Navigation – Plan du site
Notes critiques & lectures

LAGRANGE, Jean-Baptiste (dir.) (2013). Les technologies numériques pour l’enseignement - usages, dispositifs et genèses

Toulouse : Octarès, 213 p.
Maxime Duquesnoy
p. 155-157
Référence(s) :

LAGRANGE, Jean-Baptiste (dir.) (2013). Les technologies numériques pour l’enseignement - usages, dispositifs et genèses. Toulouse : Octarès, 213 p.

Texte intégral

1Sous la direction de Jean-Baptiste Lagrange, cet ouvrage rassemble différentes études réalisées par des chercheurs en didactique des mathématiques autour des usages, des dispositifs et des genèses des technologies numériques pour l’enseignement. Organisé en trois parties, articulant ainsi les objectifs visés par les auteurs, il débute par une explicitation des termes utilisés, préalable essentiel tant certains d’entre eux peuvent être polysémiques et sujets à diverses interprétations.

2La première partie questionne, en deux chapitres, les dispositifs institutionnels et leurs effets, à travers l’exemple de deux pays : la France et la Grande-Bretagne. En analysant le dispositif français de certification de compétences que constitue le C2I2E (Certificat informatique et Internet de niveau 2 – « Enseignant »), les auteurs nous permettent d’appréhender les enjeux et les effets de ce dispositif sur les usages des enseignants et l’impact que le C2I2E a pu avoir, et garde encore, sur la formation initiale des professeurs. L’utilisation des technologies numériques par les enseignants en Grande-Bretagne est traitée sous l’angle des Tableaux numériques interactifs (TNI). Toutefois, il ne s’agit là que d’une porte d’entrée qui permet d’interroger, de façon plus globale et transversale, la formation et le développement professionnels des acteurs. Ce regard croisé entre deux systèmes éducatifs permet d’élargir la réflexion et de la placer dans un contexte global, largement influencé par les politiques européennes. Les analyses proposées montrent bien comment l’usage des technologies numériques se place davantage dans une posture incitative plutôt que prescriptive et ce, quel que soit le dispositif ou le pays.

3La deuxième partie propose un cadre pour analyser les usages faits par les enseignants et leurs genèses, s’appuyant sur une dimension didactique et sur des études de cas. Deux chapitres traitent ainsi de l’utilisation de Banques d’exercices en ligne (BEL) dans le cadre des mathématiques. Cette double analyse permet ainsi de questionner tant les régularités que les disparités dans les usages, les deux enquêtes se montrant complémentaires pour approcher l’activité des enseignants et l’évolution de leurs usages. À partir de l’étude de cas d’une enseignante, le chapitre suivant cible l’usage du tableur dans l’enseignement des mathématiques et montre l’importance du facteur humain dans la genèse des usages tout en pointant qu’elle doit se concevoir à deux niveaux : celui de l’enseignant et celui de l’élève. En s’éloignant des instruments spécifiques que peuvent constituer les logiciels, le chapitre 7 s’intéresse aux genèses d’usages des enseignants en formation, à la lumière de cinq études de cas. Certains déterminants sont ainsi mis en lumière montrant que, si la composante personnelle influe dans les prémices des usages, la genèse professionnelle se développe et s’enrichit d’autres composantes, au fur et à mesure qu’augmente la pratique du métier. En s’appuyant sur différents cadres théoriques, le dernier chapitre de cette partie permet de saisir les processus dynamiques déployés et montre combien les genèses d’usages sont au cœur de mouvements entre le niveau local, micro et global. Les auteurs mettent ainsi en évidence des déterminants institutionnels liés au contexte mais aussi dépendants du niveau d’appropriation de l’instrument par l’enseignant ou encore de son profil et de son expérience.

4S’appuyant sur les éléments développés précédemment, la troisième partie souligne l’importance à accorder à la réflexion sur les modalités d’accompagnement de ces genèses. Complémentaire aux éléments relatifs aux bases d’exercices en ligne, le neuvième chapitre élargit le champ de la réflexion, passant de la mise en œuvre individuelle aux processus de conception. En s’appuyant sur les concepts de genèses documentaires et communautaires, les auteurs distinguent ainsi les usages des utilisations et replacent le questionnement au centre d’un processus complexe et évolutif, insistant sur les apports que peuvent constituer les communautés de pratique. Repenser la formation, en favorisant la dialectique avec la recherche, est l’objet du chapitre suivant. Les propositions formulées s’appuient sur deux recherches tout en se nourrissant des apports formulés précédemment dans l’ouvrage. La réflexivité sur la pratique apparaît, en conclusion, comme un enjeu majeur, celle-ci devant s’inscrire de façon consubstantielle dans un processus long et nécessitant de revoir les modalités de formation actuellement mises en œuvre.

5Le dernier chapitre de l’ouvrage articule les idées, concepts et pistes de réflexion abordés tout au long du livre pour en dresser une conclusion générale qui, loin de clore le débat, ouvre la voie vers d’autres problématiques. Celles-ci sont enrichies par les apports et les pistes évoquées par Aline Robert, dans la postface.

6Il n’est pas aisé d’articuler la pensée d’auteurs multiples et de cadres théoriques différents dans un ouvrage collectif. Le défi est ici largement relevé : l’articulation des idées et des concepts n’est pas une simple juxtaposition mais bien une combinaison parfaitement organisée qui permet de progresser depuis des études cliniques vers une réflexion plus globale des genèses d’usages. En outre, l’ouvrage donne des clés de compréhension d’autres phénomènes tels que les non-usages qui pourraient être analysés à la lumière des cadres théoriques convoqués. Une certaine frustration peut naître du fait que les propos soient centrés sur les mathématiques. Au terme de la lecture, on se questionne sur la possible transposabilité des résultats à d’autres champs disciplinaires, sur l’influence que peut avoir la discipline dans la genèse des usages. Loin d’être une critique, il s’agit là, plutôt, d’une attente et du souhait d’élargir, plus encore, la réflexion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maxime Duquesnoy, « LAGRANGE, Jean-Baptiste (dir.) (2013). Les technologies numériques pour l’enseignement - usages, dispositifs et genèses », Recherche et formation, 75 | 2014, 155-157.

Référence électronique

Maxime Duquesnoy, « LAGRANGE, Jean-Baptiste (dir.) (2013). Les technologies numériques pour l’enseignement - usages, dispositifs et genèses », Recherche et formation [En ligne], 75 | 2014, mis en ligne le 07 avril 2015, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://rechercheformation.revues.org/2204

Haut de page

Auteur

Maxime Duquesnoy

Université Paris Descartes, laboratoire CERLIS

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page