Navigation – Plan du site
Notes critiques & lectures

JORRO Anne & DE KETELE Jean-Marie (2013). L’engagement professionnel en éducation et formation

Bruxelles : De Boeck, 206 p.
Pascal Roquet
p. 154-155
Référence(s) :

JORRO Anne & DE KETELE Jean-Marie (2013). L’engagement professionnel en éducation et formation. Bruxelles : De Boeck, 206 p.

Texte intégral

1Sous la direction d’A. Jorro et J.-M. De Ketele, une équipe de chercheurs travaillant en Belgique, au Québec, en Italie, en France et en Suisse, ont tenté, à partir de leurs propres enquêtes de terrain de comprendre et de questionner ce que pouvait recouvrir l’engagement professionnel dans sa conceptualisation et dans son articulation avec d’autres formes conceptuelles telles que notamment la motivation, la professionnalité, la reconnaissance. Ce pari scientifique audacieux témoigne d’une cohérence intellectuelle dans la précision des objets construits mais également d’une ouverture sur des pratiques professionnelles diversifiées : le travail éducatif, le travail formatif, le travail social ou encore la fonction d’inspection.

2L’ouvrage se compose d’une introduction générale, de trois parties organisées respectivement en deux chapitres, deux chapitres et quatre chapitres, avec une conclusion et une postface en final.

3J.-M. De Ketele propose un cheminement conceptuel sur l’engagement professionnel et en donne une définition très précise : « nous définissons l’engagement professionnel comme l’ensemble dynamique des comportements qui, dans un contexte donné, manifeste l’attachement à la profession, les efforts consentis pour elle ainsi que le sentiment du devoir vis-à-vis d’elle et qui donne sens à la vie professionnelle au point de marquer l’identité professionnelle et personnelle » (p. 11). Cette clarification donne le ton à une réflexion stimulante, qui articule les dynamiques de l’engagement professionnel avec l’identification de quatre logiques de reconnaissance professionnelle : le style professionnel, le genre professionnel, la culture professionnelle et l’ethos professionnel.

4La première partie, consacrée au champ éducatif, à partir de l’exploitation de deux enquêtes quantitatives, pose dans un premier chapitre la question de la tension entre l’engagement et les difficultés de construction identitaire pour les éducateurs spécialisés en Italie. Le second chapitre vise à saisir le processus d’engagement d’enseignants dans l’accompagnement d’élèves dans un lycée d’excellence. S’appuyant sur une problématique de l’homme capable (Ricœur), l’analyse fait émerger les différents éléments de la professionnalité enseignante et met en relation la question de l’ethos professionnel avec celle de l’engagement professionnel.

5La seconde partie est exclusivement construite sur l’analyse de la fonction d’inspection auprès des enseignants. Les auteurs du chapitre trois, sur la base d’une observation fine de deux situations professionnelles, pointent la différenciation des processus d’engagement conjoint (inspecteur/enseignant) liée à l’évolution des conditions de la reconnaissance du travail des enseignants. Le chapitre suivant aborde les situations d’évaluation professionnelle des enseignants réalisées par les inspecteurs à partir d’un dispositif méthodologique utilisant des enregistrements, des entretiens d’explicitation et des entretiens auprès d’inspecteurs. Dans le cadre d’une approche sur les gestes de la reconnaissance professionnelle, les résultats font émerger quatre styles de conduites d’engagement.

