Navigation – Plan du site
Dossier

Influences internationales et évolutions de la formation des enseignants dans l’espace francophone

Entretien de Maurice Tardif réalisé par Régis Malet
Maurice Tardif
p. 105-107

Texte intégral

Le texte qui suit est un résumé des réflexions portant sur la formation des enseignants sous influence internationale.

1Maurice Tardif examine de façon critique les ressorts de la mondialisation à l’œuvre dans le domaine éducatif et de la formation des enseignants. Le phénomène désigne prioritairement un puissant mouvement de diffusion internationale d’idées, de mots d’ordre et de modèles dont les vertus structurantes et la circulation sont assurées par la combinaison étroite de réseaux communicationnels, institutionnels, scientifiques, politiques. Si la diffusion des idées est avérée, son efficacité en matière de changement des institutions nationales l’est moins. Au-delà de l’adoption, parfois symbolique, de grands mécanismes de régulation (décentralisation, déconcentration) en rupture avec une conception bureaucratique, le travail de redéfinition sociopolitique local de ces tendances génère plus de diversité que de convergence internationale. C’est aussi le cas dans le domaine de la formation des enseignants, pour lequel Maurice Tardif relève que l’expansion mondiale de la rhétorique de la professionnalisation ne doit pas masquer, au-delà de la continuité lexicale observable, de fortes variations, voire des discordances significatives entre les pays, nord-américains et franco-européens notamment : au contact de référents politico-administratifs, scientifiques et d’enjeux de pouvoir propres à un espace social, la professionnalisation revêt un sens et son emploi produit des effets distinctifs, mis utilement en perspective.

2Maurice Tardif rappelle ainsi que le caractère profondément culturel de la profession enseignante, du fait de sa position-clé dans le processus de reproduction de la culture nationale, par l’éducation et par l’école, met à l’abri d’une homogénéisation de la profession enseignante et des modalités de formation à son exercice, au-delà des grandes politiques d’harmonisation observables sur le plan international. Malgré le déclin annoncé de l’État, les nations opèrent encore, selon lui, comme de puissants filtres sociopolitiques à travers lesquels les tendances internationales sont transformées, en fonction d’enjeux nationaux et locaux. La récente réforme de la formation des enseignants en France est une claire illustration des interprétations et des transformations que subissent localement des politiques d’harmonisation globales – la « mastérisation » de la formation, en l’espèce. Dans le cadre de cette réforme, la France semble avancer à contre-courant des tendances internationales et des réformes précédentes, en promouvant, par l’intégration des IUFM dans les universités, un modèle qui paraît reposer sur le principe selon lequel la culture scientifique et l’expertise disciplinaire suffiraient à former un bon enseignant, supprimant l’année de formation en alternance et réduisant la formation pratique à quelques stages très faiblement structurés sur le plan de l’accompagnement et de la progression des apprentissages. La Suisse constitue une autre illustration, contrastant avec la précédente, de ce phénomène de traduction nationale et locale des rhétoriques diffusées sur le plan international : dans les HEP (Hautes écoles pédagogiques), créées en 2000, la formation des enseignants préserve une conception artisanale de la formation des enseignants, assez éloignée du modèle des professions d’origine américaine, même si la rhétorique professionnalisante ne fut pas absente dans leur développement.

3De façon plus générale, Maurice Tardif observe un investissement spécifique à l’Europe francophone des enjeux liés à la professionnalisation des enseignants, aussi bien sur le plan de la recherche que des dispositifs de formation : s’inscrivant très majoritairement dans la mouvance de l’ergonomie, de l’analyse de l’activité et de la psychologie du travail, les travaux sur la professionnalisation des enseignants adoptent un angle d’approche plutôt cognitiviste, très faiblement attentif de ce fait aux dimensions politiques et sociales de la formation des enseignants. Ces travaux réduisent aussi, le plus souvent, les enjeux de compréhension du travail des enseignants et de la formation des enseignants à des dimensions individuelles, praxéologiques ou écologiques. Maurice Tardif étaye cette proposition en prenant l’exemple de la notion de « praticien réflexif » et en observant la remarquable résonance qu’a trouvée, en Europe francophone, cette conceptualisation importée d’Amérique du Nord, qui présente la caractéristique de développer une analyse de l’apprentissage professionnel à très faible teneur sociopolitique, précisément.

4Observant enfin que tant les institutions d’éducation et de formation que les institutions de recherche sont aujourd’hui confrontées à des demandes sociales fortes, notamment, s’agissant de la recherche en éducation, quant à leur pertinence pour les pratiques éducatives, Maurice Tardif plaide pour le développement de recherches d’envergure internationale et de longue durée dans le domaine de la formation des enseignants et, plus généralement, en éducation. Selon lui, c’est cette voie qu’il est nécessaire de favoriser, plus que ce n’est encore le cas, pour la capitalisation de résultats de recherche en éducation probants et cumulatifs, susceptibles d’avoir des retombées sur les pratiques et les institutions éducatives. Prenant acte du développement massif de recherches finalisées et financées par des fondations privées, des organismes nationaux et internationaux, etc., Maurice Tardif invite les chercheurs en éducation à se défier d’un rejet pur et simple de ces travaux orientés sur l’action et la décision. Il considère que ces travaux, aussi bien que le soutien puissant dont ils bénéficient et qui traduisent une demande sociale et politique forte, adressent un défi aux sciences de l’éducation, dans leur capacité à développer une analyse de leur validité, leurs retombées, leur portée et leurs limites, sur les plans méthodologique, éthique, politique, etc.

5L’une des responsabilités majeures de la recherche en éducation, sur fond de politiques internationales d’harmonisation de l’éducation et de la formation, contribue enfin, pour Maurice Tardif, à produire des connaissances de recherche permettant de penser plus fermement les articulations sociopolitiques entre l’école, la formation des enseignants et la forme scolaire, et de prêter attention aux ressorts et aux projets qui habitent l’évolution des dispositifs d’éducation et de formation. Il est urgent de replacer les débats sur la formation des enseignants, au sein d’une réflexion critique sur l’école et sur l’éducation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Tardif, « Influences internationales et évolutions de la formation des enseignants dans l’espace francophone », Recherche et formation, 65 | 2010, 105-107.

Référence électronique

Maurice Tardif, « Influences internationales et évolutions de la formation des enseignants dans l’espace francophone », Recherche et formation [En ligne], 65 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://rechercheformation.revues.org/163 ; DOI : 10.4000/rechercheformation.163

Haut de page

Auteur

Maurice Tardif

Université de Montréal (UQAM), CRIFPE (Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page