Navigation – Plan du site
Notes critiques & lectures

DEMEUSE, Marc & STRAUVEN, Christine (2013). Développer un curriculum d’enseignement ou de formation. Des options politiques au pilotage

Bruxelles : De Boeck (2e édition revue et actualisée), 323 p.
Joël Lebeaume
p. 152-153
Référence(s) :

DEMEUSE, Marc & STRAUVEN, Christine (2013). Développer un curriculum d’enseignement ou de formation. Des options politiques au pilotage. Bruxelles : De Boeck (2e édition revue et actualisée), 323 p.

Texte intégral

1L’ouvrage est un manuel de formation à la démarche de conception, mise au point, essai, généralisation et évaluation de curriculums d’enseignement ou de formation. Selon la caractérisation des manuels (p. 118), ce guide pratique d’initiation souhaite développer les compétences des lecteurs en visant des acquisitions de méthodes, d’attitudes et d’habitudes de travail, tout en consolidant leurs acquis pour l’expertise et l’intervention sur les enseignements ou les formations, formelles ou non formelles. À cette fin, adossé à une large liste de références bibliographiques, le texte – donc très documenté – est rendu particulièrement accessible à tout lecteur, grâce (i) aux notes de bas de page qui définissent par exemple l’analyse systémique, l’effet Hawthorne, les savoirs expérient(c)iels et expériencés…, (ii) à des schémas ou tableaux qui récapitulent les phases, opérations ou procédures présentées, (iii) à un index alphabétique qui renvoie aux auteurs cités et notions mentionnées et (iv) à huit annexes qui complètent ou illustrent le propos des auteurs par des exemples de documents ou d’outils. Ceux-ci concernent les trois phases habituelles de conception, de mise en œuvre et d’évaluation. Si la référence principale est le système éducatif belge francophone, elle est étendue à la France, au Québec et aux pays de l’Afrique du Nord et subsaharienne, c’est-à-dire aux pays où l’expertise curriculaire s’exerce et peut se développer.

2À la suite d’une introduction qui précise ce qu’est un curriculum et ce qui le distingue d’un programme d’enseignement, l’ouvrage est organisé en quatre parties selon la chronologie du processus d’expertise à mettre en œuvre. Ainsi, la première partie est-elle consacrée aux « décisions préalables au développement d’un curriculum » avec l’exposition des fondements politiques, philosophiques et culturels de l’éducation ou des formations et le positionnement des besoins qui sont à la base de la révision, actualisation ou conception d’un curriculum. La deuxième partie, dont l’intitulé « le développement du curriculum » reprend le titre de l’ouvrage, est le cœur du texte. Avec l’orientation pratique soulignée précédemment, le chapitre précise la phase d’élaboration du curriculum jusqu’à la rédaction du document curriculaire et son évaluation préliminaire. Sont ainsi décrites les différentes solutions potentielles d’entrée par les contenus-matières, par les objectifs ou par les compétences, de choix de stratégies et modalités d’enseignement-apprentissage et de directives concernant les fonctions et les contenus de l’évaluation. Malgré quelques exemples concernant l’apprentissage du français en tant que langue nationale, cette partie – comme l’ensemble de l’ouvrage – n’aborde que très partiellement la question du « quoi enseigner », pourtant centrale et décisive dans tout curriculum. Les didacticiens seront même surpris par l’emploi du terme didactique dans son acception usuellement confondue avec pédagogie. Ils seront même étonnés de l’ambiguïté conceptuelle de quelques formulations, par exemple : « Une autre question est celle de la transposition didactique des compétences transversales, en relation avec les pratiques sociales de référence » (p. 87) [sic]. La troisième partie concerne « la mise à l’épreuve du curriculum ». Elle correspond à la phase d’essai ou d’expérimentation du curriculum sur le terrain avec l’exposé exhaustif des procédures et des techniques possibles. Un long développement est consacré à l’expérimentation en éducation et aux outils, notamment statistiques, de mesure et d’évaluation de cette phase d’essai puis d’implantation et de généralisation du curriculum. Cette partie se termine sur les principes du maintien du curriculum (sa durabilité) et de sa qualité ou de ses performances au fil du temps dans des contextes changeants. Est adjointe On y adjoint l’équité aux neuf critères de l’approche analytique de Bouchard et Plante (2002) explicitée p. 217-222 : pertinence, cohérence, synergie, à-propos, efficacité, efficience, durabilité, impact et flexibilité. La quatrième et dernière partie : « la gestion du curriculum en tant que projet d’innovation », est un approfondissement de la gestion de projet, au cœur de la démarche mise en mots dans l’ouvrage.

3Comme le signalent les auteurs dans la très brève conclusion, l’enjeu de cet ouvrage est d’attirer l’attention des experts, des administrateurs et des spécialistes des curriculums sur l’existence de procédures, de techniques et d’outils contribuant à la réussite de la mise en place des réformes ou des rénovations curriculaires. À cet égard, la démarche décrite – voire prescrite – précise fournit l’occasion de préciser que la mise en œuvre de telles modifications peuvent peut échouer faute d’une gestion de projet rigoureuse, d’une prise en compte des contraintes notamment humaines, d’une évaluation globale, et souvent en raison de la précipitation des actions publiques. À cet égard, la formation des enseignants est également interpelée pour l’accompagnement partagé – et non pas soumis – des évolutions curriculaires grâce à leur indispensable compréhension du sens et de la fonction des changements : l’accompagnement des évolutions curriculaires doit être partagé – et non pas imposé – car il est indispensable que les enseignants comprennent le sens et la fonction des changements (cf. chapitre 3, p. 211-214). Ainsi l’ouvrage, fondé sur une forte expérience d’intervention curriculaire des auteurs, est surtout un appel à la cohérence et à la rigueur « dans l’accomplissement d’un produit pédagogique (…) pour contribuer à la qualité du système d’éducation ou de formation » (p.  247). L’ensemble des informations, des savoir-faire mis en mots et textes dans l’ouvrage, sur cette approche qualité et la démarche de projet, largement développées et normalisées pour les produits industriels, attire simultanément l’attention sur les appuis et les obstacles de que rencontre leur mise en œuvre et ouvre la discussion experte sur les enjeux de ce bain de culture de l’évaluation qu’offrent les auteurs. L’ouvrage invite aussi à discuter les conditions des interactions constructives entre les différents acteurs – individuels et collectifs – engagés dans les phases de conception, de mise en œuvre et d’évaluation des curriculums.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joël Lebeaume, « DEMEUSE, Marc & STRAUVEN, Christine (2013). Développer un curriculum d’enseignement ou de formation. Des options politiques au pilotage », Recherche et formation, 75 | 2014, 152-153.

Référence électronique

Joël Lebeaume, « DEMEUSE, Marc & STRAUVEN, Christine (2013). Développer un curriculum d’enseignement ou de formation. Des options politiques au pilotage », Recherche et formation [En ligne], 75 | 2014, mis en ligne le 07 avril 2015, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://rechercheformation.revues.org/2199

Haut de page

Auteur

Joël Lebeaume

Sorbonne Paris Cité, université Paris Descartes, EDA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page