6Les trois premiers chapitres de la troisième partie sont réservés aux rapports individuels et professionnels entre engagement et pratiques formatives et pédagogiques. L’engagement dans une formation en alternance en Suisse, abordée dans le chapitre cinq, est analysé auprès d’étudiants en formation initiale qui se dirigent vers les métiers de la formation d’adultes. Le rôle important des représentations sociales et personnelles dans les constructions identitaires est mis en avant dans l’analyse des portfolios ; d’autre part l’engagement en formation s’inscrit dans une perspective où les tensions identitaires entre l’image de soi actuelle et l’image de soi visée se régulent par la formation. Dans le chapitre six, ce sont des traces d’engagement qui sont repérées dans les portfolios d’enseignants en formation au Québec. La question de la reconnaissance de l’engagement des stagiaires amène à une prise en compte de processus réflexifs et auto – évaluatifs élaborés qui passent par des réalisations valorisées pour les formés. L’engagement professionnel des enseignants universitaires dans leurs pratiques pédagogiques en Belgique est étudié, dans le chapitre sept, à partir d’une enquête par questionnaire auprès de deux professeurs. Ce sont à la fois des stratégies collaboratives individuelles formelles et des stratégies collaboratives informelles qui sont mobilisées par les enseignants soucieux d’un investissement pédagogique pris en compte dans l’évaluation professionnelle. Le chapitre huit apporte une réflexion plus générale sur le rôle des représentations et de l’implication dans l’engagement professionnel. Le cadre théorique de la professionnalisation est mobilisé pour saisir le passage entre représentations sociales et représentations professionnelles d’une part et d’autre part pour appréhender trois dimensions de l’implication : le sens donné, les repères identifiés et le sentiment de contrôle.

7Le chapitre conclusif replace la problématique de l’engagement dans le champ des pratiques professionnelles et dans le champ de la construction scientifique. Quatre résultats en termes de défis professionnels sont proposés par les auteur(e)s : le développement professionnel des acteurs, la prise de conscience de la composante existentielle de l’engagement professionnel, la recherche d’une pratique partagée par un collectif et la reconnaissance comme force motrice de l’engagement professionnel. Les dimensions et les indicateurs méthodologiques de la motivation professionnelle sont ensuite proposés et les questions méthodologiques pour observer les processus d’engagement sont largement soulevées. Enfin la postface, rédigée par Étienne Bourgeois, resitue l’engagement au cœur de l’activité de travail et de l’apprentissage en situation de travail. L’ouverture plus large sur la reconnaissance, en référence à Todorov, pose la question de la dimension sociale de l’engagement professionnel.

8L’ensemble des contributions de cet ouvrage participe à éclaircir théoriquement, méthodologiquement et dans le champ des pratiques professionnelles la spécificité d’approches scientifiques sur l’engagement professionnel et met en valeur les dimensions individuelles, sociales et professionnelles de ce concept.

9Nous retiendrons trois perspectives de débats. Les processus d’engagement sont substantiellement reliés aux processus de reconnaissance, avec le principe d’une forme de contrat passé entre Soi et Autrui. Cette relation directe entre engagement et reconnaissance ne touche pas uniquement les métiers de l’éducation et de la formation, mais focalise des processus de continuité et de rupture identitaire qui restent à déchiffrer : en quoi l’engagement est-il enclencheur d’une dynamique identitaire ? Dans quels cadres professionnels, personnels peuvent – ils se repérer ? Par ailleurs, si le désengagement est évoqué dans la présentation de la problématique, les traces théoriques ou empiriques de celui-ci ne sont pas considérées ou développées dans les différentes contributions. En effet, saisir les composantes de ce processus présent dans le travail éducatif et formatif aurait permis de mieux contextualiser les dynamiques de professionnalisation et de déprofessionnalisation présentes dans chaque secteur professionnel. Enfin les situations professionnelles étudiées s’inscrivent sous des formes temporelles de courte durée nécessitant, la plupart du temps, de l’activité professionnelle négociée entre différents acteurs. Le temps long prolongé de l’engagement durable est trop peu souvent évoqué dans une perspective de professionnalisation et de reconnaissance réciproque. L’évocation de ces perspectives est à nos yeux une façon de souligner le caractère stimulant de cet ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Roquet, « JORRO Anne & DE KETELE Jean-Marie (2013). L’engagement professionnel en éducation et formation », Recherche et formation, 75 | 2014, 154-155.

Référence électronique

Pascal Roquet, « JORRO Anne & DE KETELE Jean-Marie (2013). L’engagement professionnel en éducation et formation », Recherche et formation [En ligne], 75 | 2014, mis en ligne le 07 avril 2015, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://rechercheformation.revues.org/2202

Haut de page

Auteur

Pascal Roquet

CNAM, laboratoie CRF (Centre de recherche sur la formation)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page