Navigation – Plan du site
Notes critiques & lectures

PÉRIER Pierre (2014). Professeurs débutants - Les épreuves de l’enseignement

Paris : PUF, collection « Éducation & Société », 204 p.
Rachel Gasparini
p. 150-152
Référence(s) :

PÉRIER Pierre (2014). Professeurs débutants - Les épreuves de l’enseignement. Paris : PUF, collection « Éducation & Société », 204 p.

Texte intégral

1L’objectif premier de ce livre est d’interroger sociologiquement l’expérience actuelle de l’entrée dans le métier des professeurs du secondaire, dans un contexte réputé plus éprouvant qu’auparavant pour la profession. Certaines difficultés touchent particulièrement les débutants, sans qu’on puisse toujours déterminer si elles proviennent d’un manque d’expérience, d’une représentation différente du métier chez la nouvelle génération ou d’un contexte d’exercice moins facile (les classes les plus dures sont rencontrées en début de carrière, dans les collèges, les lycées professionnels et l’éducation prioritaire). Mais plus généralement, l’analyse de l’expérience des « figures d’éclaireurs » que représentent les professeurs débutants permet d’appréhender « l’actualité d’un métier au tournant de la carrière naissante » (p. 2). Le matériau utilisé repose sur deux enquêtes empiriques : une approche qualitative d’une cohorte de 34 professeurs stagiaires devenus ensuite néo-titulaires, interrogés par entretiens à plusieurs reprises sur deux ans ; une approche quantitative par l’exploitation secondaire d’une enquête par questionnaire (DEPP, 2008) auprès de 1 209 professeurs de collège et lycée.

2La trame principale du livre est de montrer que l’enseignement est en mutation, il ne « consiste plus, ou de moins en moins, à endosser des rôles prédéfinis selon une division du travail acceptée et instituée, mais à les agencer et à les négocier, en situation, au travers de relations intersubjectives et continues entre professeurs et élèves » (p. 3). L’auteur s’appuie sur une « sociologie relationnelle et configurationnelle » attentive à l’analyse fine des interactions en classe, sans oublier un niveau plus général d’interprétation, lié au contexte varié des établissements et aux changements plus globaux de société. Les expériences vécues par les professeurs débutants sont analysées à travers la notion d’« épreuve » déclinée selon trois dimensions : l’émergence d’un principe d’individuation ou de particularisation du social, la confrontation avec les autres (l’importance de l’intersubjectivité, des rapports de force dans la classe) et le rapport à soi (le métier se caractérise par une demande de responsabilisation et réflexivité accrues chez les professionnels). Les fondements de la légitimité des professeurs sont entamés par une remise en cause sociétale de la pertinence des savoirs ainsi que par l’affaiblissement du soutien institutionnel à la position et à la posture enseignantes. Parallèlement, notre société développe une sensibilité forte à la prise en compte personnelle, individuelle de chacun. Tout ceci concourt à personnaliser les relations pédagogiques dans la classe, avec une implication personnelle des enseignants et une importance accordée à la prise en compte des particularités et de l’hétérogénéité des élèves. Beaucoup de tensions, désaccords, conflits dans la classe peuvent ainsi se comprendre comme des « perturbations des rapports de reconnaissance entre acteurs individuels et collectifs » (p. 181). Le développement de l’intersubjectivité en classe a pour conséquence une sensibilité accrue aux jugements portés sur la personne, où chacun se renvoie la responsabilité des dysfonctionnements perçus. Les enseignants trouvent des raisons dans la personne même des élèves qui « manquent de motivation », « ont un niveau scolaire faible », « ont des problèmes » (voir le développement de la détection des « dys »), souffrent d’un « manque de socialisation » à cause de leur famille. Devant l’incertitude du régime pédagogique et le faible soutien institutionnel, la tentation est donc grande pour les enseignants de chercher des explications en dehors de la relation pédagogique. Mais les enseignants culpabilisent aussi lorsqu’ils perçoivent un échec de leur engagement professionnel, du fait qu’on leur demande une responsabilisation et une réflexivité plus importantes. De leur côté, les élèves sont très sensibles au jugement sur leur personne, qu’ils interprètent à travers les notes, les punitions, les remarques faites en classe, d’où l’intérêt des professeurs à utiliser la négociation pour permettre à la situation scolaire de tenir, quitte à pratiquer la surnotation, à être moins sévère sur les sanctions et à diminuer les exigences d’apprentissages.

