’école comme phénomène social protéiforme qui commande des interprétations hétérogènes issues de différentes disciplines contributives : en ce sens précis, l’ouvrage contribue à contrer une forme de repli sur soi caractéristique des sciences de l’éducation qui, souvent, tendent à se définir pour et par elles-mêmes dans un besoin de reconnaissance et d’autonomie comme « science » particulière. Les apports spécifiques de l’ouvrage pour le champ de la recherche en formation se trouvent toutefois dans trois textes distincts (Belhadjin et Lopez, Samson, Gélis) qui, prenant chacun pour thème un enjeu singulier de formation, offrent une analyse intéressante des obstacles rencontrés par les formateurs et les enseignants dans un contexte de mutations scolaires.

3Ainsi, Belhadjin et Lopez (Les mutations au lycée professionnel depuis 1954 : entre intégration et relégation, deuxième partie, chapitre II) relèvent certains enjeux relatifs aux transformations institutionnelles et sociologiques ayant touché l’enseignement professionnel et ses différents programmes en France depuis 1945. Après avoir rapidement posé les jalons historiques et politiques qui caractérisent l’organisation générale des diplômes octroyés dans le cadre de ces formations, les auteurs mettent l’accent sur la perception des étudiants, formateurs et enseignants à l’égard de différents programmes professionnels ayant traversé l’histoire de ce type de formation, donnant ainsi au lecteur un accès privilégié à quelques représentations entretenues par les acteurs directement concernés par ces filières scolaires : la question des enseignants des programmes professionnels et de leur formation spécifique demeure toutefois fortement périphérique à celle des transformations institutionnelles et structurelles du lycée professionnel lui-même.

4Dans Formation professionnelle, université et école : une même mutation ? L’exemple de la réingénierie des diplômes dans les secteurs du social et du soin (troisième partie, chapitre II), Samson traite beaucoup plus directement de la question de la formation professionnelle diplômante dans les secteurs du travail social et du soin, des identités de métiers et des enjeux de ces formations, et ce, au regard du phénomène spécifique de la réingénierie des diplômes professionnels inspirée d’une conception de la formation datant de la fin des années quatre-vingt. L’auteure soulève notamment le phénomène de rupture entre les formations professionnelles et l’université en termes de formes d’apprentissage (volonté d’éloignement des modèles d’enseignement et des savoirs disciplinaires diffusés par l’École et l’Université afin de prendre en compte les connaissances expérientielles des adultes), et rend compte de certains propos tenus par les formateurs et responsables de formation à l’égard de cette réingénierie. Finalement, Samson aborde la thématique du praticien-réflexif comme un tournant qui, dans les professions du soin, a transformé certaines pratiques réflexives relevant jusque là du libre choix des formateurs et des apprenants en un outil d’évaluation et de validation, en une obligation de devenir « expert de soi-même » : il s’agit probablement de l’analyse, ou de la problématique la plus féconde du texte de l’auteure pour l’ensemble des questions liées à la formation professionnelle.

5Pour sa part, Gélis traite, dans Quand l’enseignement se passe hors les murs : des mutations lors de l’appropriation par des enseignants d’une modalité d’enseignement à distance (quatrième partie, chapitre I), des transformations liées à l’utilisation des technologies en éducation dans un contexte précis, soit celui d’une expérience d’enseignement à distance à l’aide du dispositif Acolad (Apprentissage collaboratif à distance) vécue par dix enseignants de mathématiques de l’université Cergy-Pontoise en 2010-1011 : l’intérêt du texte, en termes de formation, réside notamment dans les précisions apportées par l’auteur sur la façon dont furent accompagnés les enseignants au cours de cette expérience, leurs initiatives personnelles, leurs impressions, leurs conclusions et l’émergence de nouvelles pratiques dans le cadre de la recherche. Mais Gélis met aussi en lumière les difficultés éprouvées par les enseignants face au modèle pédagogique retenu dans le cadre de l’étude, soulevant ainsi l’importance capitale de la qualité et des modalités dans la formation des enseignants à distance.

6Cependant l’ouvrage présente deux faiblesses majeures qui, malgré la vigilance dont font preuve les codirecteurs du livre en précisant certaines d’entre elles en introduction, relativisent au final l’attrait du collectif pour les étudiants, professeurs, professionnels ou praticiens de l’éducation : d’abord, le nombre beaucoup trop élevé de contributions par rapport à la densité totale de l’ouvrage (29 textes, d’environ 7 pages chacun) donne l’impression au lecteur d’un ensemble d’écrits inachevés. Devant détailler les traits de phénomènes aussi complexes que la transmodernité, l’identité, l’action publique ou la formation professionnelle en seulement quelques pages (défi d’ailleurs plus ou moins bien relevé par tous les auteurs participants), la majorité des contributions se limitent à une exposition en surface de différentes problématiques : de cette organisation résulte donc un livre qui, certes, prête à la réflexion et soulève de multiples questionnements essentiels au traitement des phénomènes et situations éducatives analysés, mais aussi un ouvrage qui présente insuffisamment d’argumentaires serrés ou d’expositions détaillées de raisonnements pour s’avérer réellement utile au travail du chercheur ou du praticien.

7La seconde faiblesse de l’ouvrage provient de cet exercice intéressant mais risqué de proposer un concept de mutation aussi éclaté : en laissant aux auteurs la liberté d’interpréter et d’employer une définition propre et subjective de la notion de mutation, l’ensemble du livre sacrifie l’importance d’un fil conducteur et d’une unité incontournables et il y perd sa cohésion globale. Si, comme mentionné plus haut, les codirecteurs du livre précisent la nature polysémique du terme en début d’ouvrage, il n’en demeure pas moins que les différentes mutations analysées au fil des nombreux textes n’entretiennent, bien souvent, aucun rapport entre elles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arianne Robichaud, « Meskel-Cresta M. (2014). École et mutation. Reconfigurations, résistances, émergences », Recherche et formation, 76 | 2014, 144-146.

Référence électronique

Arianne Robichaud, « Meskel-Cresta M. (2014). École et mutation. Reconfigurations, résistances, émergences », Recherche et formation [En ligne], 76 | 2014, mis en ligne le 19 novembre 2014, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://rechercheformation.revues.org/2270

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page