Navigation – Plan du site
Notes critiques & lectures

Maillebouis Madeleine, Étévé Christiane et Glickman Viviane (dir.) (2012). Des archives pour l’histoire de la formation des adultes.

Paris : L’Harmattan, 227 p.
Cédric Frétigné
p. 157-158
Référence(s) :

MAILLEBOUIS Madeleine, ÉTÉVÉ Christiane et GLICKMAN Viviane (dir.) (2012). Des archives pour l’histoire de la formation des adultes. Paris : L’Harmattan, 227 p.

Texte intégral

1L’analyse de la formation des adultes repose beaucoup sur des écrits mémoriels et assez peu sur des travaux d’historiens. On peut le souligner à travers les regards portés, en France, sur la loi du 16 juillet 1971 portant création de la formation professionnelle continue dans le cadre de l’éducation permanente. Beaucoup d’écrits reposent en effet sur des témoignages, des souvenirs, et un nombre restreint sur l’exploitation d’archives. Ce qui vaut pour cette loi assez généralement présentée comme « fondatrice » du droit de la formation vaut pour les productions portant sur telle ou telle institution de formation : beaucoup de mémoire, assez peu d’histoire.

2Des archives pour l’histoire de la formation des adultes fait état des pratiques archivistiques, des opportunités qui s’offrent aux chercheurs qui souhaitent investiguer le passé de la formation des adultes et propose quelques illustrations d’enquêtes sur archives en matière de formation des adultes. À la lecture des textes qui composent la première partie de l’ouvrage, le moins que l’on puisse dire est que la patience et la ténacité sont deux qualités mises en œuvre par les hommes et les femmes qui ont entrepris de recueillir, trier, récoler et archiver des masses de documents habituellement promis à la destruction. Assez fréquemment, une forme de militantisme semble avoir présidé aux entreprises liminaires de sauvegarde : ne pas laisser disparaître la trace de réalisations auxquelles on a soi-même participé, que ce soit dans le cadre d’un service de formation continue d’université, d’un service des étudiants « empêchés », etc. Parfois, c’est l’institution elle-même qui se dote d’un service d’archives, lui donne des moyens humains et matériels d’exister et de fonctionner, ainsi de l’AFPA pour la formation des adultes ou du PAJEP pour les associations d’éducation populaire. Des entreprises également structurent leurs fonds d’archives et accordent une place particulière à la formation des adultes. Les cas de la Société générale et de Schneider attestent de l’intérêt que revêt la conservation des données sur la formation professionnelle. Les archives syndicales (CGT aux archives départementales de Seine-Saint-Denis, UIMM au Creusot) et les archives des collectivités territoriales (les Conseils régionaux en leur qualité de « chef de file » de la formation) sont également particulièrement conséquentes sur le volet de la formation.

3La deuxième partie fait état des usages des archives, dans le cadre de la préparation d’une thèse ou afin de préparer des cérémonies mémorielles d’une institution. On observe alors l’écart entre les besoins exprimés par le chercheur et l’état du fonds d’archives à sa disposition. Non sans humour, on assiste aux circonvolutions d’apprentis historiens fort marris de ne pouvoir accéder aux sources nécessaires à la préparation de leur doctorat, contraints à l’innovation méthodologique ou heureux de bénéficier du concours inattendu d’acteurs ayant conservé leurs propres archives personnelles. Il ressort clairement de cette série de contributions que le travail archivistique évoqué en première partie de l’ouvrage est d’un soutien appréciable pour les chercheurs qui sont en mesure d’en disposer.

4L’ouvrage emporte l’adhésion dans ses attendus et ses conclusions. Toutefois, le lecteur ne peut s’empêcher, au fil des pages, de s’interroger : qui et combien sont les chercheurs qui, en historiens de la formation, consultent les fonds recensés, les exploitent et en extraient des publications ? De fait, les fonds présentés sont, pour la plupart, totalement vierges d’investigations. Pour s’en tenir à cet exemple, les archives de l’AFPA ont, semble-t-il, été mobilisées par un seul chercheur ces cinq dernières années. Cette observation met l’accent sur le différentiel existant entre une accessibilité accrue des fonds dédiés à la formation et le faible intérêt que semble continuer à leur accorder les chercheurs.

5Des archives pour l’histoire de la formation des adultes peut donc se lire comme une invitation faite aux entrants dans le métier d’historien à se saisir des fonds désormais accessibles. Les archives existent, des bases de données informatisées les répertorient et elles sont assurément en mesure de combler les trous historiographiques dont souffre la recherche en matière de formation des adultes. Encore faut-il trouver à les exploiter !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cédric Frétigné, « Maillebouis Madeleine, Étévé Christiane et Glickman Viviane (dir.) (2012). Des archives pour l’histoire de la formation des adultes. », Recherche et formation, 70 | 2012, 157-158.

Référence électronique

Cédric Frétigné, « Maillebouis Madeleine, Étévé Christiane et Glickman Viviane (dir.) (2012). Des archives pour l’histoire de la formation des adultes. », Recherche et formation [En ligne], 70 | 2012, mis en ligne le 15 juillet 2012, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://rechercheformation.revues.org/1909

Haut de page

Auteur

Cédric Frétigné

Université Paris Est-Créteil-Val-de-Marne
REV-CIRCEFT

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page