Navigation – Plan du site
Notes critiques & lectures

Fondements des pratiques professionnelles des enseignants

Richard Wittorski
p. 170-172
Référence(s) :

Maubant Philippe et Martineau Stéphane (dir.). Fondements des pratiques professionnelles des enseignants (2011). Ottawa : Presses de l’Université d’Ottawa, 349 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 01 décembre 2013.

1L’ouvrage coordonné par Philippe Maubant et Stéphane Martineau fait suite à un symposium proposé lors de l’édition 2008 du congrès de l’association mondiale des sciences de l’éducation (AMSE). Il vise à « comprendre ce qui fonde les pratiques d’enseignement, en particulier si l’on souhaite apporter ou proposer des amendements significatifs aux dispositifs actuels de formation à l’enseignement » (p. 27). Comme l’écrit Y. Lenoir qui signe la préface de l’ouvrage, « c’est en particulier la confrontation entre la formation universitaire à l’enseignement - son programme et sa mise en œuvre - et les pratiques enseignantes du terrain - incluant les attentes sociales, les contraintes, les contextes, etc. - qui sont au cœur des différentes contributions » (p. 7).

2On le voit, le questionnement porte très directement sur les fondements des pratiques enseignantes et, par ricochet, sur la formation initiale et continue des enseignants en demandant à un collectif d’auteurs de montrer, au travers des recherches et expérimentations qu’ils conduisent, en quoi les sciences de l’éducation sont susceptibles de contribuer à produire des éclairages utiles.

3Cet ouvrage lu avec grand intérêt a pour originalité, par rapport aux travaux existants, d’insister sur quelques « idées force » qui constituent souvent des « points aveugles » de nombreuses recherches actuelles portant sur la question des pratiques enseignantes. Les auteurs insistent notamment sur le fait que l’approche des fondements de l’agir enseignant conduit à :

  • interroger les zones d’ombre (P. Maubant) des démarches habituelles d’analyse des pratiques enseignantes en s’intéressant non seulement à la pratique déclarée mais aussi à la pratique effective, en étudiant non seulement le « quoi enseigner » mais aussi le « comment enseigner » et en questionnant la diversité des sens donnés au mot « pratique professionnelle » ;

  • donner une place plus importante à la formation-recherche (J. Beckers) et engager « dès la formation initiale des enseignants, la construction d’une identité professionnelle fondée sur un rapport aux savoirs articulant expérience propre et acquis de la recherche en donnant aux futurs enseignants une réelle occasion d’éprouver l’intérêt des savoirs scientifiques de référence dans leur action professionnelle » (p. 81) ;

  • considérer que pour comprendre le métier d’enseignant il est utile de s’intéresser aussi et sans doute dans le même temps au « métier » d’étudiant (D. Faulx) en cherchant à comprendre les usages des dispositifs de formation par les usagers eux-mêmes car l’élève ou l’étudiant est « co-concepteur » de l’offre pédagogique. Dès lors, comprendre l’activité enseignante c’est comprendre le couplage enseignant-élève-dispositif pédagogique ;

  • considérer également que les pratiques et les savoirs professionnels s’influencent réciproquement. M. Grangeat propose ainsi de nommer « savoir-processus » les unités élémentaires des systèmes de pensée qui contribuent à guider les actions des individus en combinant des savoirs théoriques, des savoir-faire et des savoirs procéduraux avec des buts externes et internes (au sujet). L’identification des savoir-processus est alors une clé importante pour la compréhension de ce qui fonde l’agir enseignant ;

  • analyser la pratique enseignante à partir de l’identification de « situations » « qui contribueraient à retracer les ancrages organisateurs du processus d’apprentissage professionnel de l’enseignant » (L. Roger, p. 203) ;

  • s’intéresser aux apports de l’analyse ergonomique du travail. Appliquée au travail enseignant, l’analyse ergonomique propose en effet des outils et des méthodologies fort utiles pour à la fois mieux comprendre l’agir enseignant et mieux peser sur lui en termes de formation (H. Veyrac et M.-H. Bouiller-Oudot) ;

  • enfin, étudier les paradigmes sous-jacents aux pratiques institutionnelles et professionnelles. À partir de l’étude du vocabulaire employé pour parler de l’enseignement et de l’apprentissage, et montrant le lien entre paradigme social et pratique professionnelle, J.-P. Astolfi insiste ainsi sur l’idée que deux paradigmes, l’un correspondant au fonctionnement classique de l’école (« savoir-connaissance ») et l’autre prôné par les sciences de l’éducation (« compétence »), ont tendance à s’affronter dans les espaces de formation et sur les terrains professionnels.

4Cet ouvrage collectif propose une réelle contribution à la question des ressorts de la pratique enseignante dont la compréhension est probablement un préalable nécessaire à toute formation professionnelle initiale et continue. Le fait qu’il convoque des auteurs de « cultures » théoriques et méthodologiques différentes aurait pu laisser présager un éparpillement du propos, mais il n’en est rien en réalité. Nous percevons aisément à la lecture la complémentarité des approches, les uns se situant plus sur l’économie de la formation, les autres sur les savoirs en jeu dans les pratiques… Au final, le défi, souvent tenté mais rarement réalisé, vise ici à s’intéresser dans un même mouvement, à la façon dont les situations professionnelles et la formation initiale et continue contribuent ensemble à fonder l’agir enseignant (incluant l’étude des paradigmes de référence qui l’influencent) et ce en croisant des options méthodologiques et théoriques différentes. Nous avons probablement tout à gagner à « faire parler ensemble » des travaux se réclamant de « cultures » différentes sur un même objet ou un même champ, et c’est le pari assez réussi de cet ouvrage.

5Enfin, si la question de la contribution des recherches en sciences de l’éducation à la connaissance de ces réalités est clairement posée, celle de la transmission des savoirs issus de ces recherches vers les enseignants est également un enjeu fort. Dans sa postface, B. Rey insiste ainsi sur la nécessité en formation de traduire (au sens de la sociologie de la traduction) les concepts issus des recherches pour qu’ils soient utilisables dans les pratiques professionnelles, à défaut de quoi, les recherches en sciences de l’éducation continueront à se déployer dans un univers clos. À vrai dire, cette préoccupation essentielle pour notre discipline vaut pour bien d’autres champs que celui des recherches sur les pratiques enseignantes. Il correspond probablement à un enjeu vital pour la survie et le développement de nos travaux de recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Wittorski, « Fondements des pratiques professionnelles des enseignants », Recherche et formation, 68 | 2011, 170-172.

Référence électronique

Richard Wittorski, « Fondements des pratiques professionnelles des enseignants », Recherche et formation [En ligne], 68 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 21 août 2014. URL : http://rechercheformation.revues.org/1601

Haut de page

Auteur

Richard Wittorski

CNAM, Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page