Navigation – Plan du site
Dossier
Articles

Dépendance-indépendance à l’égard du genre

Penser l’égalité des sexes au-delà de LA différence
Dependence-independence towards gender
Abhängigkeit-Unabhängigkeit gegenüber Gender
Dependencia-independencia con respecto al género
Cendrine Marro
p. 65-80

Résumés

Articulant les acceptions psychologique et sociopolitique du concept de genre, nous proposons une conceptualisation de l’emprise du genre sur nos représentations et conduites impliquant l’un et l’autre « sexe », en termes de Dépendance-Indépendance à l’égard du Genre (DIG). À cette conceptualisation est associé un outil d’évaluation constitué de 13 scénarios confrontant des points de vue sur des différences entre les femmes et les hommes dans diverses situations de la vie quotidienne ou professionnelle. Cet outil tente d’appréhender notre propension à percevoir une situation donnée comme expression de LA différence des sexes ou d’inégalités de sexe ; perception supposée variable non seulement suivant les personnes (variabilité interindividuelle) mais aussi chez une même personne (variabilité intra individuelle) et suivant les situations (variabilité inter scénarios). L’article expose quelques résultats obtenus sur une première version test réalisée auprès de lycéens et lycéennes de première, résultats qui confirment nos attentes de variabilités des scores de DIG.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2017.
Consulter cet article

Plan

1. Le genre : de l’entité psychologique au système de normes de sexe hiérarchisant
2. La DIG : une proposition conceptuelle articulant croyance en LA différence des sexes et sensibilité à l’injustice
3. Évaluer la DIG : un outil et quelques résultats
3.1 Le questionnaire de DIG
3.2 Les différents scores de DIG et l’échantillon interrogé
3.3 Quelques résultats
Conclusion

Aperçu du début du texte

Comme l’écrivait déjà Geertz en 1986 : « Sûrement s’il y a une chose que chacun tient pour faire partie de la façon dont le monde est aménagé, c’est que les êtres humains sont divisés sans reste entre deux sexes biologiques. Naturellement on reconnait partout que certains individus -homosexuel, travesti, et ainsi de suite- peuvent ne pas se comporter selon les rôles qu’on attend d’eux sur la base de leur sexe biologique, et plus récemment certains dans notre société ont été jusqu’à suggérer que des rôles ainsi différenciés ne devraient pas être fixés du tout. Mais que l’on veuille crier Vive la différence ! ou À bas la différence !, l’existence même de la différence n’est guère sujette à discussion. » (p.102). En ce sens cette « différence des sexes » aux limites floues, « butoir ultime de la pensée » ainsi que la qualifie Héritier (1996, p. 19), constitue toujours aujourd’hui un véritable dogme ; et ce malgré le développement et la diffusion de plus en plus médiatisée des « études ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cendrine Marro, « Dépendance-indépendance à l’égard du genre », Recherche et formation, 69 | 2012, 65-80.

Référence électronique

Cendrine Marro, « Dépendance-indépendance à l’égard du genre », Recherche et formation [En ligne], 69 | 2012, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 26 octobre 2014. URL : http://rechercheformation.revues.org/1722

Haut de page

Auteur

Cendrine Marro

Université Paris-Ouest-Nanterre-La-Défense, CREF (Centre de recherche éducation et formation, EA 1589)
cmarro@u-paris10.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page