Navigation – Plan du site
Notes critiques & lectures

Charlier Évelyne et Biémar Sandrine. Accompagner. Un agir professionnel

Bruxelles : De Boeck, 184 p.
Christian Heslon
p. 153-154
Référence(s) :

CHARLIER Évelyne et BIÉMAR Sandrine (dir.) (2012). Accompagner. Un agir professionnel. Bruxelles : De Boeck, 184 p.

Texte intégral

1Avec cet ouvrage collectif qu’elles ont dirigé, Evelyne Charlier et Sandrine Biémar livrent un large panorama de recherches-actions et pratiques réflexives relatives à l’accompagnement en formation, enseignement et éducation. Ce panorama est issu de travaux menés depuis deux décennies par des chercheurs-formateurs des départements d’éducation des Universités de Namur (Belgique) et de Sherbrooke (Québec). En quatre parties, tour à tour consacrées à la professionnalité de l’accompagnateur, à l’analyse de ses pratiques, à la construction de dispositifs innovants et à la création de savoirs résultant de diverses expériences d’accompagnement, l’ouvrage relate et analyse divers champs d’application de l’accompagnement en formation, éducation et enseignement. Sont ainsi présentées des expériences d’accompagnement individuel ou collectif d’enseignants, d’étudiants en réorientation, de directeurs d’établissements scolaires accompagnés par leurs pairs, de programmes universitaires visant à développer la VAE ou à favoriser le changement chez des gestionnaires de formation et, enfin, des analyses et réflexions de « chercheurs-accompagnateurs » concernant la création de savoirs qui découlent de leurs pratiques. L’ensemble se conclut sur une bibliographie à la fois resserrée et essentielle comprenant les principales publications francophones de cette dernière décennie consacrées aux pratiques et théorisations de l’accompagnement en formation et en pédagogie.

2Les apports et intérêts de ce panorama sont ainsi de faire le point sur les évolutions en cours des formations (essentiellement scolaires et universitaires), du fait de l’irruption du paradigme de l’accompagnement dans des dispositifs, institutions et logiques formatives héritées d’un enseignement essentiellement conçu, construit et mis en œuvre sur le mode de la transmission de connaissances. En effet, ainsi que le souligne Anne Jorro dans sa (trop) courte préface, c’est bien d’un changement de paradigme dont il s’agit : de la transmission vers le cheminement, du transfert de connaissances vers la construction de savoirs, d’une approche normative vers une approche formative, d’une relation descendante vers une relation mutuelle, etc. Les différents chapitres exposent ainsi les résistances face à ce changement, mais aussi les modalités d’évolution et de transformation des pratiques pédagogiques et d’orientation que ces différents accompagnements ont pu produire. Ce qui distingue ici le paradigme de l’accompagnement pédagogique de celui, précédent et habituel, de l’enseignement et de la formation c’est d’une part l’individualisation (plus ou moins forte, il est vrai, selon les contextes), d’autre part la progressive construction des savoirs, connaissances mais aussi postures et modalités d’intervention des bénéficiaires de ces différentes formes d’accompagnement en milieu scolaire ou universitaire.

3Ce changement de paradigme a alors logiquement pour effet de transformer également la pratique des enseignants et formateurs, voire des directeurs d’établissements ou des gestionnaires de formation, et de faire évoluer sinon leur identité professionnelle, du moins certaines de ses facettes. C’est ainsi qu’on peut comprendre l’« agir professionnel » mis en exergue par les directrices de l’ouvrage dans son titre. C’est ainsi encore qu’on apprécie de voir affirmées à plusieurs reprises deux identités auxquelles résistent encore les enseignants-chercheurs les plus académistes, à savoir celle de « chercheur-formateur » et celle d’« accompagnateur-chercheur ». Cette affirmation va dans le sens de la reconnaissance d’une spécificité forte de l’accompagnement, celle de la nécessaire élaboration à partir des pratiques, c’est-à-dire d’une pratique nécessairement réflexive au sens inaugural de Donald Schön (Le praticien réflexif, Montréal : les Éd. Logiques, 1994), auquel la notion d’« agir professionnel » fait implicitement référence. C’est sans doute, par-delà la description souvent fine des processus d’accompagnement sur lesquels chaque chapitre repose, avec leurs aléas, leurs incertitudes et leurs résultats, l’intérêt principal de l’ouvrage que de faire état de travaux de recherche non pas ancrés dans des pratiques, mais indissociables de ces pratiques et de leur dynamique temporelle et interpersonnelle.

4Cet intérêt présente cependant son revers, à notre sens double. En premier lieu, la diversité des contextes et expériences présentées risque parfois d’éclater le propos, en donnant l’impression de regrouper sous le terme générique d’accompagnement des expériences et pratiques qui relèvent du coaching, de l’ingénierie de formation, de la psychologie de l’orientation ou de l’évaluation. L’ouvrage aurait alors gagné en proposant un point sur les recoupements entre ces pratiques et contextes, mais aussi sur leurs différences afin de montrer en quoi l’accompagnement est certes un paradigme transversal, mais ne rend pas nécessairement compte de la totalité des situations et phénomènes qui en relèvent. Ainsi, la psychologie de l’orientation comporte sans aucun doute une dimension d’accompagnement, mais ne saurait pour autant se fondre toute entière dans ce paradigme. De ce fait, la centration de l’ouvrage sur l’accompagnement n’empêche pas parfois certains glissements vers des problématiques connexes, telles que le transfert de compétences ou la conduite du changement.

5En second lieu, l’effet de milieu reste considérable, prenant en compte le milieu scolaire et universitaire quasi-exclusivement, ce qui aurait du être précisé dans le titre ou le sous-titre. Ainsi, toute une dimension de l’accompagnement professionnel et/ou personnel des adultes en transition est délaissée, alors qu’elle est constitutive du paradigme exploré, ainsi que l’ont, entre autres, montré les ouvrages de Boutinet et al. (Penser l’accompagnement adulte. Ruptures, transitions, rebonds Paris : PUF, 2007) ou de Le Bouedec et al. (L’accompagnement en éducation et formation : un projet impossible ? Paris : L’Harmattan, 2001). Cette remarque n’enlève rien aux apports de ce livre collectif, qui dépassent largement le stade du témoignage pour aller vers une théorisation des savoirs produits, dont les deux derniers chapitres font état. Il appellerait par contre une suite, un prolongement, sous la forme de débats en colloque ou de tribune à publier, visant non à épuiser le sujet, mais à mettre en perspective l’accompagnement comme agir professionnel dans le champ de l’éducation, la formation, l’enseignement et la pédagogie avec ses autres expressions, en particulier dans les domaines de la vie adulte et de ses crises.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Heslon, « Charlier Évelyne et Biémar Sandrine. Accompagner. Un agir professionnel », Recherche et formation, 70 | 2012, 153-154.

Référence électronique

Christian Heslon, « Charlier Évelyne et Biémar Sandrine. Accompagner. Un agir professionnel », Recherche et formation [En ligne], 70 | 2012, mis en ligne le 15 juillet 2012, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://rechercheformation.revues.org/1902

Haut de page

Auteur

Christian Heslon

LUNAM Université, IPSA-UCO Angers, LPPL (UPRES EA 4638

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page