Navigation – Plan du site
Débats & controverses

Faut-il parler de déprofessionnalisations au pluriel ?

Tentative de thématisation de deux processus de remise en cause de pratiques professionnelles
Florent Champy
p. 133-146

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

1. Deux questions sur la déprofessionnalisation
1.1. Professionnalisation et déprofessionnalisation
1.2. Pertes ou recompositions
2. Contenus de travail et déprofessionnalisation
2.1. Care informel et marchandisation des services
2.2. Vulnérabilité de la phronesis et déprofessionnalisation
2.2.1 Phronesis et activités professionnelles
2.2.2. Les fragilités de la phronesis dans un monde dominé par la technique
2.2.3. La dimension sociétale de la déprofessionnalisation
Conclusion

Aperçu du début du texte

C’est une richesse du dossier sur la déprofessionnalisation, publié dans le numéro 72 de Recherche et formation, que d’aborder la question de la déprofessionnalisation à partir d’activités et de situations variées, incluant même une incursion hors de France, avec l’article d’Osborn sur les évolutions du métier d’enseignant au Royaume-Uni. Les contributions des auteurs font ainsi ressortir le caractère fortement multidimensionnel, affirmé notamment par Maubant et Roger, de ce processus – ou de ces processus – car il n’est pas certain que tous les articles renvoient à un phénomène unique pouvant être rigoureusement construit comme objet d’étude sociologique. Elles permettent de jeter des ponts avec diverses thématiques de l’étude du travail – comme la souffrance au travail (Zoia et Visier ; Brau-Antony et Mieusset), les rapports entre régulations autonomes et régulations de contrôle dans les organisations où les professionnels travaillent (Aballéa ; Osborn), les formes d’apprentissage...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florent Champy, « Faut-il parler de déprofessionnalisations au pluriel ? », Recherche et formation, 75 | 2014, 133-146.

Référence électronique

Florent Champy, « Faut-il parler de déprofessionnalisations au pluriel ? », Recherche et formation [En ligne], 75 | 2014, mis en ligne le 07 avril 2016, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://rechercheformation.revues.org/2191 ; DOI : 10.4000/rechercheformation.2191

Haut de page

Auteur

Florent Champy

CNRS, université Toulouse 2-Jean-Jaurès, Centre d’études et de recherches travail, organisation, pouvoir (CERTOP)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page