Navigation – Plan du site
Notes critiques & lectures

Géhin Jean-Paul et Auras Emmanuelle (dir.). La VAE à l’université. Une approche monographique

Rennes : PUR, 186 p.
Cédric Frétigné
p. 153-154
Référence(s) :

GÉHIN Jean-Paul et AURAS Emmanuelle (dir.) (2011). La VAE à l’université. Une approche monographique. Rennes : PUR, 186 p.

Texte intégral

1Beaucoup de choses ont été écrites sur les attendus de la loi de modernisation sociale du 17 janvier 2002 portant création de la Validation des acquis de l’expérience (VAE). Beaucoup d’analyses ont été faites de cette nouvelle voie d’accès aux diplômes, quant à leurs conditions d’obtention, aux principes de leur reconnaissance, aux modalités d’accompagnement des candidats.

2L’ouvrage coordonné par Jean-Paul Géhin et Emmanuelle Auras se fixe d’autres objectifs. Il ambitionne d’ouvrir la boîte noire de la VAE, en saisissant, en actes, le cheminement qui conduit (ou non) une personne intéressée à déposer un dossier et un jury à accorder (ou non) une validation (totale ou partielle) du diplôme visé. Pour satisfaire à cette ambition, les coordonnateurs de l’ouvrage se sont entourés d’enseignants-chercheurs et d’ingénieurs d’études en prise avec le dossier VAE à l’université de Poitiers et ont mené à bien une recherche-action à forte valence sociologique et ethnographique. Étude des écrits (dossiers des candidats, décisions des jurys, fascicules et brochures produits par le service universitaire compétent), entretiens avec des candidats, questionnaires psychosociologiques et observations in situ de jurys offrent un ensemble de méthodes à partir desquelles sont sériées les logiques d’action des candidats, des accompagnateurs VAE et des membres universitaires et professionnels des jurys.

3De cet ensemble, ressortent quelques traits saillants. Les « publics de la VAE » sont, par certains points, différents des publics habituels en formation initiale et continue. Développant une logique moins fréquemment utilitariste que les seconds, les candidats à la VAE expriment plus fortement des attentes en termes de développement personnel et marquent plus expressément leurs attentes en matière d’acquisition de connaissances. Toutefois, dans le cadre de la VAE universitaire, les candidats sont assez généralement déjà sensibilisés aux exigences des milieux académiques dans la mesure où ils ont, pour beaucoup, fréquenté l’enseignement supérieur. L’« habitus universitaire » progressivement acquis par les étudiants en formation initiale ou continue rejoint donc celui dont peuvent disposer les candidats à une VAE.

4Si on l’appréhende sous l’angle des décisions rendues, le fonctionnement des jurys, quant à lui, peut surprendre. Alors qu’aucune règle formelle ne guide la prise de décision et que les membres sont de cultures professionnelles distinctes (des universitaires d’un côté, des spécialistes du domaine professionnel de l’autre), les auteurs assistent à des débats où les arguments concordent et les décisions se prennent à l’unanimité, sans que celle-ci ne fasse l’objet de négociations préalables. Bien que les jurys ne soient pas exactement les mêmes d’un dossier à l’autre, les permanents des jurys (président et vice-président) et les autres habituels membres finissent, de proche en proche, par se fixer des repères, des éléments de comparaison, qui leur permettent de s’accorder facilement sur la décision de validation, totale ou partielle, ou sur un refus de validation.

5Les demandes d’information puis d’accompagnement dans la préparation du dossier de validation tendant à croître, des outils et dispositifs visant à normaliser les procédures ont été mis en place dans l’université considérée. Les auteurs montrent que cette instrumentation a des incidences sur les pratiques d’accompagnement, l’organisation du dossier de validation par le candidat lui-même et, in fine, l’activité du jury (à la lecture du dossier ou dans son interaction avec le candidat lors de l’entretien). L’un des enjeux forts, pour l’ensemble des parties prenantes, est de travailler entre individualisation du suivi et rationalisation de la procédure. Sans jamais en taire les limites, les auteurs s’emploient à faire état des pratiques et de leurs conséquences sur le fonctionnement de la procédure de validation des acquis de l’expérience à l’université de Poitiers.

6Au total, le projet visé par l’ouvrage est largement atteint : l’approche monographique permet d’éclairer ce que pratiquer la VAE à l’université veut dire. On pourra regretter que les différents éclairages disciplinaires portés par les auteurs ne se répondent pas toujours comme on aurait pu le souhaiter. Il semble que chacun se soit doté d’un objet propre, travaillé dans une perspective spécifique. On aurait au contraire apprécié qu’un même objet soit analysé sous différents angles, à la fois pour bénéficier d’une variété de grilles de lecture et pour disposer de confrontations d’interprétations sur la base d’un même matériau empirique. C’est bien là la limite de l’approche monographique, appelée de leurs vœux par les coordinateurs de l’ouvrage, dans sa mise en œuvre effective. Pour le reste, les spécialistes de la VAE comme les néophytes trouveront dans cet ouvrage des analyses parfaitement roboratives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cédric Frétigné, « Géhin Jean-Paul et Auras Emmanuelle (dir.). La VAE à l’université. Une approche monographique », Recherche et formation, 69 | 2012, 153-154.

Référence électronique

Cédric Frétigné, « Géhin Jean-Paul et Auras Emmanuelle (dir.). La VAE à l’université. Une approche monographique », Recherche et formation [En ligne], 69 | 2012, mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://rechercheformation.revues.org/1781

Haut de page

Auteur

Cédric Frétigné

Université Paris Est-Créteil-Val-de-Marne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page