3L’enseignant est ainsi confronté à des défis pédagogiques personnels : ils commencent pour le débutant dès le rite de passage des premiers jours qui n’est plus garanti par l’efficacité symbolique du travail d’institution, mais qui conserve son intensité émotionnelle. L’exercice du métier se caractérise par l’imprévisibilité, la multiplicité des situations, l’immédiateté des réponses à apporter et le pragmatisme des solutions. Paradoxalement, alors que le métier d’enseignant tend à se professionnaliser à travers les objectifs de sa formation, il se présente de moins en moins comme un ensemble de modèles d’action et de savoirs qu’il suffirait d’appliquer en classe. Les débutants n’ont pas l’impression d’exercer un métier qu’ils auraient appris, ils se l’approprient personnellement en l’exerçant, ils se forgent leur métier en fonction des épreuves rencontrées essentiellement en interaction avec leurs élèves. La formation est d’autant plus critiquée par les débutants qu’elle ne peut pas anticiper sur des situations non encore vécues et qu’elle ne peut pas proposer un catalogue de bonnes conduites variables selon les contextes d’action. Les enseignants disent s’appuyer plus sur une démarche pragmatique (« ça marche », dans telle situation) que sur des postures et des modèles de professionnalité définis a priori.

4La démonstration que fait l’auteur est convaincante, dans le prolongement de ses nombreux travaux sociologiques antérieurs sur l’enseignement dans le secondaire à propos de l’ordre scolaire, des relations école-parents ou des enseignants débutants. Pierre Périer en arrive à s’interroger sur la pertinence même de la forme scolaire d’enseignement : ne faudrait-il pas repenser notre école du savoir axée sur une culture générale identifiée à la nation et sur des relations empruntant au modèle républicain de l’élève abstrait soumis à des règles et rapports impersonnels ? Au terme de cet ouvrage stimulant, plusieurs pistes de réflexion peuvent être soulignées. D’abord sur le choix du profil des enseignants du secondaire, il serait intéressant d’interroger les enseignants des lycées professionnels, qui sont dans une problématique particulière compte tenu du fait que les élèves arrivent dans ces filières souvent par défaut, dans un système scolaire qui tend de plus en plus à se ségréguer notamment par les mécanismes d’orientation. Ensuite, les différences entre les établissements pourraient être questionnées : quelles sont les manières locales d’appliquer les sanctions et de pratiquer la discipline ? Quelles sont les relations entre collègues et les façons d’accueillir les débutants ? Ensuite, on peut se demander si l’intersubjectivité qui caractérise les relations entre l’enseignant et ses élèves ne caractérise pas aussi l’expérience des professeurs débutants qui ne peuvent pas tellement compter sur l’institution scolaire mais qui sont sensibles aux rencontres personnelles avec leurs formateurs, leurs inspecteurs ou leurs collègues ? Enfin, le livre analyse bien les raisons d’une méfiance voire d’une hostilité à l’égard de la formation des enseignants du secondaire. Cette attitude des débutants n’est-elle pas perceptible depuis les débuts historiques de la formation des enseignants qui semblent s’être toujours interrogés sur ce qu’ils perçoivent comme une disjonction entre la théorie (ce qui est expliqué formellement loin des contextes) et la pratique (ce qui permet d’être opérationnel, de trouver des solutions, ce qui s’acquiert par l’expérience) ? Il serait intéressant de comparer avec les travaux des historiens dans quelle mesure les critiques actuelles énoncées par les débutants à l’égard de la formation se retrouvent ou diffèrent de celles énoncées auparavant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rachel Gasparini, « PÉRIER Pierre (2014). Professeurs débutants - Les épreuves de l’enseignement », Recherche et formation, 75 | 2014, 150-152.

Référence électronique

Rachel Gasparini, « PÉRIER Pierre (2014). Professeurs débutants - Les épreuves de l’enseignement », Recherche et formation [En ligne], 75 | 2014, mis en ligne le 07 avril 2015, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://rechercheformation.revues.org/2197

Haut de page

Auteur

Rachel Gasparini

Université Claude-Bernard-Lyon 1, laboratoire « Éducation, Cultures, Politiques », EPSE de l’académie de Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page