Navigation – Plan du site
Notes critiques & lectures

Altet M., Desjardins J., Étienne R., Paquay L., Perrenoud P. (dir.)(2013). Former des enseignants réflexifs : Obstacles et résistances

Bruxelles : De Boeck, 277 p.
Claire Duchesne
p. 149-150
Référence(s) :

Altet M., Desjardins J., Étienne R., Paquay L., Perrenoud P. (dir.) (2013). Former des enseignants réflexifs : Obstacles et résistances. Bruxelles : De Boeck, 277 p.

Texte intégral

1Maguerite Altet, Julie Desjardins, Richard Étienne, Léopold Paquay et Philippe Perrenoud ont réuni, dans cette nouvelle publication, des auteurs en provenance de France, de Suisse, de Belgique et du Québec autour du thème de la résistance des étudiants-maîtres en formation initiale quant à l’apprentissage et à l’utilisation des pratiques de la pensée réflexive. Cet ouvrage collectif tente de comprendre le scepticisme, l’inertie, voire la résistance (p. 10) des étudiants-maîtres, des stagiaires et des formateurs d’enseignants en regard des dispositifs permettant de développer une posture réflexive et ce, afin d’améliorer les pratiques de formations d’enseignants.

2Le livre est découpé en trois sections de quatre chapitres chacune permettant l’analyse des obstacles et des résistances au processus de pensée réflexive.

Partie 1 : Injonctions à la réflexivité et formes de résistances

3En premier lieu, Julie Desjardins présente les divers cadres de référence soutenant les pratiques associées à la pensée réflexive et caractérisant les différents dispositifs de formation offerts aux étudiants-maîtres ; quelques hypothèses expliquant la résistance des étudiants face au processus réflexif sont dès lors émises. Marguerite Altet examine par la suite les postures de réflexivité empruntées par les formateurs d’enseignants lors de leurs interventions auprès des stagiaires et en démontre les limites. En adoptant une perspective sociologique, Pascal Guibert met en évidence la continuité dans les pratiques enseignantes au fil des ans et la faible prise en compte des réformes et transformations des systèmes éducatifs qui y sont associées. Pour clore cette section, Philippe Perrenoud porte le regard sur la place et la pertinence d’une pratique ancrée dans la réflexivité chez les enseignants en formation et en service tout comme, de façon plus générale, dans le monde du travail ou dans celui de la formation, de même que sur le réalisme et les coûts d’une telle visée.

Partie 2 : Résistances à la formation réflexive dans différents contextes

4Dans le premier chapitre de cette section, Olivier Maulini et Valérie Vincent rendent compte des résultats d’une enquête effectuée auprès d’étudiants-maîtres à propos des savoirs acquis lors de leur formation théorique à l’enseignement qui leur ont semblé les plus intéressants. Thérèse Perez-Roux, en utilisant le temps comme toile de fond, s’intéresse quant à elle aux transformations ressenties par des étudiants-maîtres pendant leur formation. Par la suite, Marc Degand et Xavier Dejemeppe examinent les forces et les limites de quelques dispositifs soutenant la réflexivité utilisés lors des stages des étudiants-maîtres. Le chapitre de Laeticia Progin analyse, en conclusion de ce chapitre, le rapport à la formation des cadres scolaires.

Partie 3 : De la résistance aux perspectives de changement

5Marie-Françoise Legendre débute cette troisième section par une réflexion sur l’usage des théories de l’apprentissage et du développement en formation, puis sur la résistance manifestée par les étudiants-maîtres à propos de ces théories. En second lieu, Alain Jean et Richard Étienne font état des résistances des stagiaires observées lors des visites à visées formatives de même que celles manifestées à l’égard d’un dispositif de formation innovateur : les groupes de simulations vidéo. Marie-France Noël examine le concept de résistance sous l’angle de la motivation. Enfin, Christelle Devos et Léopold Paquay abordent la réflexivité des nouveaux enseignants en situation d’insertion professionnelle.

6D’entrée de jeu, les responsables de cet ouvrage précisent que les étudiants en formation initiale à l’enseignement manifestent généralement peu d’intérêt pour les travaux à visée réflexive autant que professionnalisante, tels que les journaux d’apprentissage, les activités d’analyse de pratique ou les mémoires professionnels. La formation pratique est davantage valorisée que la formation théorique et les liens interagissant entre ces derniers demeurent peu visibles. La problématique qui fait l’objet de ce livre est clairement énoncée et s’avère des plus intéressantes ; quelles sont les causes de ces résistances à la réflexivité ? Comment peut-on y remédier ? Peut-on envisager une professionnalisation des pratiques enseignantes sans que celles-ci découlent systématiquement d’un processus réflexif continu de la part de l’étudiant-maître ? L’ouvrage d’Altet, Desjardins, Étienne, Paquay et Perrenoud propose des pistes de réflexion et de solution à ces questions. Les nombreux auteurs ayant contribué à ce collectif ont procédé à des analyses riches et approfondies de divers thèmes relevant, pour la plupart, de recherches sur les dispositifs de formation initiale des enseignants. Cependant, comme c’est le cas des ouvrages regroupant un grand nombre de contributions provenant d’auteurs différents, on observe dans certains cas une distanciation importante par rapport à l’objet d’étude annoncé. Si les liens entre les thèmes traités dans les chapitres et les pratiques et processus réflexifs ont été explicités avec force dans l’introduction de l’ouvrage, ceux-ci sont beaucoup moins marqués dans la lecture de certains textes et exigent, de la part du lecteur, de compenser par lui-même ce manque ; c’est par exemple le cas du chapitre portant sur le rapport à la formation des chefs d’établissement scolaire ou de celui évoquant la résistance selon la perspective de la motivation personnelle. Un chapitre de clôture offrant une synthèse des propos traités et mettant en évidence les croisements d’opinions, d’argumentations et de solutions aurait certes permis de comprendre le phénomène de résistance à la réflexivité chez les étudiants-maîtres et d’envisager des dispositifs d’amélioration des pratiques de formation des enseignants avec plus de force et de clarté. Outre cette faiblesse relevant essentiellement de la structure du livre, celui-ci demeure, en raison de la qualité des contributions qui y sont colliguées, un excellent outil pour soutenir la réflexion des formateurs d’enseignants et des chercheurs du domaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Duchesne, « Altet M., Desjardins J., Étienne R., Paquay L., Perrenoud P. (dir.)(2013). Former des enseignants réflexifs : Obstacles et résistances », Recherche et formation, 72 | 2013, 149-150.

Référence électronique

Claire Duchesne, « Altet M., Desjardins J., Étienne R., Paquay L., Perrenoud P. (dir.)(2013). Former des enseignants réflexifs : Obstacles et résistances », Recherche et formation [En ligne], 72 | 2013, mis en ligne le 11 mars 2014, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://rechercheformation.revues.org/2061

Haut de page

Auteur

Claire Duchesne

Université d’Ottawa, Canada

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page