Navigation – Plan du site
Notes critiques & lectures

L’évaluation, levier du développement professionnel ?

Anne Jorro
p. 172-173
Référence(s) :

Paquay Léopold, Van Nieuwenhoven Catherine et Wouters Pascale (dir.). L’évaluation, levier du développement professionnel ? (2010). Bruxelles : De Boeck, 321 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 01 décembre 2013.

1L’ouvrage coordonné par Léopold Paquay, Catherine Van Nieuwenhoven et Pascale Wouters rassemble seize contributions et une postface rédigées à partir du XXIe colloque de l’Admée-Europe, organisé à l’Université Catholique de Louvain-la-Neuve en janvier 2009. Il est structuré en trois parties, respectivement appelées : « Tensions », « Dispositifs » et « Perspectives méthodologiques ».

2La première partie de l’ouvrage contribue de façon très pertinente à la compréhension des tensions à l’œuvre dans les pratiques évaluatives au sein des institutions de formation, à partir des logiques organisationnelles qui prévalent sur le quotidien de l’activité professionnelle et qui peuvent contrarier des dynamiques de travail. Sur ce point, l’article de P. Perrenoud donne le ton ! Les méfaits de l’évaluation institutionnelle sont pour cet auteur à l’œuvre dès lors que la bureaucratie, l’approche économiste de l’éducation, l’idéologie de la qualité totale sont promues au nom du New Public Management. Les effets de ces approches sur les pratiques professionnelles sont multiples : effervescence de remontées d’informations au nom du pilotage de l’établissement et faiblesse des retours vers les acteurs, absence d’interrogation sur l’organisation et la division du travail, autoévaluation confisquée, concurrence exacerbée entre services et entre professionnels, injonction au professionnalisme. Autant de pièges qui conduisent l’auteur à valoriser l’analyse et à réfuter l’évaluation institutionnelle. Les contributions qui suivent, moins polémiques, mettent en regard les tensions qui peuvent exister en formation. C’est le cas d’une évaluation tendue entre efficacité et transformation identitaire (J.-M. De Ketele, D. Perisset Bagnoud, M. Kaddouri, R. Wittorski) qui interroge la posture de l’évaluateur pris entre la validation de l’efficacité et l’adoption d’une posture de reconnaissance de la singularité des praticiens. C’est aussi, pour E. Huver et L. Cadet, le difficile équilibre à tenir en formation entre réflexivité et évaluation tant le conformisme peut l’emporter, ou encore la question de l’insertion professionnelle des enseignants qui conduit à revenir sur les processus de socialisation pour considérer la possibilité d’un développement professionnel (B. Wentzel). Ces tensions sont également avérées dans la gestion des ressources humaines dont les auteurs (M. Garant, N. Delobe, C. Dujardin, E. Oiry) interrogent les possibilités de développement professionnel, en particulier lors des entretiens. De même, les procédures de VAE soulèvent du point de vue de l’évaluation de l’expérience des difficultés de traduction pour l’accompagnateur (M.-C. Presse). Enfin, les certifications européennes et nationales, à la recherche de lisibilité et de transparence des systèmes d’éducation favorisent-elles les parcours individuels des acteurs (M. Feutrie) ?

3La seconde partie, « Dispositifs », présente des démarches soutenues par des instruments ou étayées par des interactions sociales. Du côté des instruments, les démarches déjà connues du portfolio (L. M. Bélair & C. Van Nieuwenhoven), ou qui commencent à l’être comme celles du dossier d’enseignement (Wouters, Frenay & Noel) apparaissent comme des gages d’une évaluation authentique ou d’une réflexion authentique sur la pratique professionnelle. De même, l’approche vidéographique pour l’évaluation des compétences professionnelles montre ses potentialités (J. Tardif & B. Dubois). Du côté des dispositifs sociaux, la régulation formative en formation initiale d’enseignants (J. Beckers) ou l’autoévaluation socialisée font le pari du développement professionnel des acteurs (F. Campanale, X. Dejemeppe, S. Vanhulle & F. Saussez).

4Une troisième partie, plus courte que les précédentes, consacrée aux « Perspectives méthodologiques» met en évidence les principes méthodologiques qui permettent d’analyser l’expérience de publics faiblement qualifiés (E. Loarer & A. Pignault), de construire un jugement professionnel en évaluation à partir de triangulations méthodologiques et conceptuelles (L. Mottier Lopez & L. Allal). Le chapitre consacré aux repères de développement professionnel met en évidence des analyseurs du développement professionnel des acteurs, et, en particulier, les modes d’action retenus par les acteurs dans les situations ainsi que les positionnements de ces derniers (P. Mayen & S. Vanhulle).

5Cet ouvrage marque un tournant dans la recherche en évaluation tant il articule deux concepts majeurs du monde de la formation : l’évaluation et le développement professionnel. Il est une caisse de résonnance des controverses actuelles sur la montée en puissance des pratiques d’évaluation dans le champ de la formation. Les différentes contributions permettent de saisir l’ampleur des approches conceptuelles et méthodologiques. Un ouvrage de référence à lire et à relire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jorro, « L’évaluation, levier du développement professionnel ? », Recherche et formation, 68 | 2011, 172-173.

Référence électronique

Anne Jorro, « L’évaluation, levier du développement professionnel ? », Recherche et formation [En ligne], 68 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 02 septembre 2014. URL : http://rechercheformation.revues.org/1606

Haut de page

Auteur

Anne Jorro

Université Toulouse 2-Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page